Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Oser ! ... ou pas

    Il y a presqu'un an, je publiais ce billet. J'ai bien fait de ne pas me résigner. Et j'ai bien fait d'acheter cette robe ! Suis-je ne mesure de la porter aujourd'hui, que je pèse 20 kilos de moins que l'année dernière à la même date ?

    Je ne sais pas. Pourquoi ?

    Parce que je n'ose pas l'essayer ! Oui c'est bête, c'est irrationnel, mais je n'ose pas... Je l'ai touchée tout à l'heure dans l'armoire,  alors que je choisissais mes vêtements pour demain. Elle me plaît tellement. Elle est toute douce, une si jolie forme... Et si elle ne me va pas ? Et si elle ne me va jamais ?

    Je vais attendre encore un peu... Je ne suis pas courageuse... Je vais attendre le moment de préparer la valise pour les vacances de Noël, j'adorerais la mettre à Noël...

    Bon, à part ça, je suis allée au sport ce soir. J'avais l'impression de ne pas en avoir fait depuis une éternité. JC m'a dit que lui aussi ça lui paraissait longtemps. Nous nous sommes vus jeudi soir dernier, mais entre temps il s'est passé des choses. J'ai passé un cap symbolique au niveau poids, j'ai couru un dix kilomètres.

    JC m'a dit que nous allons maintenant travailler l'endurance fondamentale, plus que les fractionnés pour l'instant (objectif, faire le 20 kilomètres en moins de deux heures), que nous avons tout le temps de préparer les 20 kilomètres de Paris. Et surtout, l'essentiel, renforcer le CoreTraining, travailler encore les muscles profonds, les renforcer davantage, améliorer l'équilibre, la posture encore et toujours.

    Affiner ma silhouette en la musclant harmonieusement.

    Il m'a demandé de ne plus me mettre la pression, ne plus me rendre malade avec mon poids, juste savourer le chemin parcouru, le laisser, lui mon coach, m'emmener encore plus loin. Je lui ai répondu que je suis d'accord avec tout ça, les séances avec lui sont les seuls moments où je ne gère rien, où je me laisse totalement porter, en toute confiance.

    JC était relativement surpris de me voir aussi en forme, sans aucune courbature, pas mal aux jambes du tout. Je lui ai dit qu'il m'avait particulièrement bien préparée, et que très franchement, courir 10 kilomètres, c'est moins intense et fatigant qu'une séance avec lui. La séance de ce soir je l'ai faite avec enthousiasme, j'étais en manque.

    A la fin je lui ai demandé s'il m'avait vraiment fait travailler, que ça ne m'avait pas semblé excessivement difficile. Il a ri en me disant que je ne me rends pas compte à quel point je suis entraînée, et à quel point j'ai progressé ces six derniers mois. Bon, si JC le dit... Du moment que mon entraîneur est satisfait, ça me va.  Et qu'il augmente encore le niveau comme il me l'a dit, alors ça, ça me plaît !

    Vivement jeudi soir:-))))

    JC travaille entre Noël et Nouvel an, et comme Chéri aussi, mais que moi je serai en vacances, je vais pouvoir faire du sport tous les jours, c'est génial.

    Nous ne partons pratiquement pas pour Noël. Les 23 et 24 chez mes parents, le 25 chez mon frère, avec la famille de ma belle-soeur. Puis retour à Paris le 25 au soir. Et puis toute une semaine de vacances pour moi. Ca va arriver très vite. Le 9 décembre, je ne travaille pas, nous partons trois jours à Lille pour notre anniversaire de mariage, et dès le 21 je suis en vacances. Et oui, l'avantage de beaucoup travailler et de ne pas prendre le temps de poser ses vacances, en fin d'année, il en reste plein plein plein:-)

    Ceci dit en attendant, demain c'est la clôture de novembre, et je vais aller au bureau pour 6 heures, alors je vais me coucher.

    Passez une douce nuit.

  • Quel(s) pied(s)

    Ce samedi a été riche en émotions.

    Je me suis levée à 9 heures, bu mon café pendant que Chéri dormait encore. Chéri s'est levé en fin de matinée, nous avions envie d'aller au cinéma. J'ai mangé deux belles tranches de jambon blanc au torchon, des carottes râpées et de la salade verte, un fromage blanc, deux clémentines. Il était à peine midi, mais je voulais être sûre d'avoir tout bien digéré avant la course afin de ne pas avoir le ventre barbouillé en courant.

    Pour aller au cinéma, d'où nous avions décidé de nous rendre directement au Village de la course, j'étais en tenue de sport. Bien couverte, avec une grosse doudoune par-dessus. Nous sommes allés voir Les animaux fantastiques, le film dure plus de deux heures, nous sommes sortis à 15h45. Je commençais à être anxieuse pour la course.

    Nous sommes allés boire un café, allez savoir pourquoi, moi qui ne bois jamais de café l'après-midi là j'avais envie.

    Café.jpg

    Puis nous avons pris le bus pour nous rendre au pied de la Tour Eiffel, où était installé le village. Nous avons fait la queue pour y entrer, les palpations et ouvertures des sacs prenant du temps. J'ai récupéré mes tee-shirt et dossard d'ambassadrice. Le monsieur donnant les tee-shirts m'a tendu une taille M, je lui ai dit mais non monsieur, il me faut plus grand. Je ne crois pas m'a-t'il dit.

    Bon j'ai pris le tee-shirt et l'ai passé au-dessus de mon tee-shirt à manches longues avec appréhension, ça taille toujours petit les tee-shirts techniques, et j'avais deux épaisseurs dessous pour être sûre de ne pas avoir froid.

    DSCN6779.jpg

    J'étais un peu serrée, mais ça allait plutôt bien. J'ai accroché mon dossard, mis mon bracelet lumineux et remis ma doudoune par-dessus en attendant le départ. la nuit était tombée, il commençait à faire froid.

     

    En pied.jpg

    Une de mes copines connues à La Parisienne est venue nous rejoindre, ça m'a fait extrêmement plaisir.

    Face.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A 18 heures, il y a eu un petit échauffement collectif puis les ambassadeurs ont été appelés pour se mettre sur la première ligne en attendant le départ. Chéri a pris ma doudoune et mon sac, m'a montré un café dans lequel il allait m'attendre au chaud. Ma copine m'a dit qu'elle allait se mettre sur le parcours de façon à me voir deux fois, car nous allions faire deux boucles de cinq kilomètres sur les quais de Seine.

    Là j'ai commencé à avoir froid. Le départ à été donné avec un peu de retard, j'avais froid, très froid... Le départ a été donné, tous les coureurs sont partis très très très vite. Pas du tout le rythme de La Parisienne, là d'abord c'était mixte, et j'ai bien vu en attendant le départ qu'il y avait des coureurs aguerris. Je suis donc moi aussi partie vite, sans réfléchir. Puis au bout de quelques minutes, j'ai repris mon rythme, et me suis enfermée dans ma bulle, mettant en application tout ce que JC m'a appris. J'avais oublié mon iPod, alors j'ai profité du paysage, des groupes de musique.

    Je sentais que je courais plus vite que les trois fois où j'ai couru dix kilomètres en entraînement. Forcément, l'émulation de la foule, les entraînements intensifs de ces dernières semaines, penser à tous ceux, vivants ou pas pour qui je courais...

    J'ai entendu ma copine qui criait mon prénom, j'étais presqu'au bout de la première boucle de cinq kilomètres, je n'étais encore ni essoufflée, ni mal aux jambes, je commençais à me sentir bien dans le rythme. J'ai vu la Tour Eiffel se mettre à clignoter, comme c'est le cas toutes les heures. Il était donc 19 heures, 20 minutes que nous étions partis, j'étais sur de bonnes bases pour faire mieux que pendant mes entraînements.

    Car à aucun moment je n'ai regardé ma montre, ne voulant pas me mettre la pression, juste me fier à mes sensations. Comme il n'y avait pas de marquage des kilomètres, c'était vraiment au feeling. Pas de ravitaillement non plus, nous courions pour une bonne oeuvre, pas trop de budget. Pour moi, ce n'est pas un souci, quand je fais une séance d'une heure avec JC je n'éprouve pas le besoin de manger, quand je cours moins d'une heure, non plus. J'aurais bien bu quelques gorgées d'eau mais bon...

    J'ai de nouveau entendu ma copine crier mon nom, me disant que nous n'étions plus qu'à quelques centaines de mètres de l'arrivée. Déjà ?

    Elle a couru quelques mètres avec moi le long du trottoir et m'a dit allez fonce. Et là, je suis partie en sprint, faisant exactement les mouvements de bras, d'abdos que JC m'a montrés jeudi soir pour sprinter. Je me sentais tellement bien.

    En passant la ligne d'arrivée, j'ai arrêté ma montre cardio, mais sans la regarder. J'ai reçu le badge faisant office de médaille, ai fait mes étirements et suis allée au stand de ravitaillement. J'ai bu trois verres d'eau. Il y avait des biscuits, salés et sucrés, mais après un effort, il se passe un moment avant que j'ai faim. J'ai retrouvé ma copine, et nous sommes allés rejoindre Chéri au café pour boire un verre.

    Et là, j'ai regardé ma montre. Et là, je me suis levée de ma chaise pour sauter sur place. 52 minutes et 12 secondes !! Deux minutes de moins qu'à l'entraînement de dimanche dernier. Ce n'est que la 4ème fois que je cours dix kilomètres, je suis passé en 4 fois de 1 heure 9 minutes à 52 minutes.

    Incroyable ! Là, je suis fière de moi. J'ai tout de suite appelé JC qui m'a dit qu'il est très fier de son élève, que je dois savourer ces moments. Entre la Parisienne du 11 septembre et La course des Lumières du 26 novembre, l'évolution est indéniable.

    Nous sommes repartis tous les trois reprendre le bus, je sautillais et dansais en marchant, je ne me sentais pas fatiguée, sans doute aurais-je pu courir quelques kilomètres de plus. J'avais encore beaucoup d'énergie ! Je me sens tellement bien dans mon corps, jamais je n'ai éprouvé cela...

    Nous avons pris le bus, Eva nous a quittés en chemin pour rentrer chez elle.

    En arrivant à la maison, j'avais vraiment froid, j'étais heureuse de prendre une longue douche très chaude. Il était 21h30, Chéri, affamé, s'est préparé des pâtes à la bolognaise. Moi j'avais un peu faim, mais pas tant que ça. Je me suis fait une salade verte, de la batavia, avec une tomate, et du thon. Puis une pomme.

    Je me sentais bien, heureuse d'avoir réussi mon challenge, heureuse d'avoir participé à une course pour cette cause.

    Dos.jpg

    D'ailleurs, je vous remercie, ceux d'entre vous qui ont participé à ma collecte de fonds au profit de l'Institut Curie. Sans doute referais-je ce genre de course, alliant défis personnels sportifs et causes qui me tiennent à coeur.

    Il y a eu des moments d'émotions hier soir. Des gens couraient en poussant les fauteuils roulants de malades, l'atmosphère était grave et légère en même temps, il y a eu des prises de paroles bouleversantes. Alors oui, grand merci à vous qui m'avez aidée à pouvoir contribuer à cela.

    Bracelets.jpg

    Je vous souhaite une douce soirée.

  • Bocal à kilos #19 + Radical #15

    J'ai vu Sarah ce midi. C'est fou ce que les semaines défilent, je ne vois pas passer les jours entre deux rendez-vous

    Et je continue à mincir. Toujours pas de pallier. Je suis dans la onzième semaine de perte ininterrompue. Aujourd'hui, la balance a affiché un joli -2,5 kilos que vendredi dernier.

    DSCN6770.JPG

     

     

     

     

     

    Sarah était surprise, en général la perte n'est pas aussi régulière. D'autant m'a-t'elle dit, que nous arrivons au bout de la perte de poids...

    DSCN6771.JPG

    Là, ce n'est pas moi qui vais donner des explications scientifiques ou médicales. Pour moi, tout ce que je perdrai à partir de maintenant, c'est du bonus, du bonheur. Je pèse moins que dans mes rêves les plus fous. Je pèse moins que le poids que JC espérait en tenant compte de ma masse musculaire. Je m'habille en taille 40, comme je suis grande, ça me paraît bien, chez Décathlon je prends de la taille M. Ma silhouette commence à me convenir, j'aime mes jambes... Alors maintenant je vais ralentir les efforts (car oui, ces 11 semaines ont été rudes) et laisser mon corps se stabiliser au poids auquel je me sentirai parfaitement bien, et que je peux maintenir sans être au régime, c'est ça la donnée primordiale.

    En prenant ma tension, j'étais allongée, en sous-vêtements, Sarah a observé mon corps et m'a dit que j'ai un corps musclé, ferme et tonique, et pour ça, merci le sport.

    Elle m'a demandé si je suis prête pour la course de demain soir:-) Et a ajouté en riant "comme je sais que vous allez appeler JC à peine sortie, dites-lui bonjour pour moi".

    En effet j'ai appelé JC en sortant... Et je me suis mise à pleurer... Larmes de bonheur et larmes de peur. Ce qui s'est passé cette semaine est extrêmement symbolique. Je pèse aujourd'hui moins lourd que lorsque j'avais 18 ans. Et j'en ai déjà parlé avec JC, c'est un cap qui me terrifie. Maintenant, je suis dans l'inconnu... je ne me suis jamais connue avec un corps pas gros en étant adulte. Heureusement qu'il m'a fait travailler le mental, pas seulement les muscles.

    Grâce à ça je peux me regarder en face sans trembler, sans avoir peur de revivre tout ce que j'ai vécu. Juste en étant heureuse du chemin parcouru. Il sait que c'est maintenant que je vais plus que jamais vouloir faire du sport et modeler ma silhouette. Il sait qu'il va devoir me modérer, réfréner mon enthousiasme... Mais surtout il sait que je suis plus déterminée que jamais, et il m'a confirmé qu'on va bosser encore et encore... Et qu'avant toute chose, histoire de me remettre les pieds sur terre, il attend que je l'appelle demain soir pour le résultat de la course. JC c'est mon héros, c'est ce que je lui ai dit;-)

    J'ai été une adolescente grosse, une adulte obèse. Mais je serai une cinquantenaire mince ! Peut-être que j'aurai fait les choses à l'envers, mais au moins je les aurai faites. Et ça, je ne le dois qu'à moi. Je ne subis plus, et ne laisserai plus quiconque me faire du mal, même si je n'ai plus cette armure de graisse pour me protéger.

     Je vais tout faire pour en tout cas. Et quand je me donne à fond, je m'investis vraiment, vous le savez:-)

    Passez une folle soirée !!!!!!! Quant à moi je rends Chéri à moitié dingue tellement je parle et ris et bouge en sautillant, en dansotant. Il adore ma nouvelle façon d'être je crois, je ne pleure plus, je ris beaucoup, pas de coups de blues... et il me trouve canon, alors que pourrais je désirer de plus ?

    Je sous souhaite un agréable samedi, je viendrai dimanche vous raconter La Course des Lumières.

    Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

  • Quel beau début de semaine

    La semaine a bien commencé. Lundi, Heure Bleue et Le Goût m'ont cueillie au pied du bureau à l'heure de la pause déjeuner pour aller boire un café. Et, jolie surprise, ils sont arrivés avec Rosalie, que j'étais très heureuse de revoir, ça faisait bien longtemps:-).

    Bon, je suis restée une heure et demi avec eux, ce n'est pas raisonnable, mais enfin, je prends rarement de longues pauses déjeuner.

    Mardi, séance avec JC. Séance intense, qui s'est achevée avec dix minutes de tapis.

    Ce matin, j'ai passé mon entretien d'objectifs 2017. Ca s'est mille fois mieux passé que l'an dernier. Je n'avais pas la boule au ventre, j'étais sereine, ce fut un moment constructif avec mon Directeur. Je me suis affirmée, je n'ai plus peur de défendre mes points de vue. Il m'a dit qu'il m'a beaucoup observée depuis un an, et qu'il sait maintenant qu'il peut me donner l'accès à tous les dossiers très confidentiels. Enfin bref, plein de choses intéressantes.

    Depuis hier, j'entre des données financières dans un nouveau logiciel, qui servira de base de travail à toute l'équipe. Depuis les chargées de projet qui reçoivent les demandent de traductions et font les plannings des traducteurs, en passant par les traducteurs pour finir par moi, qui aurai dedans toutes les infos de facturation et de création de références.

    La haute saison va être passionnante. Surchargée, ça c'est plus que certain, mais que j'aborde sans peur contrairement à l'an dernier. Va juste falloir s'organiser beaucoup beaucoup pour garder du temps pour Chéri, pour le sport, pour les amis, pour les sorties...

    Ce soir je suis allée au sport donc. Qu'est-ce que c'a été bien !!!!!!! Nous n'allons pas nous voir samedi matin, puisque j'ai la course de dix kilomètres samedi soir, et quand je suis arrivée, JC m'a dit qu'il allait m'apprendre à sprinter.

    Waouh ! J'ai fait des sprints au ralenti:-)

    Quand JC m'a montré comment bien positionner les bras, les obliques, le bassin, il avait l'élégance d'Usain Bolt. Quand ce fut mon tour, c'était quelque peu plus approximatif...

    Ensuite, j'ai fait de vrais sprints sur le tapis, en utilisant non seulement les bras, mais les abdos obliques pour que le buste fasse économiser de l'énergie aux jambes.

    Pour finir la séance, 20 minutes d'abdos, travail des obliques. J'adore travailler les obliques, c'est ça qui fait la taille fine:-)

    Ce fut une séance géniale, très différente de d'habitude, pas épuisante car JC ne voulait pas risquer que je me blesse ou ai trop de courbatures. Il a mis l'accent sur la technique... très technique.

    Il m'a dit de l'appeler dès que je quitte Sarah demain. Et de l'appeler samedi soir après la course. Il m'a dit qu'il est fier de ce que je deviens.

    Je suis rentrée portée par l'enthousiasme, impatiente de retrouver Chéri. Dès que je me sens bien, j'éprouve le besoin intense d'être avec Chéri. Tout comme quand je me sens mal d'ailleurs. En fait je me sens bien dans ma peau, dans ma vie en ce moment, le seul truc, c'est que j'aimerais être avec Chéri tout le temps...Et réciproquement, il m'appelle souvent au bureau juste pour le plaisir d'échanger quelques mots.

    Bon fin de la parenthèse guimauve... Mais en ce moment, je fais des déclarations d'amour à tous ceux auxquels je tiens. Pas de honte à dire qu'on aime !

    Je vais me coucher, demain le réveil sonne tôt. Passez une belle nuit !

    Rendez-vous demain soir pour Le bocal à kilos;-)

  • Fin de semaine

    Hier matin, séance avec JC. Il est infernal ! Comme ça fait deux fois que je fais les fractionnés à 14km/h avec relativement d'aisance, bim, il les a passés à 15 km/H. M'en fiche, je les ai faits, sans même râler... Et même en y prenant du plaisir. Ensuite, une demi heure de gainage uniquement. Planche, obliques, gainage dorsal, gainage dynamique en équilibre sur le bosu. Ces cinq gainages différents, à trois reprises chacun.

    Je suis rentrée, juste le temps de prendre ma douche, de manger un fromage blanc et un kiwi, et j'avais rendez-vous avec une copine pour prendre un café. Je suis ensuite allée me faire couper les cheveux. Le coloriste a accentué un tout petit peu le roux pour égayer cette grise saison, et la coiffeuse m'a proposé de couper un peu moins court que d'habitude, elle a vu mon visage affiné. Et ça donne ça, j'aime bien aussi.

    Sourire.jpg

    En rentrant à la maison, je devais aller chercher le pain pour le dîner, et je suis passée devant une boutique de vêtements de notre quartier que j'aime beaucoup. Un pull en vitrine m'a tapé dans l'oeil. Je suis entrée pour l'essayer, il ne m'allait pas bien, pas du tout mon style en fait. En revanche, j'ai craqué sur cette robe.

    Robe face.jpg

    Profil robe.jpg

    Mollets.jpg

    En rentrant je l'ai essayée avec mes nouvelles chaussures à talons pour montrer à Chéri, et il a tellement aimé qu'il m'a demandé de la garder pour recevoir nos invités. Je n'ai même pas eu le temps de la laver avant de la porter du coup.

    Nous n'avions pas vu nos amis depuis mi-septembre, juste avant que je ne commence mon régime, il m'ont trouvée "fondue", selon leur expression.

    Le dîner s'est très bien passé, Chéri s'était surpassé, ma mousse au chocolat a eu beaucoup de succès. Quant à moi, j'avais préparé avant qu'ils n'arrivent une omelette tomates-oignons, que j'ai fait réchauffer, et accompagnée de salade verte, ils n'ont guère fait attention que je mangeais différemment, les vins de Chéri les avaient déjà rendus bien joyeux.

    La soirée s'est prolongée jusqu'à deux heures et demi du matin, le temps de remettre un peu d'ordre, je me suis couchée à trois heures. Ce matin je me suis levée à 10 heures, Chéri m'a rejointe à midi, j'avais eu le temps de tout nettoyer.

    Chéri est allé au marché faire le plein de fruits et légumes et a aussi rapporté un poulet rôti. J'avais très très faim, j'ai mangé une cuisse plus une aile plus un blanc, du chou fleur, et une orange ; je n'avais rien mangé depuis la veille au soir.

    Nous n'avions pas envie de sortir, pluie, vent, froid, nous avons regardé un film que Chéri avait mis de côté pour me le montrer.

    A 17h30, une fois la nuit tombée, je suis donc comme convenu partie pour courir dix kilomètres.

    Profil.jpg

    Face.jpg

    Je suis partie sous une toute petite bruine, à cinq kilomètres il s'est mis à tomber une pluie battante. Du coup ça m'a fait accélérer;-)

    Je suis rentrée trempée, mais peu importe, j'ai pris un réel plaisir. Je n'ai finalement pas eu peur de glisser, malgré la pluie et les feuilles mortes qui jonchent les trottoirs.

    En rentrant j'étais tout aussi surexcitée que dimanche dernier, je crois que j'aurais pu courir quelques kilomètres de plus sans problèmes.

    J'ai appelé JC pour lui annoncer mon chrono : 54 minutes et 5 secondes, soit 21 secondes de moins que dimanche dernier, malgré la pluie et la nuit. JC m'a dit que je suis fin prête pour samedi prochain et La course des Lumières.

    Je courrai cette course avec plus d'émotion encore que je ne le pensais. Vous savez, je me suis inscrite en tant qu'ambassadrice de l'Institut Marie Curie, dans le but de récolter des fonds pour aider la recherche contre le cancer. Cette course est dédiée à cette cause.

    Tout à l'heure j'ai appelé ma mère, comme chaque dimanche en fin de journée, et elle m'a annoncé la mort d'une fille avec laquelle j'ai passé mes années de collège et lycée. Elle avait un cancer des os, qui s'est généralisé, et le week-end dernier en allant chez mes parents j'ai voulu aller la voir, comme souvent quand je suis dans les Ardennes, pour lui faire un coucou, mais elle était à l'hôpital, son état s'étant dégradé depuis quelques semaines.

    Son mari est venu voir mes parents hier soir très tard, il sortait de l'hôpital, complètement déboussolé.

    Alors samedi prochain, je courrai en pensant fort à Aline, 49 ans comme moi.

    Et à tous ceux et celles qui ont un jour été confrontés à cette maladie. Et à tous ceux et celles qui s'en sortiront grâce à la recherche. Et à tous ceux et celles qui se battent en ce moment, j'en connais, vous en connaissez, on en connaît tous.

    Désolée de cette parenthèse sinistre, ça fait aussi partie de la vie de chacun d'entre nous.

    Alors aimons ceux qui comptent pour nous tant qu'ils sont à nos côtés, ne soyons pas mesquins ni aigris, soyons généreux en amour, en gentillesse. Parfois l'aigreur et la méchanceté ambiantes me donnent envie de tout arrêter... Pourtant il est tellement plus simple de sourire que de juger avec mauvaise foi.

    Bref, là n'est pas le sujet. Je suis quelque peu agacée par la soirée politique, entre autres...

    En attendant je vais continuer à vous raconter, mes hauts, mes bas, mes bonheurs, mes tristesses, mes défis, mes échecs.

    J'ai un magnifique challenge en vue pour 2017, j'en ai parlé à JC qui est enthousiaste, je vous en parle très vite.

    Prenez soin de vous.

  • Bocal à kilos #18 + Radical #14

    Bon, j'avais donc rendez-vous avec Sarah pendant ma pause déjeuner. Je me demandais si le fait d'avoir réintroduit deux fruits par jour, du sucre donc, allait me faire stagner.

    Et bien non, j'ai encore perdu du poids : 1,5 kilos. Oui oui oui 1,5 kilos depuis mercredi dernier. Ce qui a aussi joué sans doute, c'est que JC a intensifié les séances comme il m'avait dit que ce serait le cas en novembre, et que j'ai couru plus. Ce qui nous amène donc à 16,8 kilos éliminés en neuf semaines.

    DSCN6766.JPG

    DSCN6768.JPG

    Cette fois la boîte chat est pratiquement vide, et le bocal à kilos presque plein à ras bord:-)

    Bon, j'ai décidé de tout vous raconter de mon parcours alimentaire, alors je le fais. Ce que je vais écrire va sous doute en faire bondir plus d'un(e). Mais ce ne serait pas réglo de ne pas vous dire les choses, et que vous puissiez me dire que vous n'approuvez pas. Ou au contraire que vous approuvez.

    Voilà. Je suis au poids fixé au départ par JC, Sarah et moi. Et en effet, j'ai perdu largement ce qu'il faut, ma silhouette est complètement dans la norme, mon nouveau corps ne me déplaît pas, au contraire. Depuis que je suis adulte je n'ai jamais été aussi "mince", ni surtout aussi tonique et musclée.

    Sarah m'a demandé tout à l'heure si on commence la stabilisation ou si on continue à perdre et combien. Je lui ai dit que cet objectif était la fourchette haute dont nous avions parlé avec JC, que l'idéal serait de perdre encore 5 kilos. Elle a donc noté cet objectif. Je lui ai dit que j'en parlerai demain à JC pour qu'il valide. Moi en tout cas, je serais ravie d'en perdre 5 de plus. Mais... je dois prendre certains paramètres en compte. Que mon visage ne se durcisse pas trop à force de se creuser, que ma peau n'accuse pas (trop) le coup, que je ne paraisse pas "maladive" alors qu'au contraire je suis en grande forme physique. En même temps, si je perds encore 5 kilos de masse grasse, je pourrai ensuite reprendre ces 5 kilos en masse musculaire. Ceci dit, j'ai encore de petits bourrelets soyons lucides. Même si je perds mon alliance, mes chaussures. Bon ça c'est pour l'anecdote, mais oui, j'ai perdu une pointure et mon alliance est trop large non seulement pour l'annulaire mais aussi pour le majeur.

    Il faut vraiment que JC et moi en parlions sérieusement demain. J'avoue que j'aimerais perdre encore quelques kilos, après tout si je continue à maigrir c'est que mon corps n'est pas arrivé à son poids de forme. A suivre donc...

    Alors, les aliments, réintroduits à partir d'aujourd'hui : AUCUN. En attendant de savoir ce qu'on fait exactement on repart pour une semaine identique. Les féculents attendront encore une semaine ou deux.

    J'ai comme d'hab appelé JC en sortant, qui m'a dit hier soir qu'il attendait le résultat avec impatience, car il me voit m'affiner dans ma tenue de sport. Il est ravi. Pour la course du 26, je pèse le poids qu'il espérait. Mon corps est extrêmement coopératif depuis le 12 septembre ! JC m'a dit que demain nous prendrons le temps de peser le pour et le contre, c'est le cas de le dire, de savoir si on continue le processus de perte.

    Demain matin, séance de sport donc. Puis un café avec une des cop's faite à La Parisienne. Ensuite je vais chez le coiffeur. Je ne manquerai pas de vous montrer le résultat. Raviver le roux ça c'est sûr. Couper ultra court comme j'aime tant ou laisser un tout petit peu de longueur parce que mon visage s'est creusé ? Moi du coup j'aurais tendance à vouloir très court, voire plus court que d'habitude, mais j'écouterai les conseils de la pro:-)

    Pendant ce temps, Chéri préparera le dîner car nous recevons deux couples d'amis demain soir. Il a comme d'habitude prévu un menu alléchant. Pour l'apéritif, j'ajouterai à ce qu'il a prévu des tomates cerise et du fenouil cru.

    Et comme ensuite il fait une tourte veau, foie gras, cèpes, armagnac, estragon accompagnée de salade verte, je me préparerai une salade composée à part. Et une omelette aux légumes que je ferai dorer au four, ça ressemblera à une tourte;-). Je ne mangerai naturellement pas de la vraie, de tourte.

    Bon le plateau de fromages, les vins, pas de problèmes, je n'aime pas ça, et n'ai jamais aimé, ça n'étonne plus personne. Et pour le dessert, Chéri a très très très envie de mousse au chocolat, alors je viens d'en faire, il dit que je la fais mieux que lui. Et je n'ai même pas léché la cuillère, ni raclé le fond du plat à la spatule;-) Dans 24 heures elle aura bien pris et sera ferme et craquante. Pour le moment elle est encore liquide, ce qui n'a pas empêché Chéri de se régaler de quelques cuillères, et il m'a dit qu'elle est fameuse. Tant mieux, pourvu que nos convives se régalent eux aussi demain soir, car j'ai fait un très gros plat.

    DSCN6763.JPG

    Dans la mousse au chocolat je ne mets que du chocolat à 70% et des oeufs. Pas de beurre, pas de sucre. Un tout petit peu de vanille liquide. J'ai râpé dedans un tout petit peu de chocolat à 90%. Et demain au moment d'apporter le plat je râperai du chocolat à 90% dessus. Oui, il faut aimer la puissance du chocolat pour ma mousse:-)

    Je vous montre quelques repas de ces derniers jours ?

    DSCN6761.JPG

    Mélange chou fleur-brocoli-chou romanesco (Picard surgelés), cuit vapeur, poivron vert, tomates, oignons, champignons de Paris doucement mijotés dans du coulis de tomate, du filet de dinde grillé. Ce genre de repas, je le cuisine le soir, ça prend une demi-heure et j'en fais largement pour deux ou trois repas, y compris mon bento. Suivi d'un yaourt ou d'un fruit je suis calée, et je me régale. Je varie les assaisonnements, les légumes.

    Je mange aussi beaucoup de salades composées, selon mes envies

    DSCN6759.JPG

    DSCN6760.JPG

    Je suis tellement heureuse de remanger pommes, oranges, clémentines et surtout, plus que tout, kiwis et pamplemousses. Les fruits m'ont je crois plus manqué que ne me manquent aujourd'hui les pâtes, le riz, les pommes de terre.

    J'appréhendais d'en remanger en même temps, me demandant si cela allait réveiller mon goût du sucre. Mais non, pas pour le moment en tout cas. Je reste prudente, les frustrations et compulsions vont peut-être me tomber brutalement dessus. Mais pas pour l'instant. Je n'ai même pas eu la tentation de me lécher les doigts en faisant la mousse au chocolat.

    Je déguste les fruits avec bonheur, sans éprouver le besoin de plus. Ce qui me surprend considérablement je dois dire, c'est de ne pas avoir d'attirance pour les pâtes, le riz, les pommes de terre. Chéri en cuisine pour lui, ça sent bon, j'aime ces odeurs  mais pas d'envie d'en manger. Ca me paraît même bizarre, mais tant mieux, si je souffrais de frustration, ce serait beaucoup plus difficile !

    Dimanche, je vais aller courir 10 kilomètres en soirée. On verra ce que ça donne de courir quand il fait noir. En espérant que la pluie et le vent se calmeront un peu d'ici dimanche soir.

    Je vous souhaite un très joyeux week-end et reviens vite vous raconter.

  • Un week-end sportif

    Jeudi soir dernier, c'était la fin de la semaine de travail. J'ai fait ma séance avec JC. Cette séance a été différente, c'est précisément lors de cette séance que j'ai senti réellement mon changement de poids. Je ne suis plus du tout gênée par mon ventre pour faire les exercices, quand je fais des tractions, c'est tellement plus aisé de soulever mon corps, j'ai gagné une aisance que je n'avais jamais constatée.

    JC l'a aussi remarqué et m'a dit que nous allions travailler encore et encore plus.

    Il m'a dit que pendant le week-end de trois jours chez mes parents, je pouvais courir une fois, pas deux. Que j'en profite pour bien décompresser, la récupération faisant partie à part entière du processus d'affinement et de musculation.

    Samedi matin, je me suis levée en pleine forme, j'avais passé le vendredi assise à discuter avec mes parents, et même fait une sieste l'après-midi.

    J'étais levée à 7h30, laissant Chéri dormir. J'ai mis, pour la première fois le tee-shirt manches longues technique, sur lequel j'ai enfilé un tee-shirt manches courtes, et le blouson spécial course. Il faisait froid, 0 degrés. J'ai bu un café, et mon père, qui voulait absolument me voir courir, m'a emmenée en voiture à un endroit réservé aux promeneurs, coureurs et cyclistes, le long de la Meuse, et qui chemine sur plus de 50 kilomètres. Ca m'a fait bizarre de me rendre au sport en voiture...

    Il m'a laissée au bord de ce chemin, me disant qu'il m'attendrait 3 kilomètres plus loin, histoire de voir si j'avais mal au mollet, si je voulais continuer ou arrêter.

    Je suis partie tranquillement, sur les trois premiers kilomètres je n'ai croisé personne, trop tôt trop froid sans doute. Quand j'ai vu la silhouette de mon père se profiler à quelques centaines de mètres, je n'en revenais pas. J'avais l'impression d'avoir à peine commencé à courir, pas encore essoufflée, j'avais toujours froid, même courir ne me réchauffait pas... surtout les mains. Je me suis arrêtée quelques secondes près de mon père qui m'a tendu une bouteille d'eau, c'était trop chouette, j'avais l'impression d'être une championne. Il m'a demandé si j'avais mal au mollet, mais non, rien de rien, aucun tiraillement.

    Il m'a dit que j'avais une belle foulée, me tenant bien droite, tête haute, bras bien positionnés perpendiculaires au corps, m'aidant à avancer. Ben oui, qu'est-ce qu'il croyait, ce n'est pas pour rien que JC m'a reprise des centaines de fois sur la posture, m'apprenant à dérouler les pieds, à m'aider de mes bras, à serrer les abdos et le périnée quand je cours;-)

    Je suis repartie au bout d'une vingtaine de secondes, pas plus je crois, et mon père m'a dit qu'il reprenait la voiture, et m'attendait de nouveau trois kilomètres plus loin.

    A aucun moment je n'ai regardé ma montre, je ne voulais pas voir le chrono ni le nombre exact de kilomètres, je voulais juste avancer. J'ai croisé deux coureurs, qui m'ont gentiment souri et dit bonjour, et un cycliste, qui a fait pareil. Pas du tout la même ambiance que lorsque je cours à Paris.

    Je laissais mes pensées voltiger, je regardais la Meuse, trouvant ce parcours le long de la rivière bien agréable, quand j'ai de nouveau vu mon père. Je me suis à nouveau arrêtée pour boire quelques gorgées, lui ai dit que je n'avais pas mal au mollet, que j'avais encore et encore envie de courir.

    J'ai jeté un coup d'oeil à ma montre et vu que j'étais à 6 kilomètres. Mon père m'a dit que je pouvais faire demi-tour, qu'il m'attendait dans 4 kilomètres.

    Je suis repartie, en accélérant un tout petit peu. J'ai encore croisé quelques coureurs, tous me disant bonjour en souriant.

    Le temps que je pense à l'attitude agréable des gens, voilà que j'aperçois mon père au loin. J'ai regardé ma montre, j'en étais à 9 kilomètres passés.

    J'ai continué au même rythme, tout en regardant ma montre pour m'arrêter à pile dix kilomètres. Et enfin, j'ai regardé le chrono : 54 minutes, 26 secondes !!!!!!!!!! Quoi ? 15 minutes gagnées par rapport à la première fois que j'ai couru 10 kilomètres il y a deux semaines ?

    J'ai demandé l'heure à mon père, en effet, cela faisait moins d'une heure que nous étions partis de la maison. Je me suis mise à sautiller sur place !!!! Mon père m'a dit "calme toi, marche quelques centaines de mètres pour récupérer et fais tes étirements". Ce que j'ai fait. Nous sommes rentrés en voiture, j'avais chaud mais froid aussi, j'étais surexcitée, je me suis mise à pleurer.

    Moi qui pensais ne jamais réussir à faire 10 kilomètres en moins d'une heure, et ai traité JC de fou furieux quand il m'a dit que je suis capable de les faire en 45 minutes. Il m'a fait progresser d'une manière incroyable. Ah oui j'en bave pendant les fractionnés, pendant les séances de cardio, pendant la muscu, pendant les abdos, pendant le gainage, oui j'en bave quand je vais courir seule le dimanche matin, mais quel bonheur.

    Non mais vous vous rendez compte ????????????? 10 kilomètres en 54 minutes 26 secondes !!!!!!!!!!! Et un moment génial partagé avec mon père !

    Nous sommes rentrés, j'ai sauté dans les bras de Chéri qui sortait de la douche. Ma mère avait préparé du café pour tout le monde, et soudain, mon ventre a gargouillé de faim, j'étais partie à jeun. J'aime courir à jeun, cette sensation de légèreté, de ne pas être encombrée. Je me suis fait deux oeufs au plat, et ai mangé un kiwi.

    J'ai passé au crible le rapport de ma montre. J'ai été très régulière. 11,1 km/h de moyenne, chaque kilomètres en 5 minutes 20 à 5 minutes 35.

    Et avant même d'aller prendre ma douche, une fois réchauffée et le ventre plein, après avoir saoûlé Chéri et mes parents de ma surexcitation, qu'est-ce que j'ai fait ?

    J'ai envoyé à JC un long SMs avec les chronos, mes sensations etc... Il a pris ça très calmement, mon JC n'est pas un démonstratif, et m'a dit qu'il n'était pas surpris, et qu'on allait continuer à travailler pour que je sois en super forme le 26 pour la course. Comme il me connaît bien, il m'a coupé l'herbe sous le bien en écrivant "je sais que tu vas vouloir retourner courir demain, il n'en est pas question. Récup' !".

    C'est vrai que je m'apprêtais à lui demander si je pouvais faire une petite sortie dimanche:-)

    J'ai raconté à mon frère ce moment hyper agréable, et ma nièce m'a dit qu'elle fait le 10 kilomètres en 52 minutes. Elle a 16 ans, est une sportive accomplie, pas un gramme de gras. Alors, je suis fière:-) Du coup elle m'a dit qu'elle aimerait que nous fassions des courses ensemble. De ça aussi je suis fière. Moi à 16 ans, jamais ça ne me serait venu à l'idée de demander à un adulte de faire une activité avec moi. Ca va être chouette de partager cela avec elle !

    J'avais donc posé mon lundi, JC m'avait dit que nous ferions une séance. Donc, 4 cette semaine. Lundi, hier soir, demain soir, samedi matin, trop bien !!!!!!!!!! Et comme la course le 26 a lieu dans Paris en soirée, JC m'a demandé d'aller courir ce dimanche qui vient 10 kilomètres vers 18 heures, pour être dans les mêmes conditions. Cette semaine est placée sous le signe du sport je ne m'en lasse pas.

    Lundi matin donc séance avec JC. J'étais super dynamique, ce week-end de trois jours en famille m'a donné une énergie et un sourire...!

    JC m'a fait faire des fractionnés à 14km/heure, et pour la première fois, je les ai faits aisément, sans peine, et en courant entre deux périodes à 14. C'est fou ce changement qui a eu lieu jeudi dernier. JC m'a dit que mon travail et ma détermination ne pouvaient aboutir qu'à un tel résultat. Mais....a-t'il ajouté, toujours me ramenant sur terre nous allons travailler plus intensément. Bon, ce n'est pas compliqué, JC élabore des programmes, je les fais;-)

    Quand je suis partie il m'a dit que cette séance a été magnifique.

    J'ai rejoint Chéri et nous sommes allés au cinéma. En sortant, nous avons voulu rentrer en bus, mais il y avait 15 minutes d'attente. Du coup, comme j'avais froid et ne voulais pas rester immobile un quart d'heure, j'ai proposé à Chéri de rentrer à pieds, mais il n'avait pas envie. Je lui ai alors donné mon sac à main, ai pris juste mes clés et lui ai dit que j'allais rentrer en courant. J'ai déclenché ma montre en partant, j'ai mis précisément 10 minutes 36 secondes pour faire le 1,91 kilomètre séparant le cinéma de chez nous. J'avais des chaussures plates confortables, mais pas des baskets. Et j'ai couru à plus de 10km/h.

    J'ai eu le temps de prendre ma douche, de me masser avec un gel musculaire avant que Chéri n'arrive.

    Oui, je me rends compte que je suis cinglée:-). J'ai tout le temps envie de bouger...

    Ce matin, nous avions une réunion au siège social. Intéressante, pendant laquelle mon directeur m'a présentée comme responsable de toute l'administration de notre entité... Je l'ai regardé, ai dit merci en souriant. Bon ça ne fait qu'entériner ce qui se passe au quotidien, mais puisque c'est officiel maintenant, et que mon entretien de développement a lieu la semaine prochaine nous allons pouvoir discuter. Oui, après l'entretien d'évaluation en juin, il y a le plan de développement en fin d'année.

    Ceci dit, j'aime réellement mon travail, très polyvalent, demandant de la réactivité, et les nouveaux logiciels qui me faisaient si peur il y a 18 mois, aujourd'hui je trouve que ce sont de beaux outils d'analyse. Bon, il y a toujours cette pression latente, ça c'est moins agréable...

    Je vais dîner, je vous souhaite une douce soirée.

  • Alors, ce long week-end ?

    Oh que ça fait du bien ! Je n'avais pas vu mes parents depuis le mois de juillet, et mon frère depuis....pfouuuuu encore plus longtemps.

    Nous sommes arrivés vendredi matin, mes parents nous attendaient sur le quai de la gare. Ils m'ont détaillée des pieds à la tête, mon père était bouche bée, et ma mère avait les yeux brillants.

    Une fois chez eux nous avons bu un café et parlé, parlé, parlé, parlé... Pratiquement jusqu'à l'heure du déjeuner. Ma mère avait cuisiné plein de bons plats dont Chéri s'est régalé, et pour moi, avait acheté des légumes, des fruits, de la viande, de quoi me nourrir au moins deux semaines. Je me suis fait tous mes repas, pas de gêne avec mes parents. Vendredi après-midi nous ne sommes pas sortis, restés tous les quatre à discuter devant la cheminée. Et j'ai aussi fait une petite sieste:-)

    Samedi mon frère, ma belle soeur et ma nièce nous ont rejoints, nous fêtions les 16 ans de ma nièce Elle est magnifique !! Et pas seulement physiquement, elle a aussi une personnalité drôle, vive, pétillante, de l'humour, de la répartie, une intelligence évidente, et beaucoup de délicatesse.

    Ma belle-soeur, depuis que ma nièce est bébé ne cesse de répéter qu'elle me ressemble. Et c'est de plus en plus vrai. Mon frère nous a prises en photo l'une à côté de l'autre alors que nous ne l'avions pas vu, et cette photo est splendide. Désolée, je ne peux pas vous la montrer. On pourrait penser que je suis sa mère et non sa tante. Et je ne parais pas grosse à côté d'elle, je n'en revenais pas.

    Elle fait beaucoup de sport, trois fois par semaine de la musculation et de la course à pieds au club où Yohann est licencié et où mon frère est coach. J'ai beaucoup parlé avec elle, en plus elle est amoureuse, c'est trop beau.

    Elle va venir passer un week-end chez nous en février avec sa meilleure amie, car son chéri fait une compétition d'escrime avec son équipe à Paris. Nous irons Chéri et moi le voir avec elles, ça m'intéresse, je trouve que l'escrime est un sport élégant.

    16.jpg

    Ma belle-soeur avait acheté un beau gâteau pour bien marquer le coup des 16 ans:-) Personne ne m'en a voulu de ne pas en manger. Pas plus que je n'ai mangé du couscous que ma mère avait cuisiné pour l'occasion.

    Vin.jpg

    Nous avons passé une si belle et douce journée. Mon frère m'avait apporté son livre, dédicacé par Yohann et par lui, pour JC. Il lui a fait une belle dédicace, tout comme celle qu'il m'a faite et qui m'a fait monter les larmes. Quand je lui ai donné le livre, JC a été très touché.

    Mon frère et sa famille sont repartis samedi après-midi, nous avons encore passé la soirée et dimanche chez mes parents. Nous sommes rentrés dimanche soir, chargés de pommes du verger, de légumes, et surtout avec de l'amour à profusion.

    Ces trois jours m'ont portée, je suis remontée à bloc, plus motivée et en forme que jamais.

    Je vous raconterai la partie sportive de ce long week-end demain, il commence à être tard, j'ai eu une longue journée, une séance de sport, et demain, réunion toute la matinée au siège social à Neuilly.

    Passez une belle nuit.

  • Bocal à kilos #17 + Radical #13

    Ce midi j'avais rendez-vous avec Sarah. J'ai perdu 600 grammes depuis mercredi dernier. Comme m'a dit JC quand je l'ai appelé en sortant, c'est toujours ça de pris.

    DSCN6754.JPG

    Un tout petit sujet, pour une légère perte.

    DSCN6753.JPG

    Normal que la perte se ralentisse, j'en suis à 15,3 kilos en huit semaines, et ne suis plus qu'à 2,8 kilos du poids que JC vise. Ensuite, nous commencerons la stabilisation et mon corps fera comme il veut, continuera de maigrir doucement ou remontera un peu. Car je ne sais toujours pas pour quel poids je suis programmée;-)

    J'ai raconté le déjeuner de dimanche à Sarah qui m'a dit que finalement, les deux cuillères de confit de canard ne sont pas graves du tout, d'autant que je n'ai mangé que cela au cours du repas.

    Alors, les aliments réintroduits ???? Vous le savez, ça fait plusieurs semaines que j'attends d'avoir droit à un fruit par jour. Et bien, en voilà deux. Oui, deux fruits par jour:-)))) Tous les fruits, sauf banane et fruits secs. Deux clémentines équivalent à un fruit. Et un demi pamplemousse pour un fruit. Pour les autres, un c'est un.

    Donc, maintenant, voilà ce que je peux manger chaque jour : viande, poisson ou oeufs, sauf porc, agneau et poissons fumés. Tous les légumes. Deux produits laitiers natures. Deux fruits. Ne manque plus grand chose... Et tout cela, ça représente plus que ce que je mangeais "avant".

    Alors, pour ceux qui s'inquiètent encore, soyez rassérénés. Et pour ceux qui ont l'impression que je mange trop de protéines, je vous dis : non. La première semaine, je l'ai expliqué a été extrêmement difficile, violente pour le corps, ne consistant qu'à manger des protéines. Dès la deuxième semaine, des légumes ont été réintroduits, et je mange plus de légumes que de viande ou poisson. Ne craignez pas une insuffisance rénale, je suis prête à parier que je mange moins de viande-poissons-oeufs en quantité que la plupart d'entre vous.

    Ne restez pas bloqués sur les protéines, ça a duré une semaine. Une semaine !!!!!!! Maintenant je mange des portions de viande-poissons-oeufs on ne peut plus classiques, et même sans doute moins que beaucoup de gens. Je mange beaucoup de légumes, de belles portions. Et maintenant que je peux ajouter deux fruits par jour... Je ne mange pas les deux laitages par jour, car je n'en suis pas friande, et je mangerai les deux fruits si j'en ai envie, si j'ai faim, ou un seul selon mes désirs.

    Je suppose que la prochaine étape sera d'ajouter les légumineuses et les féculents, l'huile. Donc, comme JC et Sarah me l'ont annoncé au départ, comme je vous l'ai dit, le régime à proprement parler aura duré entre deux et trois mois, dont une semaine de pures protéines.

    Je vous le répète, je n'ai pas de carences, ça n'aura pas duré suffisamment longtemps ! Ma prise de sang ne révèle rien. J'ai 11-7 de tension. Mes pulsations cardiaques sont entre 49 et 51, un cardio de sportive, je n'ai perdu que 0,5% de masse musculaire. Ma masse grasse viscérale, la plus dangereuse est à 8%, dans la moyenne basse.

    Cela vous semble-t'il un bilan de malade ? Ma généraliste m'a dit il y a dix jours que je suis en grande forme, je n'ai jamais de rhume par exemple... JC me dit que j'ai la condition physique d'une femme de 30 ans, alors que j'en ai 49.

    Alors je vous en prie, ne vous inquiétez pas. Je suis suivie médicalement, encadrée, soutenue.

    C'est dans quelques semaines que commencera le plus difficile, la stabilisation. Ces quelques semaines ont été rudes, mais je ne regrette pas d'avoir fait cela. Ca a débloqué l'amaigrissement, stoppé la stagnation, m'a fait perdre les derniers kilos qui s'accrochaient, m'a donné une vitalité incroyable. J'ai plus d'énergie que je n'en ai jamais eu, je sens mon corps complètement renouvelé.

    C'est pendant la stabilisation que j'aurai besoin de votre soutien.

    Comme convenu, j'ai appelé JC en sortant. Je ne suis plus qu'à très très peu du kilo redouté. Il en est ravi et m'a dit qu'on va renforcer le travail sur mon image et sur le mental. Et toujours des séances intenses et ciblées pour muscler en affinant.

    Lundi soir je suis allée chez Décathlon en quittant le bureau. J'ai acheté de quoi courir en hiver. Le tout en taille M. Habituellement je me débrouille seule chez Décathlon, car j'achète des basiques, caleçons et tee-shirts pour le sport, là j'ai demandé conseil sur les hauts techniques, légers et chauds, respirants pour évacuer la sueur quand on court. La vendeuse, qui court beaucoup, fait des marathons, m'a très bien aiguillée, et surtout, m'a stoppée net dans mon élan de prendre des tailles trop grandes.

    Ces vêtements nécessitent d'être près du corps pour remplir leur fonction, et surtout, je ne me vois apparemment toujours pas comme je suis. La vendeuse m'a tendu des hauts en M. Je lui ai dit "même pas en rêve je peux mettre du M". Et pourtant si. Autant le caleçon que le tee-shirt manches longues que le blouson sont du M. Et sont bien près du corps de par leur matière, c'est le moins que l'on puisse dire.

    Aller courir en extérieur comme ça va être un bon exercice pour moi, je ne peux que me montrer telle que je suis.

    Là je ne peux que constater la différence de silhouette. Il y a trois ans, chez Décathlon je prenais du 3XL. Et il n'y a pas longtemps encore, je m'obstinais à prendre du XL.

    Mes prochains achats, doivent absolument être des sous-vêtements. Soutiens-gorge de sport, les miens sont vraiment trop grands maintenant.

    Et sous-vêtements, pas de sport, tous mes sous-vêtements, je les ai tous resserrés au dernier cran, mais vraiment ça ne va plus. Et moi qui ai travaillé longtemps dans la lingerie je sais l'importance d'un soutien-gorge adapté, qui convient à la morphologie, ça fait toute la silhouette. Les miens sont donc tous à changer, pfouuuu ça, ça représente un budget:-(

    Je vous laisse, je vais déguster le boeuf aux carottes mijoté par Chéri. Suivi d'une, voire deux, clémentines, quel bonheur:-)

    Passez une belle soirée, je vous le souhaite de tout mon coeur. Prenez soin de vous, et suivez vos désirs.