Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bento 30 mars 2016

    DSCN5647.JPG

    • Deux tranches de jambon blanc
    • Gratin de bettes made in Chéri. Il a fait cuire les bettes dans du fond de veau avec des échalotes, puis a fait le gratin avec béchamel, muscade, piment d'espelette, poivre.Et du comté.
    • Pomme, banane

    DSCN5648.JPG

    Hier soir JC m'a dit au début de notre séance qu'avril sera principalement consacré à la cardio. Pour affiner, affiner, affiner. Eliminer le plus possible de lipides. On en verra les résultats dans quatre semaines.

    Ce soir la séance a duré presqu'une heure et demi. Trente minutes de tapis, à petite vitesse, 7km/h, avec une pente de 1,5%. Car pour éliminer un max de graisse, c'est la durée plus que l'intensité sur le tapis. Donc JC me fait courir à 65% de ma fréquence cardiaque maxi.

    Puis 45 minutes de CoreTraining axé cardio, j'ai rendu tripes et boyaux.

    Jamais je n'avais brûlé autant de calories en une séance. Si toutes les séances des quatre semaines à venir sont de ce niveau... JC m'a dit que oui, on va bosser de plus en plus fort, de plus en plus dur... OK je suis partante !

    Quand je suis rentrée, j'avais vraiment l'estomac en vrac, je n'ai pas dîné.

    Pas de bento demain, normalement je déjeune avec ma top collègue.

    Bon mercredi:-)

  • Bento 29 mars 2016

    • Oeuf dur
    • Betteraves rouges et carottes râpées, assaisonnées à l'huile de noix, vinaigre de cidre, échalotes crues, ail, ciboulette
    • Deux toutes petites tomates
    • Kiwi, gariguettesDSCN5637.JPG

    Bento tout simple, léger. J'achèterai un petit pain aux céréales à la boulangerie à côté du bureau.

     

    Passez une très belle journée.

  • Changements de programme

    Samedi matin, je me suis levée un peu tôt (6h30) pour aller à ma séance de sport.

    Pour la prochaine pesée dans quatre semaines, pas d'objectifs précis. Maintenant que les kilos pris avec la thyroïde en décembre sont partis, que j'ai une bonne masse musculaire, le but est d'arriver à mon poids de forme...

    Et ça, ce n'est pas moi qui en déciderai, ce sera mon corps. JC et moi allons travailler sur la silhouette, le taux de masse grasse, de masse musculaire, le poids en sera le résultat, secondaire finalement... enfin si je suis totalement honnête, surtout secondaire pour JC... Moi, dans un coin de ma tête, la dizaine des 7 reste gravée.

    Bref.

    En rentrant du sport, juste le temps de boire un café avec Chéri, qui partait travailler.

    Nous nous sommes rejoints à 18h45 à République, le temps de boire un verre avant d'aller au théâtre voir Bun Hay Mean.

    2.jpg

    J'avoue avoir été un tout petit peu déçue. Je m'attendais à un peu plus de finesse dans les textes. En revanche j'étais absolument ravie car en première partie il avait invité Kheiron. Dont j'ai adoré le film Nous trois ou rien, et que j'apprécie énormément en tant qu'artiste.

    Nous sommes rentrés tranquillement, j'ai mangé à 22h30 un bol de soupe, me suis couchée à 23h30 et levée dimanche matin à 8h30. Nous devions déjeuner au restaurant avec les parents de Chéri.

    A 11 heures, ils nous ont appelés, le père de Chéri avait passé une nuit épouvantable, une bonne vieille gastro des familles, donc pas en état d'aller au restaurant.

    Du coup Chéri et moi sommes allés faire le marché, avons déjeuné légèrement à la maison, et avons fait trois heures de sieste.

    JC m'avait recommandé samedi de me reposer dimanche et lundi, de ne pas faire de sport du tout, on peut dire que j'ai respecté ses consignes à la lettre....enfin, dimanche en tout cas.

    Après avoir dormi trois heures dimanche après-midi, je me suis couchée à 22h15, ai lu une heure, et me suis endormie pour dix heures d'affilée. Rien de mieux que de faire de bonnes nuits, se réveiller à 9h30 sans réveil, boire mon café dans le calme en attendant que Chéri émerge. Ledit Chéri est arrivé dans le salon à 11h, avec une tête épouvantable...

    A midi et demi, il est retourné se coucher, il ne tenait pas debout. Du coup, après le resto annulé dimanche, cinémas annulés lundi... A 13h30 je suis allé voir Chéri, il dormait profondément. Et moi j'avais une folle envie de bouger. Alors j'ai envoyé un SMS à JC pour lui demander, bien qu'il m'ait formellement demandé de ne rien faire dimanche et lundi, si je pouvais aller courir un peu. Vraiment maintenant j'ai envie/besoin de bouger, et du mal à rester inactive une journée.

    JC m'a répondu que je pouvais aller courir, à allure TRES modérée. J'y suis donc allée illico. J'ai couru tout doucement, 5km en 45 minutes, puis marché 1km de récup, en 10 minutes. Avec les étirements, ça m'a fait une heure, j'étais super bien ! En rentrant à la maison je me suis trouvée sous une grosse averse de grêle, je suis arrivée trempée et gelée. Je suis allée voir Chéri, qui dormait toujours.

    J'ai donc pris ma douche et envoyé un SMS à JC pour lui dire ce que j'avais fait, avec mes pulsations cardiaques etc... Il m'a répondu ceci :

    "Franchement je suis très fier de toi. Ce que tu fais est formidable. Demain on en met une couche supplémentaire. Bon rétablissement à Romain".

    J'ai hâte d'être à demain 19h30 !

    Chéri s'est levé, a bu un thé, il a des vertiges, se sent faible... J'espère que ce n'est rien de bien méchant !

    A part ça, vous savez que je lis Psychologies chaque mois et dans celui de mars il y a un article intéressant.

    DSCN5627.JPG

    DSCN5628.JPG

    DSCN5629.JPG

    DSCN5630.JPG

     

    DSCN5631.JPG

    DSCN5632.JPG

    On en arrive toujours à la même conclusion, quand on veut bien faire, on ne sait plus du tout quoi manger. Chaque aliment est bon pour quelque chose et mauvais pour autre chose. Donc finalement, quand on ne souffre d'aucune allergie, d'aucune maladie, autant manger de tout, modérément...

    Et ce n'est pas le plus facile, bien loin de là...

    J'espère que votre week-end a été bon, un peu moins "passif" que le mien:-)

    Prenez soin de vous.

  • LAb + bocal à kilos #6, quatre semaines plus tard

    Alors, entre samedi 27 février et aujourd'hui, que s'est il passé ?

    Ceci :

    DSCN5622.JPG

    La grosse bille (on appelait ça TOC quand j'étais petite je ne sais pas si c'est toujours le cas), symbolise 5 kilos, la petite bille 1 kilo. Oui oui oui vous avez bien vu, six kilos ! Et le caillou, représente 2% de masse grasse perdus !

    Je n'ai pas pris de masse musculaire, JC a orienté les exercices du dernier mois pour que je perde plutôt de la masse grasse, car mon taux de masse musculaire est déjà bien au-dessus de la moyenne. Moi, s'il le dit, je dis que c'est ça qu'il faut faire:-)

    Et le fait est que je me suis visiblement affinée en un mois. Mon bocal se remplit tranquillement...

    DSCN5626.JPG

    La prochaine pesée, dans quatre semaines. JC veut vraiment que je me détache de la balance et me fie à mes sensations, à ma silhouette, que mon obsession des chiffres ne soit plus un problème psychologique, mais remettre la pesée à sa juste place, un simple contrôle sur lequel ne pas tout baser.

    Pour les quatre semaines à venir, les consignes sont de manger une moyenne de 1600 calories par jour, un peu moins donc que ces quatre dernières semaines. JC a comme la dernière fois passé un quart d'heure à faire tous ses calculs par rapport à mon métabolisme, alors je suis très précisément ce qu'il préconise.

    Pendant qu'il analysait les résultats de LAb, j'ai couru pendant 20 minutes, à petite vitesse, 7km/h.

    Ensuite nous avons fait 45 minutes de gainage et abdos. Juste ça !!!!!!! Waouh ça a été dur, dur, dur..... JC m'a confirmé qu'il a considérablement durci les entraînements, il me pense capable de suivre, physiquement et mentalement, il souhaite que nous soyons bien plus que coach sportif-élève. Notre duo est une équipe, solide, complice.

    Nous avons eu ce matin une conversation plus qu'émouvante. Je ne sais pas si vous vous souvenez, après la dernière pesée, je m'étais fixé des objectifs que JC m'avait dit de lui écrire, sans les lui révéler avant aujourd'hui.

    J'ai écrit un mail où je lui ai dit des choses que jusqu'ici je n'avais dites qu'à Chéri (et un peu à vous).

    J'ai beaucoup hésité avant d'envoyer le mail, me disant qu'il allait marquer une nouvelle étape dans mon parcours avec JC, que son regard sur moi serait différent. Je lui ai envoyé le mail ce matin à 8 heures, juste en partant pour la séance qui est à 8h30. Je me disais qu'ainsi il n'aurait pas le temps de le lire...

    Mais en fait si il l'a lu avant que j'arrive au studio. Quand je suis arrivée, il m'en a parlé, nous nous sommes assis et avons eu une conversation intime, où lui aussi m'a parlé de lui, de ses convictions, de son parcours... Que notre rencontre, improbable s'il en est, nous a transformés tous les deux, qu'il se considère comme beaucoup plus que mon coach, qu'il est fier de moi et m'admire. Mince alors, c'est moi qui l'admire, je ne pensais pas que c'était réciproque.

    Nous sommes tellement différents, lui croyant et pratiquant, moi athée convaincue, lui sportif pro qui a toujours pris soin de son corps avec une auto-discipline absolue, moi qui ai tout fait pour détruire le mien, lui qui n'aime pas lire et s'est tout à coup mis aux études à trente ans, moi qui ai eu le nez dans mes bouquins les quarante premières années de ma vie, lui, issu d'une famille nombreuse dont il est très proche, père de famille très jeune, moi foncièrement indépendante, n'ayant pas d'enfants pour diverses raisons.... bref, pas grand chose en commun JC et moi.

    Et pourtant si proches.

    Après cette conversation qui nous a ébranlés tous les deux, JC est redevenu le JC pudique, et LE coach, me disant, allez au boulot, et ne crois pas que je serai plus indulgent. Et en effet, ce ne fut pas le cas. et c'est ce que j'apprécie.

    Je vais me donner encore et encore au mois d'avril, car j'ai toujours en tête de faire quatre séances par semaine plutôt que trois, mais JC est plus modéré et raisonnable que moi et estime que je n'y suis toujours pas prête...

    Alors je vais travailler encore et toujours plus fort.

    Il est 14h30, je vais aller faire une petite sieste. Chéri travaille jusqu'à 18h, et nous devons nous rejoindre pour aller au théâtre, qui est à 20h.

    Très bon samedi, prenez soin de vous !

  • Trêve des confiseurs

    Ce matin à la première heure, mon directeur m'a demandé d'aller acheter des chocolats à offrir à toute l'équipe. Ben oui, je n'ai que ça à faire, aller acheter des chocolats.... Non non non, pas de mauvais esprit, c'est la trêve des confiseurs;-)

    Je suis donc allée A La Mère de Famille, un de mes chocolatiers préférés, je vous ai déjà montré sur le blog plusieurs achats faits chez eux.

    Ils ont une boutique proche de mon bureau, à  peine un quart d'heure à pieds. J'y suis donc allée, et en suis revenue chargée de 25 boîtes... Il pleuvait, j'avais en plus mon sac à main, heureusement que j'ai les bras costauds:-)DSCN5619.JPG

    J'ai acheté 25 oeufs en chocolat noir, garnis d'oeufs pralinés et de fritures.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le responsable de la boutique m'a trouvée...je ne sais pas comment...à son goût certainement, car il m'a offert ce joli sujet (et gros, bien plus gros que les oeufs que me permettait le budget alloué par mon directeur), lui aussi garni d'oeufs pralinés et de friture.

    DSCN5618.JPGIl a bien insisté en disant que c'était à mon attention, à ne pas partager avec les collègues.

    Il est drôlement gentil ce monsieur !

    Je l'ai donc rapporté ce soir, après tout hein... Il fera le régal de Chéri:-)

     

     

     

     

     

     

    Chéri que j'attends d'ailleurs, qui doit quitter tard aujourd'hui.

    En tout cas, ça y est, le week-end est ENFIN arrivé ! Demain matin à 8h30, séance avec JC. Jour de pesée, ça fait quatre semaines.

    Rendez-vous donc avec LAb et le bocal à kilos, duo que j'espère gagnant. Je vous raconte ça demain.

    Très bonne soirée à vous tous !

  • Bento 25 mars 2015

    • Pilon de poulet rôti
    • Riz basmati nature
    • Ratatouille made in Chéri
    • Pois gourmands frais
    • Pomelo chinois, amandes

    DSCN5612.JPG

    Hier soir je suis rentrée tard, à 21h30, car JC a décalé notre séance à 20 heures. Chéri avait cuisiné le poulet, la ratatouille, les pois gourmands, épluché le gros pomelo chinois.

    Mais à 21h30, après une journée au bureau de 7h00 à 19h30, 20 minutes à pieds pour aller au studio de JC, une heure de sport, 20 minutes à pieds pour rentrer à la maison, et bien.... je n'avais pas faim. J'avais froid, j'étais ivre de fatigue, je n'avais envie et besoin que d'une douche chaude.

    Mais en voyant la belle assiette que Chéri s'est préparé tandis que je prenais juste un bol de soupe, ça m'a redonné l'envie de faire un bento. Ca fait trop longtemps, au moins deux semaines que je n'ai pas fait de bentos. L'envie est revenue.

    J'ai parlé à mon frère hier soir, il va moyen. Il est resté 36 heures en soin intensifs, l'opération a été plus longue que prévue. Le chirurgien lui a dit que son coeur est vraiment très usé, malade, pas le coeur d'une homme de 53  ans, plutôt celui d'un homme de 75 ans. Que cette opération ne sera pas miraculeuse, et que ce sera la dernière de toute façon, il ne peut pas être ainsi opéré tous les six mois. A terme il faudra envisager une solution plus radicale...

    Il va être suivi encore plus régulièrement par le cardiologue. Interdiction absolue du moindre effort physique pour les mois à venir. Pour les entraînements de Yohann, il va donc le suivre à vélo électrique. Le chirurgien n'a pas mis de véto aux nombreux déplacements prévus avec l'équipe de France d'athlétisme jusqu'aux JO, à commencer par le Portugal dans dix jours.

    Bon j'étais contente de lui parler, il avait la voix claire, envie de prendre soin de lui... J'ai hâte de le voir. D'autant qu'il n'a pas dit à nos parents qu'il se faisait à nouveau opérer, et il ne veut rien leur dire. Je ne suis pas d'accord...

    Enfin, pour le moment l'essentiel est qu'il récupère, je ne vais pas lui prendre la tête...

    Nous sommes vendredi, passez une belle journée !

  • Ca va (un peu) mieux

    Impression ou réalité ?

    Les anti-dépresseurs commencent à faire effet ? Ou que je sache qu'ils vont faire effet me suffit ? Finalement peu importe. La chape de béton qui me pèse sur les épaules commence à s'alléger, à se fissurer. Je souris de nouveau spontanément, sans me forcer. Je n'ai pas pleuré depuis trois jours.

    Hier soir Chéri m'a "retrouvée", comme il dit.

    Hier ma top collègue m'a embrassée en me disant qu'elle est ravie de me voir sourire, de me sentir bien, que je suis son roc.

    Mardi soir JC m'a tapé dans le dos en me disant qu'il est fier de moi, que ça y est, j'ai bien compris le CoreTraining et que mes postures et mouvements évoluent dans le bon sens. Malgré tout, il m'a mis deux pénalités, deux séries à reprendre depuis le début. Rien ne me fait plus de bien que ces séances au studio.

    J'écris tout cela, indépendamment des attentats de Bruxelles, qui ont occupé une bonne partie des deux derniers jours dans mes pensées, dans les conversations, partout, avec tout le monde. Je n'épiloguerai pas ici sur ces barbaries. Que dire de toute façon ? Ne pas s'habituer, ne pas être fataliste surtout...

    Nous avons prévu un week-end à Bruxelles avec Chéri, dès que je pourrai poser un vendredi, fin avril ou courant mai. Comme chaque année, nous passons un week-end à Bruxelles à chaque saison, je me sens à Bruxelles aussi bien qu'à Paris, j'adore cette capitale j'en ai déjà parlé ici à de nombreuses reprises. J'ai plus hâte que jamais d'y retourner.

    De jolies perspectives se profilent. La reprise des entraînements collectifs de La Parisienne début avril, environ un toutes les trois semaines. Ces entraînements sont pour le plaisir de retrouver le groupe de filles de l'an dernier, car ils sont tellement doux qu'ils ne me font pas progresser en course ça c'est sûr.

    La venue à Paris pour le week-end de l'ascension de mon amie grenobloise.

    L'invitation reçue de mon oncle pour fêter ses 70 ans en juillet, ce qui me fera voir de la famille du côté de mon père que je n'ai pas vue depuis plusieurs années.

    Le week-end qui arrive, de trois jours. Nous allons au théâtre samedi soir, déjeuner de Pâques dimanche avec les parents de Chéri, cinéma cinéma et encore cinéma lundi. J'ai accumulé un gros retard côté cinéma ces dernières semaines, laissant Chéri y aller seul les week-ends pour me réfugier dans le sommeil tous les dimanches après-midis.

    Mon appétit revient. Hier soir je suis rentrée du bureau à pieds, j'avais faim, très faim:-)

    Et puis, la bonne nouvelle du jour, et non des moindres ! Mon frère qui se (re)faisait opérer du coeur hier après-midi s'est bien réveillé, les idées claires. Espérons que cette fois, son coeur repartira au bon rythme.

    Allez zou, je file au bureau en marche rapide:-)

    Bonne journée !

  • Bon alors...

    Vendredi j'avais donc rendez-vous à 20 heures avec ma généraliste.

    J'ai attendu une bonne demi heure et pendant ce temps je me disais que surtout il ne fallait pas que je craque, que je reste "digne", que je ne me mette pas à pleurnicher, que je donne les faits, sans y mettre d'affect.

    Je suis donc entrée dans son cabinet très tendue. J'ai commencé à lui raconter mon quotidien, de manière très détachée. Elle m'a interrompue et posé des questions directes, auxquelles j'ai répondu sans me défiler... Mais au bout de dix minutes, j'étais en larmes, elle a appuyé là où c'était bien mûr, prêt à exploser, et tout est sorti. J'étais la dernière patiente, elle a pris le temps de me parler, de comprendre la situation.

    Je lui ai présenté mes excuses de me mettre dans cet état devant elle. Elle m'a dit avec douceur qu'au contraire c'était bien que je craque, que sortir les choses qui nous empoisonnent est essentiel...

    Elle a évoqué l'idée de m'arrêter, j'ai refusé. Je ne veux pas fuir la réalité de mon quotidien. Je veux vivre avec.

    Je suis lucide m'a-t'elle dit. J'analyse parfaitement ce qui m'arrive. Ca oui, je le sais, avec ma tête, mon intelligence, je ressens parfaitement ce qui m'arrive, le problème c'est que je suis engluée dedans. Et surtout, surtout, je suis dans l'incapacité absolue de prendre du recul et de relativiser. C'est ce que je lui ai dit. Et je n'ai pas la force de prendre des décisions.

    Depuis dix jours en plus, je vomis beaucoup. Comme si j'expulsais ma terreur de l'avenir, le rejet de mon travail.

    Je lui ai dit aussi que je me sentais moins que rien dans le travail, minable. Que de toute façon, quoique je fasse, je sais que ce ne sera jamais assez, jamais bien...

    Elle m'a dit que je me débats entre épuisement, dépression, burn-out, mais qu'en même temps je suis étonnamment lucide, avec une capacité d'analyse et un humour qui me sauve.

    Comme j'ai refusé l'arrêt maladie, elle m'a dit que je devais accepter une aide, une béquille...chimique. J'ai eu un mouvement de recul, mais il faut bien que j'accepte l'idée que je ne m'en sortirai pas seule. Je veux retrouver la capacité à prendre du recul, à décider de ce que seront les prochaines années.

    Elle m'a donc prescrit un anti-dépresseur. Il faut une quinzaine de jours avant qu'il ne fasse effet m'a-t'elle dit, donc en attendant, elle m'a prescrit de l'homéopathie pour un début d'apaisement.

    Et aussi un anti-vomitif et nauséeux. Car ces nausées permanentes et ces vomissements fréquents m'épuisent.

    Bon, affaire à suivre donc... En tout cas elle m'a dit que quand on commence à prendre un anti -dépresseur, il faut le prendre au moins un an avant d'envisager le sevrage. Ceci dit, je ne pense pas avoir vraiment le choix, alors je vais accepter cette béquille chimique.

    Elle veut me revoir dans trois semaines pour voir si je supporte bien, si je ne subis pas d'effets secondaires.

    En tout cas j'ai passé un bon week-end. J'ai bien dormi, pas vomi, passé du temps avec Chéri, déjeuné ce midi avec des amis, fait une belle séance hier avec JC.

    Samedi prochain, c'est la pesée. Cela fera 4 semaines. Donc pesée, bilan, validation, ou pas, des objectifs, nouvel ajustement de l'alimentation...

    Mais en attendant, encore une rude semaine à passer. Avec en ligne de mire la perspective d'un week-end de trois jours...

    Je ne sais pas si j'aurai le courage de faire des bentos cette semaine, mais sachez que je mange.

    Surtout un bon petit déjeuner, avec 100 grammes de jambon blanc, et des wasas, ainsi qu'une tranche de fromage. Dans l'après-midi une banane et des amandes, ou abricots secs, ou noix.

    Il faut que je retrouve la force de faire des bentos, pour des déjeuners plus structurés, car ces derniers temps, j'ai négligé le repas du midi, mes nausées m'empêchant de manger. Heureusement que je m'accroche au petit déjeuner et au goûter. Mais il est important que je retrouve mes repères nutritionnels.

    Mais je tiens à vous rassurer, je reste dans la fourchette de calories souhaitées par JC. Fourchette basse certes, mais je m'astreins à au moins 1600 calories par jour, puisqu'à la dernière pesée, il m'a donné comme consigne de manger entre 1600 et 1800 par jour.

    On verra samedi prochain ce qu'il en est niveau poids. Si le stress a influé dans un sens ou dans l'autre...

    Je vous souhaite une très douce soirée, sachez que je vais mieux, mieux en tout cas que le week-end dernier qui a été le summum du mal-être.

    Merci infiniment pour vos commentaires, vos messages.

    A très vite pour une reprise du rythme habituel du blog:-)

  • Z'êtes prêts ? Z'avez envie ?

    Envie que je vous raconte mes états d'âme ?

    Je viens de traverser une des pires semaines... Je vous ai parlé dans les billets précédents de mes deux derniers jours de travail, de ma RTT de vendredi. J'avais un noeud au ventre, une boule dans la gorge (en plus du rhume), qui ne m'ont pas quittée.

    En arrivant samedi matin chez mes parents, lorsque je les ai vus nous attendre à la gare, si heureux de nous voir Chéri et moi je me suis dit qu'il fallait absolument que je fasse bonne figure.

    Mais qui nous connaît mieux que nos parents ? Ils ont vu, alors que nous étions encore sur le quai, que mon sourire n'était pas habituel, que j'avais une petite tête....

    Dans la voiture, je n'ai pas pu dire un mot, la boule dans ma gorge m'étouffait. Nous sommes arrivés chez mes parents, il était encore très tôt, avant dix heures du matin, nous nous sommes installés pour boire un café. Comme toujours... Et d'habitude, nous commençons à discuter, échanger des nouvelles. Là.... rien.... ma mère ne disait rien, je voyais à sa tête qu'elle comprenait que je n'allais pas bien. Mon père n'a pas hésité et m'a dit "que se passe-t'il ? tu n'as pas l'air en forme. tu ne dis rien". J'ai souri en secouant la tête.

    Chéri a bien essayé de venir à ma rescousse, mais mes parents ne se sont pas laissé distraire. J'ai fini par éclater en sanglots, je n'arrivais même pas à dire ce qui ne va pas. C'est diffus, je me sens mal, je me sens au bord du gouffre, je n'ai plus envie d'aller bosser le matin, j'ai pour seule et unique envie de me rouler en boule et qu'on m'oublie au fond d'un trou.

    Je sais que j'ai fait de la peine à mes parents, déjà qu'ils se font du souci pour moi, mais si on ne peut pas craquer devant ses parents et son Chéri, devant qui ?

    Au bout d'une heure, ça allait mieux, j'ai pu reprendre une conversation normale, sourire.

    Nous avons déjeuné, ma mère avait cuisiné des choses qu'elle sait être parmi mes préférées. Nous étions quatre, il y avait de quoi nourrir dix personnes, mais je n'ai vraiment que peu d'appétit, ce p....de noeud à l'estomac.

    Mes parents m'ont trouvé affinée, jolie (?!?!?!?!).

    Après le déjeuner, nous sommes allés en Belgique (mes parents habitent à une dizaine de kilomètres de la frontière), il faisait doux, un grand soleil. Nous avons bu un verre en terrasse et mon père a commandé des frites, il sait que je suis une fan absolue des frites belges, les vraies. Mes parents sont tellement adorables, ce geste de mon père m'a bouleversée.... J'ai mangé deux-trois frites histoire de dire.

    Nous sommes rentrés vers 17 heures, je suis allée m'allonger et me suis endormie jusqu'à 19 heures. Heureusement que Chéri s'entend très bien avec mes parents et aime leur compagnie, ça ne le dérange jamais de passer du temps seul avec eux.

    Dimanche matin, avant même que je ne boive mon café, ma mère m'a fait prendre une cuillère de gelée royale. Beurk beurk beurk ! Déjà que je n'aime pas le miel. La gelée royale, c'est âcre, une texture beurk.... Mais ma mère a insisté, me disant que la gelée royale est formidable, pour le moral, l'énergie. Elle m'en a donné un pot à rapporter, pour que j'en prenne une petite cuillère chaque matin à jeun. Je le fais donc depuis dimanche, remplaçant le jus de citron par la gelée royale. le pot est censé durer un mois. Si ça ne me fait pas de bien, ça ne me fera pas de mal...

    Dimanche midi, ma belle-soeur et ma nièce sont venues déjeuner avec nous, sans mon frère, naturellement à Saint-Sébastien pour les championnats de France de marche athlétique. Quel bonheur pour lui que ses deux athlètes soient qualifiés, et quel plaisir pour nous de le voir si heureux !

    Il se fait à nouveau opérer du coeur la semaine prochaine, Yohann fait pendant ce temps une pause totale de trois semaines, comme ça ils reprendront ensemble le départ pour la toute dernière ligne droite avant Rio.

    Mes parents nous ont emmenés au restaurant, nous avons passé un agréable moment tous ensemble. J'ai été la seule à prendre entrée et plat, sans y ajouter de dessert. J'vous jure, j'ai du mal à manger...

    Ce week-end m'a fait du bien, mais très temporairement, dès lundi mes angoisses ont refait surface. Quand je suis au bureau, je ne pense qu'à une chose, être dans les bras rassurants de Chéri, ou au studio de JC, lieu qui m'apaise. Et je rêve de faire du sport tous les jours, quand je me dépense intensément, j'oublie tout. Le CoreTraining est une révélation pour moi.

    Chéri est inquiet, et m'a demandé d'aller voir ma nouvelle généraliste, de lui dire ce que je ressens en ce moment, de ne pas hésiter à lui demander de l'aide. Alors j'ai pris rendez-vous, je la vois vendredi soir.

    Je ne veux pas continuer à donner du souci à ceux que j'aime. Heureusement, je dors bien, ça me permet de récupérer. Et heureusement aussi, ma nature profonde me fait malgré tout voir les jolies petites choses qui arrivent chaque jour...

    Enfin voilà les nouvelles. Ca va et ça ne va pas... Je ne peux même pas vraiment dire ce qui me donne tant d'angoisse. Parce qu'en réalité, quand je regarde ma vie tout à fait objectivement, je l'aime. Je suis aujourd'hui une femme qui commence à se connaître, à se reconnaître, une femme qui cherche à devenir sereine...

    Alors je vais le regarder en face, ce passage à vide côté moral...

    Et vous, comment ça va ?

    Merci de me lire, vous savez que votre présence m'est précieuse. A très très vite.

  • C'est parti

    1532160_1141132505927312_5497581317695055583_n.jpg

    Ce matin se déroulaient les championnats de France de marche athlétique. Les deux athlètes de mon frère y participaient, afin de se qualifier pour les JO en réalisant les minima requis.

    Bon, pour Yohann, ce ne fut qu'une formalité.

    12814733_1141170422590187_1823625063262420273_n.jpg

    Pour Mat, un peu plus juste, mais c'est passé. C'était loin d'être acquis. Mon frère embarque donc pour Rio avec deux athlètes, du jamais vu. Je suis si heureuse pour lui !!!! Yohann pour le doublé 20km et 50km, Mat pour le 50km.

    12821408_1141204979253398_910190256267314411_n.jpg

    944852_1141205122586717_5674775074575602999_n.jpg

    J'ai passé un week-end épouvantable. Malade... Une espèce de gros rhume, bronchite, laryngite je ne sais quoi, mais fièvre, courbatures, maux de gorge étaient bien au rendez-vous... Yeux larmoyants, sale tête, difficile de parler... Mes parents m'ont trouvé un petit moral, j'ai pleuré en parlant de mon boulot....

    Bref, un gros coup de mou, que je n'ai pu camoufler devant mes parents...

    Ne vous inquiétez pas si je n'écris pas beaucoup cette semaine, je fais au mieux, et reviens dès que je suis en forme.

    Prenez soin de vous !