Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Belle matinée

    Charlety.jpgCe matin je suis donc allée au Run & Fitness.

    Je suis partie à 7 heures. Le dimanche à 7 heures du matin, dans les rues de Paris, il n'y a que les gens qui font du sport, ceux qui promènent leur chien, et quelques noctambules qui rentrent se coucher. Dans le métro pratiquement personne.

    Près de la Cité Universitaire qui se trouve à quelques pas du stade Charlety, allez trouver un café ouvert un dimanche matin... Même pas en rêve. Du coup, avec ma cop's de La Parisienne, nous sommes restées devant le stade. Une belle amitié est en train de se créer. Nous avons beaucoup parlé, nous commençons à aborder des sujets personnels.

    A 8h45 ils ont ouvert les portes du stade, nous avons pu laisser nos sacs de sport  à la consigne et pénétrer sur la piste du stade. J'étais heureuse. Bon je n'ai pas pris plus de photos, j'ai laissé mon téléphone dans mon sac de sport.

    Nous avons commencé par un échauffement de Body Attack collectif, en musique.

    Ensuite, comme nous étions 500 pour 50 coachs, nous étions de petits groupes. Nous avons fait des séries de "talons-fesses", "genoux-mentons", "pas chassés", puis des fractionnés en relais. Ca a passé à la vitesse de l'éclair !

    Pour finir, un quart d'heure de stretching, à nouveau collectif. Il était alors 11h15. Pour les 45 dernières minutes, nous avions le choix entre un cours d'Urban Dance, ou d'abdos, ou aller se faire masser, ou passer un test de forme avec les coachs La Parisienne.

    Vous imaginez bien ce que j'ai choisi ? Le test de forme bien sûr:-)

    Bon, le test de forme était très différent de ceux que JC me fait régulièrement. Là ça consistait en ces exercices : tenir au moins 30 secondes en équilibre avec un pied sur la cuisse opposée et les bras en l'air ; 10 squats ; 10 fentes ; 1 minute de chaise ; 1 minute de gainage en planche ; un test de souplesse consistant à mettre la main à plat par terre en gardant les jambes tendues.... et c'est tout. Prise de la fréquence cardiaque avant et après les exercices.

    Du coup, pour les coachs, je suis en super forme. Ben oui, ma fréquence cardiaque n'a même pas eu le temps de monter, les tests étaient moins fatigants qu'un échauffement avec JC.

    Enfin, relativisons, il est évident qu'il y a encore deux ans, enchaîner ces exercices m'aurait épuisée. Et il y a trois ans quand j'ai commencé avec JC, lors des premières séances je n'aurais pas pu en venir à bout.

    Alors oui, là, je les ai réalisés facilement, je suis plus en forme que beaucoup de gens, mais ce n'est pas venu tout seul. Les six premiers mois avec JC nous nous sommes vus une fois par semaine. Puis il m'a demandé de faire deux séances et enfin, de passer à trois. Et les plus gros progrès je les ai faits lors de ces cinq derniers mois, depuis l'ouverture du studio.

    Donc ces entraînements de La Parisienne, gratuits, sont géniaux pour familiariser plein de femmes au sport ! Et surtout, il y avait beaucoup de jeunes femmes très très rondes, des femmes d'une soixantaine d'années, des femmes atteintes de cancer etc etc...

    C'était génial ! Une très belle ambiance, beaucoup de bienveillance, de la bonne humeur palpable.

    Karin, tu aurais adoré ! de la musique, de la danse, toutes ensemble. J'ai parlé de toi à mes cop's de la Parisienne, on t'attend au mois de septembre !!

    Il y avait un coin "ravitaillement" dans le stade, à profusion. En fin de matinée, comme j'étais toujours à jeun, j'ai mangé une banane et un abricot sec. Bu deux bouteilles d'eau. Je n'ai mangé ni compotes, ni barres de céréales.

    Lors de la fermeture, à midi, on nous a remis un sac plein de surprises. Notamment un porte-clés banane:-)

    DSCN6172.JPG

    DSCN6175.JPG

     Franchement, qu'il existe des entraînements comme ceux-là, gratuits, dans un beau stade parisien, comme il en existe j'imagine partout dans les villes de France, je trouve ça formidable. Qu'il y ait autant de bénévoles, de bonne ambiance sans agressivité, juste pour la joie de faire des choses ensemble, voilà qui met du baume au coeur et redonne foi en les humains....pour quelques instants.

    C'est tellement beau de sortir, de faire des choses, que ce soit du sport ou toute autre activité, de rencontrer de nouvelles personnes, de nouer des amitiés, de rire...

    Je sais que je suis naïve de garder mes illusions, mais je crois que rien, jamais, ne viendra à bout de mon optimisme.

    DSCN6177.JPG

    DSCN6179.JPG

    En rentrant, j'ai appelé JC pour lui souhaiter un joyeux anniversaire et lui raconter. Il m'a dit qu'il avait dégusté les gâteaux orientaux avec toute sa famille, qu'il reste encore pour ce soir, que j'ai vu grand. Ben oui, il me connaît il sait que je trouve que c'est bien mailleur quand c'est partagé, c'est pour cela que j'en ai pris plein, qu'il puisse en offrir à tout le monde...

    En ce moment, je suis dans une phase "j'ai envie d'aimer tout le monde" il faut dire...

  • Voyage en enfance

    Hier matin, quand je suis rentrée du sport, Chéri m'a dit qu'il avait envie d'aller se balader au jardin du Luxembourg. Je connais très mal ce grand parc de Paris, alors qu'il représente toute l'enfance de Chéri. Ses parents habitent à côté, il allait à l'école juste en face.

    J'ai pris ma douche, et nous voilà partis.

    Brasserie.JPG

    Vue brasserie.JPG

    Nous avons déjeuné dans une brasserie juste en face du Luxembourg. Planche de charcuterie du Cantal pour Chéri, club sandwich au poulet pour moi.

    DéjR.JPG

    DéjC.JPG

    Café.JPG

    Après un bon café, nous nous sommes baladés dans le jardin. Ses fameuses chaises connues dans le monde entier, le bassin aux voiliers de bois, le kiosque à musique, et....le théâtre de Guignol.

    Luxembourg1.JPG

    Luxembourg2.JPG

    Envie marionnettes.JPG

    Chéri a eu envie de revoir Guignol, alors qu'à cela ne tienne, nous voilà dans le théâtre pour vibrer aux aventures du chat Minouchet. Nous avons ri de bon coeur, tapé des pieds, des mains, aidé la Mère Michel à retrouver son chat, aidé Guignol à jouer des tours au père Lustucru....

    Théâtre .JPG

    Dicton.JPG

    Nous avons passé une heure hors du temps, parmi les rires et cris des enfants. Guignol fonctionne toujours sur les enfants:-)

    Nous avons tranquillement pris le chemin du retour, encore sous le charme de ce moment si joyeux. Nous sommes passés devant la vitrine d'une maroquinerie....hummmmm....vous connaissez mon faible pour les sacs à main....

    Nous sommes entrés dans cette grande maroquinerie, j'étais au pays des merveilles. J'ai déniché, tout au fond d'un rayon, un sac Pourchet, plus que soldé. 50 euros...

    Un modèle rigolo, je n'avais encore jamais vu ça. Un double jeu de poignées, des courtes pour tenir à la main, de plus longues pour le mettre à l'épaule. Bon ça, on connaît. Mais ce que j'aime, c'est la petite bande qui maintient les poignées que l'on n'utilise pas.

    Sac 1.JPG

    Sac 2.JPG

    Sac3.JPG

    Sac4.JPG

    Sac5.JPG

    Sac6.JPG

    Ce sera mon sac de l'été.

    Nous sommes ensuite rentrés à la maison, où Chéri nous a cuisiné pour le dîner un poulet rôti, accompagné de champignons sautés à l'ail, de pommes de terre mélangées avec poivrons, aubergines et oignons. En ce moment, nous mangeons beaucoup de poulet, c'est moi qui réclame sans arrêt, je n'ai pas du tout envie de viande rouge. Poulet, poissons, oeufs, je suis dans une période comme celle-ci.

    Dîner.JPG

    Je vous souhaite une belle nuit.

    Quant à moi je n'ai qu'une hâte, être à jeudi soir à ma séance de sport. Cela signifiera que la clôture fiscale est bouclée. Les quatre jours à venir, je n'ose les imaginer.

    PS : ne vous inquiétez pas pour l'endobrachyoesophage, je sais exactement en quoi ça consiste, je vis avec depuis 11 ans. Non, ce qui me turlupine, c'est la classification indiquée sur le compte-rendu, classification que je n'avais encore jamais vue. J'ai hâte de revoir le gastro à vrai dire.

    Prenez grand soin de vous !

  • Accord de rire

    Je vais vous raconter mes journées de jeudi et vendredi, et vous pouvez en rire, je suis la première à trouver ça drôle. Enfin, ça m'aurait davantage amusée si j'avais vu cela dans une série télévisée plus que dans mon propre cas, mais puisque c'est moi qui me suis coltiné la journée de jeudi, autant la prendre avec le sourire.

    Ca a commencé jeudi matin, je me suis levée (TRES) tôt, je voulais être au bureau vers 6 heures du matin pour faire un maximum de choses, ne travaillant pas vendredi.

    Comme la journée était annoncée très très chaude, j'avais sorti une jupe et une blouse légères, parmi mes vêtements préférés, sans les essayer, les ayant achetées l'été dernier, et ne les ayant pas mises depuis. En les enfilant, je n'en suis pas revenue. La taille de la jupe, devenue trop large me tombe sur les hanches, du coup la jupe m'arrive à mi-mollets au lieu du dessus de genou. Et la blouse, et bien je suis noyée dedans... L'ensemble est affreux du coup ! Mais comme j'avais sorti jupe et blouse de l'armoire de la chambre la veille au soir pour ne pas réveiller Chéri à 4h30 du matin jeudi, je n'avais pas d'autre vêtement sous la main. Je suis donc partie dans mes vêtements trop grands... ridicule...

    Arrivée au bureau, seule de 6 heures à 8heures30 j'ai travaillé tranquillement dans le calme. A partir de 8h30 un peu moins vite, le temps de saluer chaque collègue passant devant mon bureau en arrivant, aller me faire un café, un deuxième...

    A 10 heures j'étais en plein milieu d'un tableau de reporting annuel quand mon ordi s'est éteint. Sans bruit, sans se plaindre, il est mort...

    J'ai essayé de le relancer, rien à faire. j'ai appelé la maintenance, ils ont pris la main sur mon ordi, et confirmé son décès à 10h19. A quatre jours de la clôture...

    J'ai demandé à la maintenance de m'en renvoyer un EN URGENCE, ils m'ont dit d'accord, vous l'aurez....mardi. Mais.... nous sommes jeudi 10h20 du matin !!!!!!!!!!!!

    J'ai raccroché, et appelé le Directeur de la DSI (Direction de la Sécurité Informatique), qui m'a dit qu'il pouvait ramener le délai à lundi......

    Lundi ??????????? Mais nous sommes jeudi 10h30.... J'ai appelé le chef du directeur de la DSI, toute timidité envolée, parce que je travaille dans une des plus grandes sociétés mondiales MERDE alors je ne vais pas rester trois jours sans ordi. SI ???????????

    The Big Boss informatique m'a donc assurée que j'aurais mon nouvel ordi vendredi, impossible de faire mieux, il y a plusieurs heures de travail pour récupérer toutes mes données sur le serveur, reparamétrer, toussa toussa....

    J'ai dit OK et ai demandé si en attendant on pouvait me paramétrer le logiciel financier sur l'ordi d'une collègue en vacances, afin que je puisse travailler pendant la journée. Il m'a dit que non, je suis la seule dans l'équipe à avoir accès à ce logiciel, que j'ai dessus des données confidentielles auxquelles  personne d'autre de l'équipe ne doit avoir accès. Règle absolue de sécurité de la Firme... J'ai proposé d'aller travailler pour l'après-midi au siège social, au service financier, là non plus pas possible...

    En clair m'a dit cet associé, impossible pour moi de travailler sur la clôture avant la réception de mon nouvel ordi. Vous admirez le ridicule de la situation j'espère ?

    De là, j'ai appelé le chirurgien pour annuler la fibroscopie de vendredi matin. Quand son assistante me l'a passé, il m'a demandé la raison pour laquelle je voulais annuler. Je lui ai dit pour un problème de travail.

    Il m'a dit d'un ton glacial que mon oesophage vaut plus que mon travail, que j'ai déjà trop tardé et retardé la fibroscopie, qu'il veut voir à quoi sont dues mes douleurs. Point final. Qu'il m'attendait le lendemain à 7 heures à la clinique comme convenu.

    J'ai raccroché et suis allée aux toilettes respirer un bon coup pour réfléchir.

    Je suis ensuite allée voir mon Directeur, lui ai dit que j'allais rentrer chez moi, et viendrai lundi, mardi, mercredi sans aucune notion d'horaire, jusqu'à ce que la clôture soit bouclée. Et là.... que m'a-t'il répondu ?

    Non, ne rentre pas chez toi, tu trouveras bien des bricoles à faire ici. Ah bon ???? Sans messagerie mail pro et sans LE logiciel qui m'est le plus utile, et surtout, sans ordinateur ?

    Bien bien bien.... J'ai donc passé l'après-midi à faire du tri dans les papiers de l'année fiscale qui se termine, à mettre au clair tout ce que j'aurai à faire en trois jours au lieu de cinq....

    Je suis partie pile à 18 heures, pas la peine de faire du zèle non plus, et suis allée au studio pour ma séance de sport, avancée à 18h30. Le trajet à pieds avec ces plus de 30 degrés m'a déjà mise en nage.

    JC m'avait concocté un programme des plus difficiles que j'ai jamais faits. Et m'a prévenue d'ailleurs. Je devais répéter ce circuit à six reprises en 50 minutes. J'ai fait les trois premiers sans trop de difficulté. A la fin du quatrième, pendant les deux minutes de récup' entre chaque circuit, j'ai commencé à avoir la tête qui tournait, et le coeur au bord des lèvres. J'ai entamé le cinquième et au milieu j'ai dit à JC que j'avais envie de vomir. Comme d'hab' il m'a répondu "Vomis, et on continue", comme il fait à chaque fois.

    Jusqu'ici les quelques fois où j'ai vomi j'ai réussi à attendre la fin de la séance, de le faire aux toilettes, discrètement, ou à la maison... Mais là, je sentais que ça montait ça montait. Je l'ai dit à JC qui a vu que je me décomposais, a compris que je n'aurais pas le temps de descendre jusqu'aux toilettes et m'a dit "Vomis dans la poubelle". J'avais trois mètres à faire pour attendre la poubelle, mais je n'ai pas eu le temps de l'ouvrir et j'ai vomi sur le couvercle en inox étincelant....

    La honte à l'état pur. JC est venir me maintenir le dos en me disant, pas grave, vomis, je suis très fier de toi....

    Nous avons ensuite nettoyé ensemble, je peux vous dire qu'un grand pas a été franchi dans notre relation:-)

    Je n'osais plus le regarder, j'étais pétrifiée. Il m'a dit que c'était jubilatoire pour un entraîneur de voir son sportif vomir, signe qu'il se donne à fond, qu'il ne retient rien (c'est le cas de le dire). Il était réellement ému, et m'a dit que ce dépassement de moi le comble.

    Mais que bon, ce n'était pas tout ça, mais je n'avais pas fini mes six tours de circuits. Je l'ai regardé, les yeux écarquillés. Mais j'ai vu qu'il ne plaisantait pas, alors j'ai fini mes circuits. Je me suis ensuite laissée tomber par terre, ma serviette cachant mon visage. JC est venu s'accroupir près de moi et m'a parlé. M'a dit des mots qui m'ont fait pleurer. Pleurer d'émotions, de bonheur. Ce "vomi" nous a encore rapprochés. Ca on peut dire qu'il fait partie des rares, extrêmement rares personnes à me voir pas maquillée, dégoulinante, rouge brique, qui hurle, qui dit des gros mots, et surtout, un des rares à qui je confie tout, presqu'autant qu'à Chéri. Et jeudi il m'a vue  vomir alors...

    En rentrant à pieds, j'avais froid dans la chaleur, mal au ventre. J'ai pris une longue douche, mangé un peu d'aubergines et j'ai appelé mon frère. Qui m'a confirmé que pour un entraîneur, voir son élève vomir est une réelle satisfaction. Et que vomir arrive à tous les sportifs qui se dépassent, qui vont chercher leurs limites. Bon, OK, prenons le comme ça alors...

    Oui, là encore vous pouvez rire, la journée de jeudi a vraiment été... je vous laisse finir la phrase comme vous le désirez:-)

    Jeudi à 22h30 j'ai bu mon dernier verre d'eau, devant ensuite rester à jeun, me suis couchée à 23h30, et levée à 5h45 vendredi matin. A 7heures j'étais donc à la clinique. A 7h30 une fois les formalités administratives réglées, un charmant brancardier m'a donné de quoi me changer. Une jolie blouse bleue en espèce de crépon, des chaussons en crépon blanc.

    Ce qui m'a fait plaisir, c'est que cette blouse, qui se ferme dans le dos par un fin lien, jusqu'ici je ne pouvais pas nouer le lien, et on voyait plusieurs centimètres de largeur de mon dos... Hier, j'ai fait un double tour avec le lien, la blouse était trop large.

    Il m'ont pris la tension avant et après l'anesthésie, 12-6, un peu faible pour le minimum mais bon pas grave. Pulsations cardiaques à 55, merci le sport, ma fréquence cardiaque est de mieux en mieux.

    Mon gastro est arrivé, l'anesthésiste m'avait déjà mis les cathéters et la perfusion dans le creux du coude. Il m'a caressé la joue et m'a dit "alors on fait sa star, on ne veut pas venir ?". Je lui ai dit que ça m'avait posé souci, il m'a dit que si je le souhaitais il peut appeler mon boulot, mais qu'il est important de faire la fibroscopie, j'ai déjà tardé plus de six mois, alors qu'il veut contrôler tous les six mois justement, et non pas tous les ans.. Surtout pas, ne mélangeons pas les rôles, je lui ai dit que je m'arrangeais de mon travail....

    Ensuite, je ne me suis pas sentie partir, je me suis réveillée dans la salle de réveil en entendant les infirmières parler.

    Je me suis réveillée sans douleur, si ce n'est une petit gêne dans la gorge, et relativement fraîche et dispose. J'ai eu droit une heure après à un verre d'eau, un café, une madeleine, deux biscuits. Trois heures après, l'infirmière m'a dit que je pouvais me rhabiller, m'a fait faire le test pour voir si j'avais ma conscience. Pas difficile le test, en plus c'est le même à chaque fois.

    Mon gastro est arrivé quelques minutes après, m'a dit que l'endobrachyoesophage avait encore grossi, et que le nombre de polypes avait beaucoup augmenté. Il en a donc prélevé plus qu'habituellement, et m'a demandé de passer à son cabinet dans une huitaine de jours. Je lui ai demandé si c'est maintenant que je commence à m'inquiéter, question que je lui pose à chaque fois et à laquelle jusqu'ici il a répondu que non, il gérait et me préviendrait quand il sera temps de s'inquiéter. Il n'a pas répondu et m'a dit, on en parle à mon cabinet.

    Il m'a raccompagnée jusqu'à l'accueil, où l'on m'a remis le compte-rendu, et comme Chéri n'a pas pu venir me chercher, travaillant, m'a fait appeler un taxi.

    J'ai regardé le compte-rendu, je vous épargnerai la photo couleur de mon oesophage sous plusieurs angles, beurk. En conclusion, il est indiqué la classification de l'endobrachyoesophage, je me suis promis de ne pas regarder sur internet ce que ça voulait dire. Les explications médicales sur internet sont toujours alarmistes, je préfère que ce soit le gastro qui m'explique.

    Mais bon, je n'ai pas pu m'empêcher de taper endobrachyeosophage suivi de la classification indiquée sur le compte-rendu, et je n'ai même pas pas ouvert le lien, les premiers mots m'ont fait peur. Bref, j'attends le rendez-vous avec le gastro. Il est toujours clair et honnête, pas la peine de commencer à faire des suppositions dans le vide.

    Je suis donc rentrée, je me sentais bien, j'ai bouquiné. Cependant, je me suis endormie sans m'en rendre compte, c'est Chéri qui m'a réveillée en rentrant à 17 heures.

    Nous sommes allés jusqu'à une des meilleures pâtisseries orientales que je connaisse, extrêmement réputée, je voulais acheter des gâteaux de ramadan pour JC, dont c'est l'anniversaire demain.

    Je les lui ai donnés ce matin en arrivant à la séance. Je lui ai donné aussi mon tableau hebdo, et nous avons pu constater que mon métabolisme brûle de plus en plus de calories en 24 heures. Quand je l'ai connu, mon métabolisme brûlait à peine plus de 1 500 calories par 24 heures, aujourd'hui, c'est entre 2 800 et 3 000 selon les jours. Comme quoi la masse musculaire brûle beaucoup d'énergie:-) Ce fut une belle séance. JC m'a dit que vu mon anesthésie d'hier il ne s'attendait pas à ce que je puisse faire autant. Mais ça va, j'ai bien récupéré.

    Demain matin, rendez-vous à 8 heures devant le stade Charléty pour un café avec ma cop's de la Parisienne, avant le Run & Fitness de trois heures. Comme ce stade est à l'opposé de chez nous, je vais partir à 7 heures, adieu la grasse matinée du dimanche:-)

    Mais je suis curieuse de voir en quoi consiste une séance de running de 500 personnes, avec 50 coachs. Dans un grand stade.

    Je vous souhaite une douce soirée.

  • Bento 23 juin 2016

    • 1 oeuf dur
    • Salades de poivrons et de courgettes, pousses de civ
    • Caleslaw
    • Tomates cerises
    • Sojasun figues

      DSCN6090.JPG

    Je me suis régalée d'à peu près la même chose hier soir (et oui, Chéri a du mal à cuisiner pour deux, c'est plutôt pour six, alors ça en fait des repas), en terminant par un demi melon. Je suis rentrée tard du bureau, à 21 heures. Plus qu'une semaine à tenir:-)

    En revanche, je ne sais pas ce que j'ai, je dors cinq heures par nuit, je marche beaucoup, je mange très raisonnablement, je me donne à fond au sport, et j'ai la pêche comme jamais.

    Ca doit être la pression, j'espère ne pas avoir un coup de blues quand elle retombera.

    Demain, pas de bento, je passe ma fibroscopie, je dois être à la clinique à 7 heures. C'est bien, comme ça je serai rentrée en tout début d'après-midi. Ce soir je vais à ma séance de sport, et j'espère être suffisamment en forme pour la séance de samedi.

    Et surtout pour la longue séance de Run & Fitness de trois heures dimanche matin. Nous en reparlerons:-)

    Passez une douce journée...

    PS : merci pour vos si jolis commentaires et messages, je réponds dès que j'ai le temps d'écrire vraiment.

  • Bento 22 juin 2016

    • Deux tranches de jambon blanc
    • Salade de poivrons et salade de courgettes, made in Chéri
    • Tomates cerises
    • Sojasun noisette amande
    • Kiwi

      DSCN6085.JPG

    J'ai fait un bento rapido, parce que vraiment, j'ai besoin d'une petite coupure le midi. Un petit quart d'heure à manger des plats simples, bons, dont je sais comment ils sont préparés, ce qu'ils contiennent. Une jolie petite coupure bienvenue.

    Cette semaine, des journées de 6heures du matin à 19heures, puis séances de sport mardi et jeudi de 19h30 à 20H30, rentrée à la maison à 21 heures.

    Comme je ne travaille pas vendredi, je speede, il y a tellement de choses à faire pour la clôture du 30, c'est monstrueux.

    Bon, je me reposerai vendredi, la fibroscopie est très tôt le matin, je pourrai ensuite rentrer et rester tranquille à la maison...

    Vivement jeudi premier juillet !

    Hier soir, séance de sport avec des nouveautés. Ca fait quatre mois et demi que j'ai découvert le studio, et surtout, cette nouvelle discipline qu'est le CT.

    Et hier soir, JC m'a fait faire uniquement des exercices nouveaux, au poids du corps, nécessitant équilibre, calme, force, puissance et concentration. J'ai eu du mal à réaliser un des exercices, avec juste de petits "patins".

    Trendy-Balancing-Ball-Yoga-Core-Training-Cushion-font-b-Stability-b-font-Soft-Classic-Balance-font.jpg

    JC m'a dit qu'il va falloir que je m'y habitue, que nous arrivons dans le vif du sujet, après plus de quatre mois de préparation, je suis suffisamment entraînée pour attaquer vraiment... Et bien l'exercice avec ces patins, "l'outil phare" du CT, ça ne va pas être du gâteau.... Imaginez, vous faites une pompe, les pieds sur les patins, et vous ramenez les deux genoux en même temps à la poitrine en faisant glisser les patins, sur lesquels les pieds sont à plat... tout travaille. épaules, bras, abdos, fessiers... Gainage redoutable !

    C'est avec ce genre d'exercice que la silhouette change et s'affine, bien plus qu'avec des appareils ou de lourdes charges. Le poids du corps, ce sont les exercices les plus difficiles ! J'ai encore mal aux abdos des tractions sur l'espalier de la semaine dernière où je devais lever mon corps à la force des abdos...

    En tout cas, plus les semaines passent, plus j'aime cette discipline sportive, c'est incroyable. C'est génial de trouver le sport qui nous convient et nous procure un tel bien-être. Je vous le souhaite, de trouver LE bon sport pour vous.

    Je file au bureau, passez une belle journée.

  • Bouleversée mais furieuse

    En sortant du bureau tout à l'heure, je me suis pratiquement heurtée à quelqu'un que je n'avais pas vu depuis... ouh là... des années. Beaucoup d'années... A peu près depuis l'instant où j'ai connu Chéri.

    Son accent italien, son allure, son sourire, sa voix, son grand corps de deux mètres, ses yeux, son parfum, ses mains...tout me plaisait infiniment en lui. Sa fantaisie, son intelligence, son charme italo-britannique m'ont rendue folle...de lui.

    Une attirance physique, sexuelle, spirituelle, intellectuelle réciproque. Une passion dévorante. Alors, pourquoi n'est ce pas avec lui que je suis mariée aujourd'hui ?

    Parce qu'il estimait que je faisais partie de ces jeunes femmes avec lesquelles on passe un bon, des excellents moments, mais qu'on ne présente ni à sa famille, ni à ses amis, ni à ses collègues...

    Nous avons passé des moments passionnés, explosifs, toujours en tête à tête... Je n'étais pas à ce moment-là suffisamment sûre de moi pour m'en offusquer et le remettre à sa place...

    Quand j'ai rencontré Chéri ma vie a changé. Je vous en ai déjà parlé. Une passion vécue au grand jour, un apaisement, une libération de tout mon mon être, corps et âme, mon idéal, un amour réel...

    La plus belle chose qui me soit jamais arrivée... qui dure, qui durera... Quand je pense à Chéri dans la journée, mon coeur se serre, je suis une guimauve amoureuse:-)

    Et quand je l'ai vu, lui, ce bel italien anglais, toujours aussi charmeur, je l'ai vu tel qu'il est... Beau sans conteste, mais pathétique... Nous avons parlé quelques minutes, si je l'avais souhaité, nous finissions la soirée, la nuit ensemble... Il n'a pas tari de compliments, me disant à quel point j'étais métamorphosée, magnifique, digne des plus beaux restaurants, des plus jolis endroits, des lieux les plus en vue... qu'il ne tenait qu'à moi...

    Ah oui, je ne vous ai pas dit qu'il est associé dans une grande société pétrolière, voyage beaucoup, sort souvent... toujours bien accompagné. Et hop, me voilà élevée "digne" d'aller en représentation.

    Et en l'écoutant, je pensais à Chéri... Et j'ai écourté la conversation car je n'avais qu'une envie, aller me jeter dans les bras de Chéri.

    Je suis rentrée à pieds, plus je réfléchissais à cette rencontre, plus la colère montait en moi. C'est il y a 14 ans que j'avais besoin d'entendre ces mots, de voir cette flamme dans ses yeux. Que j'avais besoin de me sentir belle, pas juste intelligente.

    Comment remercier la vie d'avoir rencontré Chéri, qui m'a toujours aimée, quelle que soit mon apparence, qui m'aime pour celle que je suis, tout simplement. Qui me trouve belle, quel que soit le nombre de kilos que je trimballe, qui aime le regard que je porte sur la vie, que je porte sur lui, sur nous. Qui aime ce que nous devenons, ensemble, ce que nous affrontons, plus forts que jamais...

    Je me suis rendue compte pendant ce court trajet à pieds que mon corps que j'ai si souvent détesté, que j'ai fait souffrir, qui m'a aussi servi de bouclier, d'armure de graisse me protégeant des hommes tout autant que d'être tout à fait lucide et honnête envers moi. Et bien ce corps aujourd'hui je ne l'échangerais pas. Il porte les marques de ce que j'ai traversé, il n'est pas et ne sera plus jamais magnifique. Il est ce que j'ai pu en faire ces dernières années, avec soin et enthousiasme, il est le corps que Chéri aime. Il est le corps qui m'a supportée, qui n'a pas craqué sous mes 113 kilos, qui n'est pas tombé malade.

    Il est le corps que mon cerveau a haï, et avec lequel je suis aujourd'hui réconciliée. Je ne fais plus qu'une... grâce notamment à Chéri.

    Alors cette rencontre hasardeuse, mais, comme disait je ne sais plus qui, "il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" m'a fait me rendre compte un peu plus encore à quel point ce que je suis devenue aujourd'hui, et bien ça me convient... Je n'ai pas encore trouvé la sérénité totale, je me remets encore souvent en questions, et continuerai sans doute à le faire...

    Mais aujourd'hui je peux dire que je vis en harmonie avec moi, que je n'ai pas (enfin, plus) honte de ce que je suis, et ce n'est pas qu'une histoire de poids, vous le savez.

    Quand je suis rentrée, Chéri s'était surpassé, et avait cuisiné pour que je me régale. Un filet de poulet mariné, puis grillé. Des poivrons de toutes les couleurs et des courgettes en salade. Je n'avais pris le temps que de manger un sojasun dans la journée, en travaillant, je me suis régalée, en compagnie de Chéri qui me fait rire, qui sait me faire prendre du recul...

    Passez une douce nuit, pardonnez-moi de m'être ainsi livrée....libérée;-) Je crois qu'aujourd'hui j'assume celle que je suis, imparfaite, mais qui fait de son mieux... pour tout !

    Je ne me relis pas, sinon je vais regretter et me censurer. Mais cette rapide rencontre de ce soir a certainement servi à quelque chose...

  • J - 83

    Pas beaucoup écrit cette semaine, je suis désolée. Les deux prochaines seront à l'identique. Le premier juillet, nous entamerons la nouvelle année fiscale, la clôture sera terminée, le rythme devrait se calmer (un tout petit peu). En plus, pour la semaine à venir je ne travaille que quatre jours, puisque vendredi prochain je passe ma fibroscopie.

    Sinon, mis à part le boulot, en vrac cette semaine...

    Une petite chose insignifiante, mais qui m'a fait plaisir. Comme il commence à faire un temps meilleur, j'ai mis des vêtements plus légers. Et pour la première fois de ma vie, j'ai pris dans l'armoire des vêtements du printemps et de l'été dernier sans appréhension, sans me demander si j'allais encore rentrer dedans.

    Ca ne paraît rien, mais pour moi c'est une avancée incroyable. Ne pas douter que j'entrerai encore dans les vêtements de l'an dernier... Et oui... Même que certains sont trop larges...  Je ne vais pas m'en plaindre !

    J'ai reçu le tee-shirt que j'avais commandé il y a plusieurs semaines sur un site que je ne connaissais pas, dédié aux chats. Je commençais à me dire que je m'étais faite avoir et puis non, le voilà.

    DSCN6078.JPG

    DSCN6080.JPG

    Il sera parfait cet été avec un jean, ou une petite jupe légère.

    Côté sport, super semaine. Mardi soir, je suis remontée sur le bosu. Un peu d'appréhension suite à la chute d'il y a quatre semaines, mais pas tant que ça. Et JC était là, à quelques centimètres. Ca s'est très bien passé. J'ai retrouvé l'équilibre, et fait des séries de squats avec des haltères de 12 kilos, et des soulevés de barre de 20 kilos, sans broncher, en équilibre sur le bosu.

    Jeudi séance difficile. Rien que de nouveaux exercices ! Beaucoup en prenant l'espalier comme base. J'ai encore les bras et les abdos qui brûlent alors que nous sommes dimanche:-)

    Hier, une séance comme je les aime. JC m'a présenté le circuit à faire : 100 sauts de corde à sauter ; 15 pompes (des vraies pompes, sans les genoux, et coudes collés au buste) ; 15 dips ; 15 squats ; 15 relevés de genoux accrochée à l'espalier à la force des abdos, et 15 tractions sur l'espalier pour lever le corps à la force des bras.

    Ces six exercices constituant un circuit. Le but, faire le plus possible de circuit en 20 minutes, sans s'arrêter. Après l'échauffement cardio, j'ai arrêté de réfléchir, pour me concentrer uniquement sur ces 20 minutes.

    J'ai fait cinq circuits complets, plus les quatre premiers exercices du sixième circuit. JC m'a félicitée, me disant que j'aurais été capable de faire les six en allant un peu plus vite, en ne prenant pas les quelques secondes que j'ai prises par moment pour reprendre mon souffle, mais que comme pour l'instant personne n'a dépassé cinq circuits dans ses élèves, il était très content.

    Et surtout, ce qui l'a épaté m'a-t-il dit, ce sont les 90 pompes réalisées sans m'arrêter, vite, sans poser un genou à terre, dans une belle concentration. Il était fier et moi surexcitée.

    Mais point de répit, après deux minutes de récup', nous voilà partis pour 25 minutes de fractionnés sur le tapis. Deux minutes à courir à 7km/h, suivies de 30 secondes à 10km/H, répétées dix fois.

    Inutile de vous dire que j'étais fracassée à la fin de la séance. JC lui, était très content. Habituellement, le dimanche, il préfère que je ne fasse aucun sport, que je récupère, mais hier il m'a dit que ce matin je pouvais aller courir cinq kilomètres si je le souhaitais.

    Je suis rentrée à la maison, pris mon petit-déjeuner avec Chéri.

    Nous avons passé l'après-midi à nous balader dans Paris, nous arrêtant pour boire un verre.

    Auto-café.jpg

    Café 2.jpg

    Hier soir, nous avions envie de dîner japonais, et sommes allés dans un resto du quartier, à pieds. Nous nous sommes partagés avec Chéri des sahsimis de poissons variés, et des makis aux tempuras de crevettes et au thon épicé.

    DSCN6077.JPG

    DSCN6076.JPG

    Je me suis levée ce matin pleine de courbatures, mais comme dit mon cher coach, il faut soigner le mal par le mal:-)

    Alors, pendant que Chéri dormait encore, je suis allée au stade et ai enchaîné les tours de piste, jusqu'à faire cinq kilomètres. Je me sentais tellement bien après, le sport me met maintenant dans un état de bien-être et de contentement incroyables. J'ai envoyé un SMS en rentrant à JC pour lui donner mon temps. Il m'a répondu "bravo tu es vraiment bien en ce moment. On continue fort". Oh que oui, on continue à bosser bosser bosser, j'aime tellement me dépenser maintenant.

    J'ai donc fait cette semaines trois séances avec jC, plus un jogging de cinq kilomètres. Ainsi que les aller-retours à mon travail à pieds, et des journées de 12 à 14 heures de travail.

    Mais ça va. J'ai le moral, la pêche.

    La semaine prochaine, les trois séances avec JC naturellement, et dimanche matin, un entraînement collectif de trois heures organisé par La Parisienne (qui a donc lieu dans 83 jours), dans un grand stade parisien, le stade Charléty. Trois heures "Run & Fitness". j'en ai parlé à JC qui m'a dit que je pouvais y aller sans problèmes, que j'ai largement le niveau.

    Je sens qu'il commence à m'estimer prête pour quatre séances par semaine. Mais je ne dis rien, j'attends que ce soit lui qui en parle, il m'a dit qu'il me passerait à quatre séances quand il m'estimera prête, donc j'attends... patiemment;-)

    Voilà, une semaine ordinaire, à part le boulot il ne se passe pas grand chose finalement en ce moment...

    J'ai très envie d'un bo-bun, nous allons donc ce soir en déguster un dans un restaurant vietnamien que nous aimons.

    Je ne pense pas faire de bentos la semaine qui vient, comme la semaine qui vient de s'écouler, je suis scotchée à mon bureau de 6 heures à 19-20 heures, et j'emporte du jambon, ou des oeufs durs, un fruit, un sojasun, toutes choses faciles à manger en travaillant.

    Encore deux semaines à ce rythme, et tout rentrera dans l'ordre.

    Passez un doux après-midi.

    Ah oui, les macarons en début d'article nous ont été offerts par une patiente de Chéri, ils étaient merveilleusement bons:-)

  • Bento 16 juin 2017

    • Thon albacore fumé
    • Filet de maquereau fumé
    • Bâtonnets de carottes et de concombre, chou-fleur cru, radis, tomates cerises
    • Sauce au raifort, sauce ail-ciboulette, espèce de sauce fromage blanc-saumon fumé-aneth
    • Sojasun chocolat

      DSCN6069.JPG

    Les jours passent trop vite au secours. Déjà jeudi et je n'ai n'ai pas fait le dixième de ce que j'ai à faire cette semaine !

    Allez je file au bureau.

    Passez une belle journée !

  • Juste un mot

    Juste un mot, pour que vous ne vous inquiétiez pas. Je vais (à peu près) bien. La période de clôture fiscale a commencé au bureau, et mon retour de vacances a été sans transition.

    Collée à mon bureau des heures et des heures, jusqu'au premier juillet à priori.

    Je suis allée au sport hier soir, mais bien plus tard que d'habitude. sous une légère pluie...  En arrivant au studio ce bel arc-en-ciel est apparu:-)

    Je reviens vous écrire, vous raconter dès que je peux me poser une heure.

    Prenez soin de vous.

    Bon mercredi !