Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des projets en veux-tu en voilà;-)

    J'ai passé une fin de semaine formidable !

    Jeudi, je me suis levée à 9h30, après avoir dormi 11 heures. Nous avons passé avec Chéri la journée à ne rien faire:-)

    Vendredi, ENFIN j'ai retrouvé JC, après 10 jours. Bon, j'étais contente qu'il ait profité de ses vacances, il en avait plus que besoin, il travaille vraiment beaucoup, n'empêche j'étais heureuse de le retrouver. On se demande bien pourquoi d'ailleurs, car la séance de reprise, en fin de matinée, alors qu'il faisait déjà très chaud, fut rude. Mais naturellement j'ai adoré !

    Vendredi après-midi sont arrivées ma nièce et ma belle-soeur. Mon frère, retenu à Reims par un imprévu n'est arrivé que samedi.

    Ma belle-soeur nous a laissé ma nièce et est partie passer la soirée avec une de ses amies qui habite le même quartier que le nôtre.

    Plus les années passent, plus je suis proche de ma nièce. Nous nous sommes couchées tard, elle avait beaucoup à me raconter.

    Samedi matin je l'ai réveillée tôt, car nous allions toutes les deux à la séance chez JC. Ce fut un moment génial. Il s'est beaucoup occupé d'elle pendant la séance, lui a parlé, l'a encouragée, lui a lancé des défis, elle n'en pouvait plus à la fin. Elle n'en pouvait plus, mais elle n'avait qu'une idée en tête, recommencer. Je les ai pris en photo à la fin de la séance, j'ai adoré leur complicité, j'étais tellement heureuse d'être avec eux deux. Fière de ma nièce !

    Il est magique mon JC, une séance avec lui, et on ne peut plus s'en passer. Du coup ma nièce a programmé de revenir souvent chez nous, pour que nous fassions des séances elle et moi avec JC. Mon frère est arrivé samedi après-midi, et toute la soirée de samedi, elle lui a tellement parlé de JC, super coach, super beau et plein de superlatifs, que mon frère a fini par lui dire que lui aussi il est entraîneur et que lui aussi il est beau.

    Et elle, avec toute la cruauté de ses 16 ans lui a répondu "oui mais toi tu es mon père, et tu n'es ni jeune ni beau comme JC". Moi ça m'a beaucoup fait rire...

    JC quant à lui, m'a dit que ma nièce a un corps athlétique, un potentiel de sportive. C'est vrai qu'elle fait beaucoup de sport depuis qu'elle est toute petite.

    Dimanche matin je suis allée courir très tôt, quand il faisait encore frais. JC m'avait dit de courir 20 minutes très lentement pour tester ma hanche. Et sur la piste du stade, pour avoir un terrain souple. Je me suis sentie tellement bien que j'ai couru 30 minutes sans voir le temps passer, et sans aucune douleur, que de bonnes sensations. Bon je n'ai pas couru vite, peu importe l'essentiel est de retrouver le plaisir sans douleur.

    Ma nièce voulait venir courir avec moi, mais finalement elle a préféré dormir:-)

    Je suis rentrée en passant par la boulangerie, tout le monde dormait encore, j'ai eu le temps de leur préparer une jolie table pour le petit déjeuner. Ils ont émergé à presque 10 heures tous.

    Après, Chéri est parti faire le marché, mon frère et ma belle soeur sont allés se balader, ils voulaient emmener ma nièce, mais elle a souhaité rester avec moi.

    Elle m'a posé plein de questions, sur la religion, la politique, le travail, elle est en train de s'affirmer, de se faire ses propres opinions, elle est ouverte d'esprit, sensible, presque trop sérieuse. C'est une jeune fille passionnée de politique comme je l'étais à son âge, elle aime être avec moi autant que j'aime être avec elle, ce furent de beaux moments.

    Elle a déjà programmé de revenir vite, pour faire des séances de sport, des courses, passer du temps avec Chéri et moi. Mon frère et ma belle-soeur ont un peu refréné son enthousiasme en lui rappelant qu'elle passe le bac français dans moins d'un mois, donc qu'elle pourra revenir, mais après, pas avant.

    Difficile de retourner au bureau ce matin. J'ai totalement déconnecté. Et de nouveau, c'est la semaine de la clôture...

    Dans deux semaines, je fais la course des dix kilomètres de l'Equipe. j'espère vraiment pouvoir la faire, déjà que j'ai dû déclarer forfait pour les dix kilomètres pour Elles d'hier.

    Bien sûr, je ne viserai pas le chrono que nous nous étions fixés avec JC, chrono ambitieux, mais inaccessible pour cette fois-ci, puisque je ne suis absolument pas entraînée.

    La semaine suivante, il y a la course des Princesses, qui a lieu dans les jardins du Château de Versailles. Je ne m'étais pas inscrite, mais une amie m'a taguée sur Facebook pour participer à un concours de l'un des sponsors. Et incroyable, moi qui n'ai jamais joué, et par conséquent jamais rien gagné de ma vie, j'ai été tirée au sort et j'ai un dossard.

    J'avais taguée à mon tour Karin , mais je suppose que tu n'as pas gagné ma belle, tu me l'aurais dit ?

    Avant de finaliser ma participation quand ils m'ont appelée ce matin pour me le dire, j'ai bien sûr demandé à JC s'il est OK. Il m'a dit oui, mais qu'on ne fixe pas de chrono, que je dois la faire ultra tranquillement, sans aucune pression ni risque de blessure.

    Entre les 10 kilomètres de l'Equipe le 11 juin et la course des Princesses le 18, je suis en vacances toute la semaine, j'aurai largement le temps de récupérer et de m'entraîner avec JC. Bon, après tout je peux enchaîner deux courses, si je n'ai pas de chrono en tête à atteindre, c'est comme les entraînements quand je vais courir le dimanche matin.

    Bon, je n'ai pas intérêt à faire la maline et courir vite, d'une part parce que je n'ai pas envie de ne pas pouvoir courir pendant presque trois mois comme ça vient de se passer, et d'autre part parce que je ne veux pas m'attirer les foudres de JC:-)

    Mais je suis super contente d'enchaîner les courses, je n'oublie pas que mon objectif principal de 2017 ce sont les 20 kilomètres de Paris:-))))))))) Ca me fera de beaux entraînements, parce que mine de rien, les 20 kilomètres c'est dans quatre mois.

    Pendant ma semaine de vacances j'ai aussi comme projet de m'alléger de vêtements et de sacs à main. De faire un grand tri, et donner une bonne partie. Ca fait un bon moment que j'y songe, que je réfléchis, que je ralentis, que je m'allège, spirituellement après physiquement. Je ne sais pas si je m'explique bien.

    Nous aurons l'occasion d'en reparler.

    En attendant, je vous souhaite une bonne soirée, douce et sereine.

  • 50 moins 100

    Dans 100 jours j'ai 50 ans.

    Ca me fait iech au-delà de tout. Déjà le 40 j'ai eu du mal à digérer, mais 50..... 50 !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Mais... comme vous le savez depuis maintenant bien longtemps, je suis une boule de contradictions sur pattes. Et le comble, c'est que jamais de ma vie je ne me suis sentie aussi bien. J'ai l'impression de tout vivre avec 20 ans de retard.

    C'est maintenant que je suis bien dans mon corps, pas quand j'ai eu 30 ans. Maintenant que j'exprime ce que je ressens sans avoir peur. Maintenant que j'ose m'affirmer. Maintenant que j'ose parler. Maintenant que je suis familiarisée avec mon corps. Maintenant que j'accepte mes failles pour en faire une force. Maintenant que je n'ai plus honte de demander et d'accepter de l'aide, psychologique autant que physique.

    Maintenant que je sais saisir chaque plaisir quotidien. Maintenant que chaque matin je suis heureuse de me réveiller à côté de mon Chéri que j'aime chaque jour un peu plus. Maintenant que je ris plus que je ne l'ai jamais fait. Maintenant que je suis apaisée dans ma relation avec mes parents.

    Oui c'est maintenant que je vis vraiment. Maintenant que j'ai un peu d'estime pour moi, pas juste du mépris et de la colère.

    La plupart des femmes disent que la trentaine, la quarantaine sont les plus belles dizaines. Moi il m'a fallu beaucoup plus de temps pour être en accord avec ce que je suis. Changer ce qui peut l'être. Accepter ce qui ne peut changer. Oser affirmer et assumer mes désirs.

    Les années perdues à me torturer, me martyriser, me remettre en question non stop ne se rattraperont pas. Les enfants que je n'ai pas eus ne se feront pas...

    Je vais plutôt essayer de profiter des jours présents et d'arrêter de penser aux chiffres. Celui de l'âge, celui du poids, les chiffres quoi....

    Parce que finalement,tant pis pour les 50, je ne peux rien y faire, tout ce que je vois c'est que je me sens comme une toute jeune femme, je suis proche de ma nièce de 17 ans, nous faisons de plus en plus de choses ensemble, j'ai des amis de tous âges, plus jeunes que moi, moins jeunes, et je les aime, et je suis bien avec eux, alors je vais essayer de ne pas me focaliser sur ces p.... de 50 ans qui vont me tomber dessus;-)

    Vous allez devoir m'aider sur ce coup là ceci dit. Merci d'avance:-))))))))))))))

    Mieux vaut tard que jamais, aujourd'hui je sais que la vie est belle malgré toutes les embûches, malgré tous les drames.

    Bref, du positif, de l'optimisme (de l'utopie ?), de l'amour...

  • N'en jetez plus... la cour est pleine

    Je me souviens aujourd'hui avec un tendre sourire de cette expression que ma grand-mère utilisait régulièrement. Quand j'étais adolescente, ça m'agaçait, et comme je me disputais plus que souvent avec elle, je lui faisais remarquer que c'était nul. Oui je parlais comme ça adolescente, au lieu de dire que je n'aimais pas, je décrétais que c'était nul, je suis plus mesurée aujourd'hui.

    Ce à quoi elle répondait avec malice, pour m'énerver encore plus "excuse-moi si mon chapeau te fait de l'ombre". Ah que j'aimais les disputes avec ma grand-mère ! Elle avait une répartie incroyable, et m'a appris tellement de choses. Elle était tout ce que j'aimerais être. Une femme libre, intelligente, avec une ouverture d'esprit très en avance sur son temps, ne s'occupant pas de ce que les autres pensaient d'elle et n'en faisant qu'à sa tête. Elle était irrésistible. Agaçante comme personne, mais on ne l'en aimait que plus, tellement sa personnalité sortait de l'ordinaire.

    Elle seule osait me parler de mon poids par exemple, personne d'autre ne s'y risquait tellement je me braquais. Elle me disait "ma petite chérie, parlons peu, mais parlons bien, tu sais comme moi qu'on n'est pas gros à lécher les murs". Et elle ajoutait "ce qui te ferait du bien, c'est de faire l'amour avec un beau garçon, tu fuis tous ceux qui te courent après. Or dans la vie, faire l'amour est aussi bon et essentiel que manger, boire, dormir, se laver".

    Qu'es-ce qu'elle m'a énervée avec ses dictons, ses maximes, ses certitudes. Et pourtant, elle avait tellement raison, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle m'énervait tant. Elle m'a comprise comme personne, je l'ai aimée plus que tout, au point que ma mère m'a dit après sa mort qu'elle était jalouse de notre relation si intense. Elle est née à Montmartre, s'est mariée deux fois, a divorcé, a quitté la France, y est revenue, tout ce qu'une femme née en 1915 n'avait pas pour habitude de faire. Elle a aimé, elle a quitté, elle a joué, à son gré, selon ses envies. Elle m'a appris Paris, elle m'a transmis la passion de Paris, elle m'a trimballée à chaque vacances scolaires dans des endroits de Paris qu'une petite fille n'est pas censée voir, au grand dam de mon père. Dès l'âge de 8 ans, je n'avais qu'une idée, venir vivre à Paris, toujours au grand dam de mon père:-) Ah ça, la relation entre mon père et sa mère n'était pas simple...

    Tout le monde trouve que je lui ressemble, j'ai ses yeux, sa bouche, son nez. Moi je la trouvais tellement belle, je ne lui arrive pas à la cheville. Elle était d'une sensualité incroyable.

    Enfin bref, là n'est pas le sujet.

    Aujourd'hui, ça me fait sourire de mettre en titre de ce billet cette expression à laquelle je n'avais pas pensé depuis longtemps.

    Ce titre donc, pour dire que... n'en jetez plus... la cour est pleine. Depuis deux semaines, je reçois tellement (trop) de compliments que je les emmagasine dans un coin de ma tête pour me les remémorer dès que je sentirai que je suis prête à me dénigrer...

    De jolis compliments venant de la sphère familiale autant qu'amicale autant que professionnelle... Bon, j'apprends à les recevoir sans me remettre en cause, ce n'est pas si évident que ça.

    Sinon, que je vous raconte un peu la cryothérapie. Lundi dernier donc pour la première séance. Trois minutes en sous-vêtements dans une espèce de tube plein d'azote à -150 degrés. La hauteur du tube s'ajuste à la taille pour que la tête, et juste la tête dépasse. Le maître des lieux parle avec chaque client pendant les trois minutes, histoire de détourner l'attention. Mais bon, je l'ai bien senti quand même le froid extrême. Seules parties protégées du corps par des gants et chaussettes polaires, les mains et les pieds.

    Quand je suis sortie du tube, il m'a "emballée" dans un peignoir en polaire, m'a fait boire deux grands verre d'eau. Ensuite, il m'a fait 20 minutes d'hydrojet, un soin comme on en a en thalasso. Allongée sur un matelas d'eau tiède, qui masse assez fermement le corps.

    Après cela, j'étais dans une douce torpeur, il m'a massée (il est kiné), notamment les épaules, qu'il a bien décrispées, et naturellement, la hanche.

    Le tout a duré 45 minutes. Il m'a prévenue que le métabolisme devant dépenser énormément d'énergie pendant ces trois minutes à -150 degrés pour s'adapter au froid, en général, deux heures après, on tombe de sommeil. En rentrant, dans le métro je grelottais. A la maison, impossible de me réchauffer:-) Et à 21h30, moi qui déjà dors bien, je me suis couchée et ai dormi plus profondément encore que d'habitude.

    Mardi matin en me levant j'étais ultra dynamique et je l'ai été toute la journée, mes collègues qui déjà en temps ordinaire ont du mal à me suivre, m'ont demandé d'où je tirais cette énergie.

    Antoine m'avait dit lundi soir qu'il pensait que cinq séances seraient suffisantes. J'y suis donc retournée mercredi soir, et vendredi matin tôt, juste avant notre départ pour Anvers, et là il m'a dit qu'il estime que ces trois séances suffisent. Que mon corps a bien réagi. En effet, je n'ai plus du tout mal aux épaules, complétement détendues, les bleus répartis un peu partout sur mon corps avec le sport ont disparu, et ma hanche ne tire plus. J'ai un regain d'énergie bien agréable. La cryothérapie est censée "réparer" les tissus âbimés et enflammés, et rebooster tout le corps.

    Et comme JC est en vacances depuis mercredi dernier, je n'ai absolument pas fait de sport, instruction de JC de me reposer, et approuvée par Antoine, pour laisser le temps à ma hanche de se remettre de ces manipulations.

    JC rentre de vacances mercredi soir, et reprend illico. Donc, comme je fais le pont de cette fin de semaine, je vais le voir jeudi, vendredi et samedi. Tant mieux, parce que là, il me manque...vraiment beaucoup ! On verra s'il y a réellement du mieux au niveau de la tendinite.

    Dans cet endroit de cryothérapie, il y a également deux kinés, la clientèle est constituée essentiellement de sportifs pros, j'en ai croisé de beaux spécimens:-) Je me sentais un peu décalée et pas trop trop à ma place mais bon...

    C'est ouvert  à tous, et réellement peu cher, 30 euros la séance.

    Vendredi matin, nous sommes donc partis pour Anvers. Trois jours 24 heures sur 24 avec Chéri, je ne connais rien de meilleur pour moi. Anvers que je ne connaissais pas, n'est pas la ville de Belgique que je préfère. Nous avons passé un agréable séjour, avons beaucoup marché (j'étais bien contente d'y être allée en jean-baskets),20170520_132111(0).jpg beaucoup dormi, bien mangé... Bu plein de cafés sympathiques, comme celui en tête d'article, mais Anvers n'est pas un lieu qui m'a provoqué un coup de coeur comme certaines autres villes.

    Ceci dit, ce petit séjour dans les Flandres nous a bien dépaysés.

    Ma nièce m'a appelée samedi matin, nous étions en train de nous balader dans Anvers, car elle venait de recevoir le sweat-shirt que je lui ai envoyé, le même que le mien.

    20170517_204309-1.jpg

    Elle adore. Tant mieux, moi aussi. Elle m'a passé ma belle-soeur, qui voulait me demander si nous étions à Paris le week-end prochain, et si oui, s'ils pouvaient venir. Ils seront donc là dès vendredi matin jusqu'à dimanche.

    Elle m'a repassé ma nièce, qui m'a demandé si samedi matin elle peut venir chez JC avec moi. J'ai dit que oui naturellement, avec plaisir, si ça ne la gêne pas de se lever tôt. Elle m'a répondu que non, qu'elle a trop envie et hâte de faire une séance de sport avec moi. Ca va être génial, je suis très heureuse de présenter ma nièce à JC, je lui ai beaucoup parlé d'elle, et réciproquement:-)

    Ma nièce m'a renvoyé un SMS samedi après-midi, et un hier pour me dire à quel point elle a hâte.

    Voilà les dernières nouvelles. Mon prochain rendez-vous avec Sarah est le 2 juin, on verra ce qu'il en est de ces kilos pris si brutalement. En attendant, je continue de manger ni plus ni moins, ce week-end, je me suis permis des plaisirs alimentaires, je crois que c'est la première fois que je ne me rends pas malade de kilos qui me tombent ainsi dessus. Et tant mieux...

    Passez une très belle soirée.

  • Belle surprise

    Mercredi a été une journée bof bof ... En plus comme je n'allais pas être au bureau jeudi et vendredi, je suis restée tard mercredi soir.

    Bon jeudi matin, je ne me suis levée qu'à 6h30 c'est agréable, et je suis arrivée à la formation à 8h30, sans enthousiasme... J'avais lu dans le programme la veille qu'il y aurait essentiellement des mises en situation... filmées qui plus est.

    Nous étions huit, sept femmes et un homme. Nous avons commencé par un tour de table pour nous présenter, puis un long questionnaire psychologique, lequel, comme à la formation précédente a révélé mon côté peu sûr de moi, soumis, mais également adulte, équilibré.

    Nous avons ensuite eu 10 minutes pour préparer une mise en situation face à un supérieur hiérarchique, en étant filmés assis. En faisant auparavant une entrée dans la salle pour nous présenter. Exercice inconfortable s'il en est. Pour moi, mais pas seulement, pour tous ceux qui étaient là, et beaucoup de gens en général nous a dit la formatrice.

    Peu d'entre nous sont familiers avec leur image en vidéo, avec leur voix, avec leur gestuelle. C'est très différent du fait de nous voir en photo ou dans un miroir.

    Nous sommes passés chacun notre tour, la formatrice jouant notre interlocuteur. J'avais choisi de "jouer" une situation qui m'est arrivée avec mon Directeur.

    Quand nous avons tous terminé, la formatrice a diffusé les images sur un écran au mur, immense, genre 5 mètres sur 4. Je suis passée avant-dernière. Plus je voyais les films des autres, plus j'appréhendais de me voir. La formatrice décortiquait tout, tout tout, et nous devions aussi intervenir en disant ce que nous percevions, le message que nous recevions.

    Sur les six dont j'ai vu les images avant les miennes, j'en ai trouvé 4 semblables à ce que je voyais avec mes yeux, 1 bien mieux à l'image qu'en vrai et 1 pas très photogénique.

    Puis je suis apparue sur l'écran, ouvrant la porte, entrant, me présentant, m'asseyant et commençant à parler.

    Quel choc !!!!!!!!!!

    Moi qui m'entends toujours parler avec une voix très aigüe, en fait non, elle est plutôt bien posée. La terreur que j'éprouvais à parler en public et en étant filmée ne s'est pas vue. Et surtout, alors là, j'avoue que ça m'a profondément choquée, je ne parais à l'image pas plus grosse que n'importe qui d'autre. 

    La formatrice a passé les images d'une traite, puis ensuite, séquence par séquence. J'ai essayé de regarder comme si ce n'était pas moi, et je n'ai pas vu une grosse moche immonde, j'ai vu une femme à la voix relativement agréable, souriante, avec une super coupe et couleur de cheveux (merci Alex le coloriste et Ismérie la coiffeuse ! Je ne manquerai pas de leur dire, j'ai vu à quel point la coiffure est vraiment importante), un visage doux, un corps tonique. J'ai même trouvé que je ne parais pas mes presque 50 ans. Bon, j'ai aussi vu ma pâleur et mes cernes hein faut pas rêver non plus...

    La formatrice m'a dit que ma posture est bonne, je me tiens bien droite sans être crispée (merci JC). Que j'ai un vocabulaire riche et ne me répète pas. Que j'ai une intonation posée, pas monocorde, que je sais marquer les moments importants. Bon OK, admettons.

    Moi il m'a semblé que j'avais un ton sévère, les autres m'ont dit que non.

    Et ce qui m'a frappée plus que tout, je penche régulièrement la tête avant de commencer une phrase sur laquelle je veux insister. Ca s'est produit à plusieurs reprises pendant les quelques minutes de film. J'ai demandé la signification à la formatrice. Elle m'a dit que c'est l'attitude d'une petite fille qui s'apprête à faire passer un message et veut en atténuer la portée de peur de peiner, ou d'une femme charmeuse qui se prépare à demander quelque chose.

    j'étais super gênée en apprenant ça. D'autant que je l'ai refait à chaque situation filmée, donc je dois le faire tout le temps...

    Le deuxième jour, j'étais beaucoup plus à l'aise, les échanges du premier jour avec les autres participants et la formatrice m'ont fait prendre conscience de plusieurs choses.

    Le deuxième jour, je suis intervenue beaucoup plus spontanément dans les discussions. La formatrice m'a dit à la fin de la journée que je suis une assistante comme elle m'en a jamais rencontrée. Une assistante Plus Plus, avec beaucoup d'humour, de répartie, et surtout, avec une finesse d'analyse et une agilité d'esprit hors du commun. Que mon peu d'assurance me fait relativiser trop et me sous-estimer, mais qu'elle a des clés pour que je remonte dans mon estime...

    Vendredi en fin d'après-midi, alors qu'elle a donné le signal du départ, la formatrice, après que tout le monde avait quitté la salle, m'a retenue quelques minutes, et posé des questions qui m'ont scotchée. Il s'avère qu'elle est psy, a son cabinet. Les questions qu'elle m'a posées ont touché en plein but, et elle m'a donné des pistes de réponses. Libre à moi de la revoir ou pas...

    Comme quoi, tout tombe à pic. Quoiqu'il en soit, ces deux jours m'ont été bénéfiques, ne serait-ce que par les échanges avec mes collègues d'autres entités. Je me suis rendue compte que mon Directeur est loin d'être le pire. Exigeant, dur, mettant la pression, voire pire, nous demandant de travailler autant que lui, mais au moins on peut lui parler. Il est brillant et il confie des dossiers passionnants, pas justes des basses besognes. Il met les mains dans le cambouis autant que nous. Bon, le truc c'est que tous, dans l'équipe faisons trop d'heures...

    J'ai aussi parlé d'autres choses que de boulot avec ces collègues que je ne connaissais pas, dont certaines travaillent à la Défense, d'autres en province. Il y a deux passionnées de diététiques, une qui a perdu 25 kilos l'an dernier et stabilise depuis un an. Une autre qui commence tout juste et a une bonne vingtaine de kilos à perdre.

    Une troisième qui est coach sportive dans une association.

    Une autre qui fait partie de la Team running et courra les 10 kilomètres de l'Equipe avec notre société, comme moi.

    Bref, des rencontres qui m'ont plu, et surtout, surtout, me voir filmée à plusieurs reprises, assise, debout, en mouvement, a débloqué quelque chose. Les conversations avec la formatrice m'ont aidée, sans doute vais-je la rappeler, pour la consulter en priver, ou lui demander les coordonnées d'une de ses consoeurs, selon le mieux pour ce dont j'ai besoin de parler.

    Une femme en tout cas, hors de question que j'aille vider ma tête devant un homme. A suivre donc.

    Hier soir nous avons vu La tragédie du dossard 512. J'en avais beaucoup entendu parler et hier, c'était la dernière date à Paris. J'ai ri, jusqu'à en avoir mal à la mâchoire. Il part en tournée avant de revenir à Paris cet automne. S'il passe vers chez vous n'hésitez pas. Coureurs ou pas, sportifs ou pas, c'est tellement bien écrit, bien joué que c'est génial. Même Chéri s'est laissé embarquer.

    Yohann Métay.jpg

    Dossard 512.jpg

    Nous sommes ensuite allés dîner japonais. Soupe miso, salade d'algues wakamé et poissons crus, le bonheur pour moi.

    20170513_204044.jpg

    Sashimis.jpg

    Aujourd'hui nous avons vu deux films on ne peut pus différents, mais aussi bien l'un que l'autre dans leur style, Outsider et Message from the King.

    Nous avons dégusté ce soir les premières gariguettes de France, et cerises de France, et elles étaient délicieuses, parfumées, sucrées, ça fait du bien de bons fruits.

    Passez une douce fin de soirée. A très vite.

  • Semaine de soins

    JC est en vacances la semaine prochaine. Ma tendinite de la hanche est en bonne voie de guérison, je parviens à courir 15 minutes à 10km/h sans souffrir.

    Mais JC et moi avons décidé de "profiter" de son absence pour essayer de faire avancer la guérison.

    Demain soir, séance de cryothérapie. Mercredi soir, séance d'osthéopathie. Je vais rencontrer l'osthéo-kiné de JC, qui, comme le podologue qu'il m'a recommandé s'occupe de sportifs pros. Habituellement il y a environ six semaines de délai pour obtenir un rendez-vous, mais pour rendre service à JC il m'a fixé rendez-vous mercredi soir après la fermeture de son cabinet.

    J'espère qu'il pourra rééquilibrer la bascule de 1cm de ma hanche.

    Quant à la cryothérapie j'ai hâte de voir ce que ça donne.

    Alors, voici la définition de la cryothérapie, pratiquée par nombre, si ce n'est par tous les sportifs pour la récupération après de grands efforts ou la "réparation" de tissus inflammés.

    Qu’est-ce que la cryothérapie corps entier ?

    Il s’agit de l’exposition d’un patient à des températures extrêmes comprises entre –120°C et –140°C pour une période de temps variant de 1 à 3 minutes. Cette exposition a pour conséquence de provoquer sur le sujet des effets hormonaux et biochimiques qui améliorent considérablement ses prédispositions à l’analgésie – en clair, au soulagement des douleurs corporelles – en agissant comme un puissant stimulateur psychique.
    Une séance permet d’éliminer la sensation de fatigue, d’assouplir des muscles tendus ainsi que d’intensifier le passage sanguin dans les téguments et les organes internes. De plus, on constate une diminution des œdèmes due à une augmentation, dans le corps du sujet, d’hormones à effet anti-inflammatoire et cicatrisant

    La cryothérapie est un excellent complément dans le traitement des différentes affections des organes locomoteurs, des maladies neurologiques, dans la prise en charge d’états post-traumatiques ou post-opératoires.
    C’est une aide efficace à la rééducation de patients souffrants de grandes douleurs ou présentant une spasticité musculaire prononcée.
    Ce type de traitement a également de très bons effets en médecine du sport ou en accompagnement des entraînements sportifs de haut niveau. Les temps de récupération se trouvent réduits et les sensations de douleurs suite à un effort intense ou à des chocs sont nettement diminuées.

    On distingue généralement deux types de cryothérapies. Dans les deux cas il ne s’agit pas de thérapies curatives mais de thérapies d’appoints qui s’intègrent dans d’autres cycles de soins ou d’entraînements dans le cadre des sportifs de haut niveau.

    Le premier type consiste à une utilisation ponctuelle d’une cabine de cryothérapie après un effort, un entraînement, ou dans le cadre d’un programme de remise en forme.

    Le deuxième type est appelé cryothérapie complète et consiste, en général, en une succession quotidienne ou bi-quotidienne de séances de cryothérapie corps entier sans excéder 21 jours avec trois mois d’arrêt entre chaque cycle (suivre les recommandations du prescripteur dans tous les cas).
    Ce type de thérapie par le froid est indiqué en cas de pathologie lourde et en complément de soins médicaux ou d’une kinésithérapie.

    Mode de fonctionnement de la cryothérapie corps entier :

    C’est le choc thermique qui est à la base des effets cliniques de la Cryothérapie Corps Entier. Pendant quelques minutes, le patient est exposé à une température pouvant aller jusqu’à -140°C. L’objectif est de stimuler le corps humain de façon à déclencher les réflexes de lutte contre le froid extrême.

    Il s’en suit une série de réactions en cascade avec pour conséquence une accélération de la réparation tissulaire. Le choc thermique produit par la cryothérapie corps entier a un intérêt certain pour les personnes recherchant de nouvelles méthodes de relaxation. L’application du froid sur l’ensemble du corps provoque une sensation plaisante et confortable à la sortie de la cabine. De plus l’effet vasomoteur du choc thermique a un effet positif sur la tonicité du corps.

    La modification du flux sanguin, dû à une vasoconstriction puis une vasodilatation suite au choc thermique, va accélérer le processus de drainage des tissus et permettre une meilleure élimination des toxines.
    Aussi on constate une augmentation et une accélération des défenses de l’organisme.
    Le soulagement s’explique :
    Dans le cas d’un processus inflammatoire, la convexion du froid par les fluides va permettre une diminution de celui-ci d’où :
    – une baisse de volume entrainant une baisse de la tension tissulaire d’où une diminution de la pression intra articulaire.
    La douleur est alors diminuée et l’articulation touchée gagne en mobilité.
    Le choc thermique va déclencher, par l’intermédiaire des récepteurs thermique du corps, une succession de réaction amenant la synthèse d’hormones du bien être comme les endorphines.

    Indications sportives :

    • Préparation du sportif à la compétition et à la récupération après l’effort.
    • Récupération.
    • Amélioration des performances.
    • Augmentation de la charge de travail et de la fréquence de travail.
    • Atteintes articulaires, vasculaires, musculaires et tendineuses.
    • Répétition des efforts.

    Indications générales :

    • Contusion musculaire.
    • Accélère les processus de cicatrisation.
    • Amélioration de la rééducation du sportif blessé, en phase de renforcement.

    Les bénéfices de la Cryothérapie Corps Entier sont multiples

    • Apaiser vos douleurs ou les faire disparaître comme par exemple les tendinites
    • Améliorer votre récupération après le sport
    • Diminuer les troubles du sommeil
    • Augmenter votre résistance au stress
    • Prendre soin de votre corps ou raffermir votre peau

    Comment se déroule une séance?

    Après avoir remis votre certificat de non contre indication ainsi que votre fiche d’informations et de consentement, des cabines de vestiaires sont à votre disposition. Vous y trouverez chaussettes, gants, sabots et peignoir, ainsi que des casiers .

    Le Cryosauna est équipé avec un sol mobile qui s’adapte à la hauteur de chaque utilisateur. Ainsi, l’utilisateur debout n’est immergé que jusqu’aux épaules avec la tête au dessus du niveau des gaz froids ce qui lui permet de respirer l’air ambiant sans nécessiter le port d’une protection sur la bouche. Un système d’extraction des gaz est installé pour aspirer les vapeurs d’azote émises lors du fonctionnement de l’appareil.

    Lors d’une séance, la température de traitement nominale est comprise entre – 120 °C et –150 °C mais l’air ambiant restant sec, la patient ne ressent le froid qu’en partie. Cette séance dure environ 3 minutes et un professionnel reste à vos côtés pour vous assister et répondre à vos questions durant toute la durée du traitement.

    A la fin d’une séance, le sol redescend automatiquement, l’opérateur aide l’utilisateur à sortir de la cabine et aide le prochain utilisateur à y entrer. Ce processus se répète pour chaque participant.

    Le Cryosauna dispose du marquage CE médical (1451)

    La technologie mise en œuvre utilise la décompression de l’azote liquide pour atteindre très rapidement des températures extrêmes (jusqu’à -140°). Les sujets qui y sont exposés, pour une durée variant entre 1 et 3 minutes selon les cas, développent des réflexes de lutte contre le froid qui génèrent des effets positifs sur tout un ensemble de pathologies et de traumatismes.

    On verra si ça donne un coup de pouce vers la guérison de ma tendinite de la hanche droite.

    L'osthéopathie est également une discipline qui m'est étrangère. Je serai en mesure de vous en dire plus sur ces deux séances en fin de semaine. Si ça ne me fait pas de bien, ça ne me fera de toute façon pas de mal.

    Et si vraiment c'est efficace comme j'entends la plupart des utilisateurs le dire, je ferai comme eux, deux séances par an. Pas la peine de plus à mon niveau, je ne suis pas une championne sportive qui a besoin de voir un cryothérapeuthe et un ostéopathe une à deux fois par semaine.

    Cette semaine j'ai fait quatre séances avec JC, c'était génial. Le fait d'avoir eu deux jours de formation, avec des horaires plus légers qu'habituellement m'a donné beaucoup d'énergie. Il faut que cet été je trouve un moyen de globalement travailler moins d'heures hebdomadaires à la rentrée, pour privilégier le sport et tout le reste. Bon, ça ressemble à un voeu pieu, jusqu'ici je n'y suis pas parvenue...

    La semaine à venir sera courte, comme les trois précédentes, puisque je ne travaille pas vendredi, nous partons trois jours à Anvers. Le mois de mai n'aura pas eu une semaine complète. Et en juin, j'ai toute une semaine de vacances, j'ai tellement de jours à écouler.

    Je reviens après le dîner vous raconter la formation qui s'est révélée m'intéresser réellement, le super one-man show que nous sommes allés voir hier soir, les films que nous avons vus aujourd'hui au cinéma.

    Bon appétit.

  • Ca n'a pas été si anodin

    Je vous ai raconté comment je me suis faite aborder, il y a un peu moins de deux semaines.

    Je n'en ai pas fait une montagne, je l'ai raconté sans détails à mon directeur, qui m'a vue décomposée en arrivant au bureau, à ma top collègue, à Chéri, à vous. Puis j'ai refermé le chapitre et les jours se sont écoulés.

    Depuis, quoi que j'en dise, je suis moins tranquille. Le matin je viens travailler en bus et non à pieds. Et les quelques minutes à marcher entre l'arrêt du bus et le bureau, je scrute les visages.

    Ce matin là m'a rejetée dans les affres de mes terreurs enfantines. J'ai refait ce cauchemar que je faisais chaque nuit avant de connaître Chéri, et que je n'avais plus fait depuis au moins dix ans, apaisée de dormir auprès de Chéri.

    Cet évènement, ajouté aux propositions déplacées et désagréables que j'ai reçues en début d'année  m'a sans doute plus atteinte que je ne veux bien l'admettre.

    Conséquences ?

    Sur le coup, mes premières pensées ont été de me jeter sur la bouffe pour reconstruire ce mur de 40 kilos de graisse si chaud, si épais, qui m'éloignerait des touchers dont je ne veux pas.

    Idée qui n'est restée que quelques minutes et que je n'ai naturellement pas mise en application. Je ne vais pas retomber dans le processus de martyriser mon corps. Bien au contraire, cela m'a plutôt coupé l'appétit.

    MAIS... mon cerveau est-il programmé pour toujours en ce sens sans que je puisse changer ? Ou mon corps est-il programmé ?

    Toujours est-il que ce midi j'ai vu Sarah, et que depuis cet évènement, j'ai grossi de HUIT kilos.

    Oui, vous avez bien lu. HUIT kilos.

    Même en ayant des crises de rages à dévorer, même en bouffant à en perdre la raison, je ne grossis pas de HUIT kilos en dix jours. Personne ne grossit de HUIT kilos en dix jours. Pas des kilos de graisse en tout cas.

    Des kilos de quoi ? D'eau ? De stress ? D'inconscient ? Je me sens boudinée dans mes vêtements, je me sens beurk... Mon corps m'envoie un signal que je dois prendre au sérieux. Oui je souris tout le temps, oui je suis toujours là pour rassurer mes collègues, leur remonter le moral, peut-être que je devrais essayer de moins prendre à coeur tous leurs problèmes, et regarder les miens en face.

    Du coup j'ai raconté à Sarah qui n'en revenait pas de ce nombre de kilos. Il fallait bien que je lui donne des éléments d'explication. Elle m'a dit que je devrais aussi en parler à JC, qu'il m'apprendrait quelques gestes pour me défendre.

    Je ne sais pas ce qui m'a retenue d'en parler à JC, je lui ai déjà raconté bien plus grave.

    Bon enfin, je ne vais pas faire chier la terre entière avec ça non plus, je n'en ai pas parlé à ma famille, ni à mes copines. Ca va j'ai 49 ans, je ne suis plus la toute petite fille violée...

    La formation de demain et vendredi sur la confiance en soi sera la bienvenue, Deux jours ailleurs qu'au bureau, avec des gens que je ne connais pas, c'est parfait. J'ai lu le programme de la formation, il y a des questionnaires, des mises en situation, bon je ferai avec. Finalement la dernière formation a été positive, m'a fait regarder et voir clairement ce qui va et ce qui ne va pas dans mon attitude... Je dégage trop d'ondes de "victime", "d'asservissement", les gens se croient autorisés à aller trop loin, plus loin que je n'en ai envie et je n'ose pas dire non... Et cela se révèle exact dans nombre de situations quotidiennes. La première formation m'a vraiment aidée, espérons que celle-ci enfoncera le clou.

    Bon, sinon, j'ai mon rendez-vous de cryothérapie lundi prochain. Ce soir je vais m'essayer à cuisiner du konjac, je vous montrerai le résultat.

    Prenez grand soin de vous.

    PS : Z'avez vu comme le bouquet offert par Chéri  s'épanouit bien:-)

  • Ah ça je ne suis pas douée !

    Bon, alors que la tendinite de la hanche s'améliore tout doucement, je n'ai rien trouvé de mieux que de faire une chute qui m'a ravagé le tibia gauche...

    Samedi nous sommes allés au cinéma et avons enchaîné deux films de 17 à 23 heures (Jeeg Robot et Get Out), et sommes rentrés en bus. J'avais des bottines à semelle de cuir, il pleuvait. Nous sommes descendus du bus sous la pluie, Chéri devant moi. Il se retourne pour me dire "attention ça glisse", trop tard, j'étais déjà par terre.

    J'ai eu du mal à me relever, ma cheville droite était très douloureuse, et mon tibia gauche à vif. Non mais quelle cruche !!

    J'ai de suite envoyé un SMS à JC (ben oui, je peux envoyer des SMS à JC à 23h30 et réciproquement) pour lui dire. Il m'a dit, comme d'hab en cas de choc, immédiatement glacer, prendre de l'arnica et de masser avec du baume. Ce que j'ai fait, comme d'hab, j'ai l'habitude je me fais un bleu pratiquement à chaque séance;-)

    Mais mon tibia était vraiment extrêmement douloureux, au point de m'empêcher de marcher correctement. Aujourd'hui, presque 48 heures après, mon tibia est noir du haut de la cheville jusqu'en dessous du genou et il est gonflé, et ultra sensible. Et on ne peut plus glamour bien évidemment...

    Bon, ce n'est pas grave, moins embêtant que si je m'étais foulé la cheville ou le poignet. Ma cheville droite est sensible, mais ni gonflée, ni réellement douloureuse en marchant, ça va.

    Je suis endolorie de partout mais ça, j'ai l'habitude;-)

    E tout cas, comme j'ai immédiatement dit à JC, hors de question que ça m'empêche de faire ma séance ce matin, déjà que ça faisait cinq jours que je ne l'avais pas vu.

    Hier je suis restée bien immobile, j'ai glacé matin et soir, massé... Et ce matin à 9 heures j'étais au studio comme prévu. Trop contente de voir JC je lui ai dit qu'il m'avait beaucoup manqué. Il m'a fait son sourire éblouissant en me disant que ça lui faisait plaisir de me revoir.

    Oui, on est ridicules, mais bon voilà, cinq jours quoi...

    Il m'a demandé si j'avais voté, et que lui, toujours en formation, a voté par procuration. On en a beaucoup parlé ces dernières semaines, il est aussi passionné que moi. Puis il m'a raconté sa formation, qui lui a donné à réfléchir, une autre façon d'envisager le sport. Il a besoin de faire mûrir cela, c'est encore trop tôt pour l'appliquer auprès de ses élèves m'a t'il dit.

    Il a examiné mon tibia, m'a demandé si ces cinq jours sans sport avaient été bénéfiques pour ma hanche et hop on a commencé. Je débordais d'énergie il l'a vu que j'étais contente de faire une séance, que j'étais en manque.

    Du coup je vais en faire quatre cette semaine. Ce matin donc, demain soir, jeudi soir, samedi matin.

    Il m'a fait courir un kilomètre à 10km/heure, je n'ai eu aucune douleur, à la hanche cncernée en tout cas, parce que le tibia, c'est une autre histoire. Alors bien sûr j'étais prête à tout de suite recourir, mais JC est la raison et la modération même donc il m'a stoppée dans mon élan et m'a dit que nous allions reprendre bien plus doucement que je ne le crois... L'est intraitable mon JC...

    Je suis rentrée à la maison à 10h30 en rapportant un croissant à Chéri, qui venait juste de se lever. Nous avons bu un café, j'étais pleine d'énergie. Je vous assure que le sport me dynamise, au cas où je ne vous l'aurais jamais dit;-)

    Je suis allée prendre ma douche, Chéri m'a crié qu'il sortait faire une course et il est revenu avec ce joli bouquet de fleurs. J'aime tellement les fleurs.

    Nous avons déjeuné à 13h en regardant les infos, et hop, une sieste...

    Voilà, un long week-end calme et paisible, ça fait du bien.

    Je ne sais pas trop comment va être la semaine. Deux jours au bureau, et jeudi-vendredi, formation, alors va falloir que je carbure pendant les deux jours qui viennent. Bon demain je n'ai sport qu'à 19h30, je peux rester au bureau jusqu'à 19 heures.

    De toute façon, comme toutes les semaines, quelle qu'en soit la façon, celle-ci passera, c'est comme ça que je prends les choses maintenant. Ce qui m'importe le plus, ce sont mes réalisations personnelles, j'essaie vraiment de remettre le travail à sa juste place.

    Dans l'ensemble, ça va, je ne m'en sors pas si mal.

    Moralement j'ai des hauts et des bas, mais de plus en plus de hauts, le travail me touche moins.

    Physiquement, tous mes bobos mis bout à bout ne sont guère graves, m'empêchent juste d'être à mon max en sport mais pas pire que ça.

    Demain je vais appeler un centre de cryothérapie que m'a recommandé un journaliste sportif, qui pratique le running à haute dose, avec qui j'ai sympathisé sur instagram. C'est chouette instagram, beaucoup moins agressif que Facebook, et une réelle entraide. Je suis plein de sportifs, de régimeurs.

    J'ai fait connaissance pour de vrai d'une instagrameuse suivant mon compte, qui habite à 500 mètres de chez nous, et qui maintenant va chez JC une fois par semaine, et avec laquelle je cours le dimanche matin.

    Enfin, quand je peux courir évidemment:-(

    Bref, Instagram ça me plaît bien. Je ne suis que des comptes de sport et d'alimentation, j'imagine qu'il y a aussi des échanges politiques ou autres, je n'en sais rien. En tout cas pour le moment je ne me suis pas heurtée aux choses nauséabondes que j'ai vues ces derniers temps sur Facebook.

    La cryothérapie, je n'ai jamais essayé, j'en ai entendu parler il y a peu. Mon frère m'a dit qu'il en fait faire à Yohann, que c'est extrêmement efficace pour les muscles et les tissus sollicités et inflammés. J'en ai aussi parlé à JC bien sûr, qui en fait faire aussi à ses sportifs de haut niveau. Je vais creuser le truc et vous en reparlerai.

    Bon, je sais, faut que je vous parle de mon bracelet, de mes soins visage, de mon alimentation, et le temps manque c'est pénible... Je ne vais pas parler politique en revanche je crois que tout et son contraire ont été dit, écrit, crié, hurlé. Et ça ne fait que commencer.

    Mais je vais revenir plus souvent, vous me manquez. Comment vous allez, vous ?

  • Semaine sans vrais repères

    Quelle semaine bizarre....

    JC est donc en formation jusqu'à la fin de la semaine, dans le sud de la France. Je l'ai vu lundi et mardi, c'est tout. Sarah ne peut pas me recevoir avant mercredi prochain. Voilà donc un bon test. Une semaine sans "béquilles".

    En plus JC m'a interdit de faire le moindre exercice jusqu'à ce qu'on se revoit lundi prochain, l'occasion de vraiment reposer ma hanche dit-il. Mais moi je suis en manque de sport... Carrément ! 

    Ce midi, j'ai passé les radios, bassin et hanches. Je n'ai rien de grave. Juste une grosse tendinite. Et le remède à la tendinite, c'est le repos... Comme quoi JC avait raison. Et vous aussi... Fait iech... Bon depuis mercredi matin, je n'ai fait aucun effort physique. Et rien de rien jusqu'à lundi !

    En revanche j'ai les os denses et solides. Comme quoi, ne pas manger de produits laitiers, ce n'est pas bien grave. Je n'ai jamais aimé ça. On m'a forcée quand j'étais petite à manger des yaourts. Mais dès que j'ai vécu seule, j'ai arrêté. Quant au fromage, impossible, ça ne passe pas. De temps en temps je bois une tasse de lait chaud, pour le plaisir, ça s'arrête là. Yaourts et fromage blanc ça m'écoeure.

    Bon bref, j'ai de bons os, pas de trucs qui finissent en ose... Il y en a plein dans le compte-rendu des mots qui finissent en ose. Y'a plus qu'à attendre que la tendinite passe. Heureusement que ma hanche ne me fait pas souffrir pendant les séances de CoreTraining.

    Il me manque JC. J'espère que sa formation se passe bien. Il m'a dit qu'il y va pour apprendre de nouvelles techniques, j'ai hâte de découvrir les nouveaux exercices. Il doit le savoir, enfin je suis sûre qu'il le sait qu'il me manque, il m'a envoyé un gentil message mercredi.

    La dernière fois que nous nous sommes vus il m'a dit que ça me ferait du bien de voir un ostéopathe, histoire de détendre bien mon corps... Je lui ai dit que je n'ai vu qu'une seule fois un ostéopathe, choisi au hasard, et qu'il m'avait provoqué des douleurs dont je me suis difficilement débarrassées. Et que si je revoyais un ostéo ce serait un qu'on me conseille, qui a du bon bouche à l'oreille.

    Il m'en a recommandé un, qui s'occupe de ses sportifs et m'a dit de l'appeler de sa part. J'ai appelé, mais il est en vacances cette semaine.

    Bon, je sais qu'il va falloir de la patience avant de pouvoir courir de nouveau. OK j'ai accepté le forfait pour le 10km du 28 mai, mais je ne perds pas espoir pour celui du 11 juin.

    Et surtout, ce matin j'ai reçu un mail de la Team running de ma société, qui me propose de participer avec eux, en plus du 10km du 11 juin, au Run at Work le 8 juin. C'est un challenge inter-entreprises de 6km. Ca me plairait trop de le faire ! Un parcours de 6km sur le parvis de la Défense, lieu que je ne connais pas, où je ne vais jamais. Des équipes de grosses entreprises qui s'affrontent, vous imaginez sans peine à quel point ça titille mon esprit de compétition.

    Voilà, pas grand chose de plus à raconter, ma semaine n'a guère été faite que de boulot. Oui c'est génial les longues fins de semaines de trois jours, mais ensuite il faut faire en quatre jours tout le boulot. J'ai fait 55 heures en quatre jours. C'est pour ça que le sport me manque... Pouvoir décompresser.

    La semaine prochaine, je ne serai que deux jours au bureau, mardi et mercredi. Jeudi et vendredi j'ai une formation complémentaire à celle d'il y a deux semaines : s'affirmer et gagner en confiance en soi.

    Et la semaine suivante, quatre jours aussi, puisque j'ai posé vendredi 19, nous partons pour trois jours à Anvers. ensuite il y a le pont imposé de l'Ascension, la Pentecôte.

    D'ici fin mai, je dois programmer tous les entretiens d'évaluation, le mien compris naturellement... Je l'appréhende beaucoup moins cet entretien, la première formation m'a donné de bonnes clés de réflexion pour argumenter. Enfin bon chaque chose en son temps...

    Ce week-end, courses, cinémas. J'ai réservé une pièce de théâtre pour le week-end suivant. Et puis dimanche bien sûr, les élections. La journée va sembler plus longue encore qu'il y a deux semaines.

    Je reviens ce week-end pour vous raconter le bracelet en tête d'article, et mon sauvetage hydratation visage:-)

    Douce nuit tout le monde.

  • Forfait

    Bon ben voilà... :-((((((((

    Nous en avons discuté sérieusement ce matin avec JC et il est plus raisonnable que je déclare forfait pour la course de 10 kilomètres du 28 mai.

    En espérant que je ne devrai pas en faire autant pour les 10 kilomètres du 11 juin.

    En effet, malgré les semelles, malgré les antis-inflammatoires qui ont bien calmé la douleur, je ne peux pour le moment pas courir plus de 10 minutes à 8km/H. Inutile de dire que je ne serai absolument pas opérationnelle pour une course officielle chronométrée dans moins de quatre semaines:-(

    JC est extrêmement prudent et préfère qu'on reprenne très très très très doucement... Bon même si ça me navre je ne peux que reconnaître qu'il a mille fois raison. Hors de question de forcer par orgueil et d'être totalement HS pour plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

    D'autant que je progresse visiblement en ce moment dans les séances de CoreTraining, je ne veux en aucun cas mettre cela en péril. Je n'ai pas eu le temps la semaine dernière de faire les radios bassin/hanche, il faut que je le prenne cette semaine absolument.

    J'espère que je pourrai faire les 10 kilomètres de l'Equipe du 11 juin car je suis inscrite en équipe avec l'association sportive de ma société. J'ai donc vu JC ce matin (oui, il travaille tout le temps), je le vois demain soir, puis je ne le vois plus jusqu'à mardi prochain.

    Il part mercredi pour une formation dans le sud de la France, pour se perfectionner en préparation physique. Il me dira demain soir s'il préfère que je reste une semaine en repos total de sport ou si je pourrai aller courir un peu.

    Il prend dix jours de vacances en mai, tout juste avant le ramadan. Je suis très heureuse pour lui, ça fait deux ans exactement, depuis son opération du tendon d'achille qu'il n'a pas pris de vacances. Dix jours tranquilles, avec sa femme et ses enfants, moi je trouve ça chouette !

    Je serai en vacances durant la même période. S'il avait été là, j'aurais adoré faire plein de séances. Là du coup je ferai le programme qu'il me laissera en partant. Ou alors, comme nous ne partons pas, puisque Chéri travaillera, je pourrais aussi décaler mes vacances à juin... L'idée vient de me traverser l'esprit en écrivant. Pourquoi pas ? Puisque cette semaine, je l'avais posée dans le but de me reposer, de préparer au mieux la course du 28 mai, mais puisque je ne la ferai pas. Pourquoi ne pas décaler cette semaine juste avant la course du 11 juin...

    Car plus les semaines passent, plus je suis accro aux séances avec JC. Je travaille fort, très fort pour qu'il m'estime capable de passer de trois à quatre séances par semaine:-) Trois, croyez-moi, ça me laisse sur ma faim...

    Côté poids, nous en parlerons plus longuement, ça mérite un article, pas juste quelques lignes. Je ne dois plus être loin de mon poids de forme, car ça stagne... en revanche, vu le changement d'intensité des séances de sport, mon corps continue à changer.

    Je suppose que je dois me résigner à être dans l'excès en permanence;-) Maintenant que ce n'est plus l'excès et les compulsions de nourriture, j'ai fait un transfert sur le sport c'est une évidence... Et ça me plaît infiniment !

    PS : mon Chéri que j'aime m'a offert non pas un, mais deux brins de muguet. Un pour moi, et un pour nous deux qu'il a dit:-)

  • Parlons intime

    Ca fait plusieurs jours que je tourne et retourne ça dans ma tête, je pensais ne pas en parler, mais il faut que ça sorte. Une fois posé ici, ça pèsera moins lourd en moi.

    Et puis sur mon blog, je partage avec vous, et votre façon de voir, parfois différente de la mienne m'aide à relativiser.

    La semaine dernière a été "secouante" et secouée. De jolies choses et d'autres extrêmement désagréables.

    La semaine a très bien commencé. Deux jours de formation "Gérer ses priorités et savoir dire non au travail". Je n'ai jamais suivi de formations dans le cadre du travail. Et surtout pas de formation de développement personnel. Donnée par un cabinet extérieur à l'entreprise.

    Plusieurs questionnaires, tests, mises en situation, jeux de rôles ont tous donné le même résultat. J'ai une tendance à la soumission. Pas juste l'amour du travail bien fait ou le dévouement, carrément la soumission tellement j'ai peu confiance en moi. Dans les jeux de rôles, je me fais manipuler tellement facilement. Heureusement dans deux semaines, j'ai une autre formation pour l'affirmation de soi.

    Au bout des deux jours de jeux de rôle, j'ai réussi à prendre la parole et mener une réunion (factice).

    La formatrice a beaucoup parlé avec moi, notamment lors des déjeuners, en "off". Sur ma façon de fonctionner avec mon Directeur principalement. C'est moi qui induis tout cela, qui laisse les gens me dominer, ce ne sont pas eux à la base.

    Bon j'ai au moins la lucidité de le savoir:-)

    Selon la formatrice, je suis intelligente et surtout, excessivement empathique, sans aucune agressivité ou tentative de manipulation.

    Quand je prends la parole en public, elle dit que je maîtrise bien le non verbal, la façon de me tenir, mon maintien, mon port de tête, la chaleur qui se dégage de mes gestes, la façon de capter l'attention tout en dégageant une certaine autorité quand je veux faire passer un message important pour moi.

    Que ma voix est posée, mon vocabulaire riche et varié, mon sourire toujours présent, mon regard droit et non fuyant.

    Quand je suis passionnée et emportée par mon sujet, l'affirmation de moi est bien présente, il ne manque pas grand chose pour que je sois plus en confiance, juste être convaincue que je vaux autant que mes interlocuteurs.

    Et surtout que j'arrête de toujours avoir peur de déranger, d'arriver dans le bureau de mon directeur en commençant systématiquement par "excuse-moi de te déranger"....

    En tout cas ces deux jours m'ont beaucoup apporté, c'est indéniable. J'ai eu l'occasion de tester dès vendredi avec mon directeur:-) Ca c'est la partie la meilleure de la semaine. Ensuite, en rentrant mercredi matin au bureau, j'ai eu trois jours pour faire la clôture d'avril. Trois jours de 6 heures à plus de 20 heures au bureau.

    Heureusement JC a accepté de décaler mes séances de sport, comme ça je n'ai pas eu de stress les fins d'après-midis.

    La partie très désagréable de la semaine, c'était jeudi matin tôt. Il était 6h10, j'étais à quelques dizaines de mètres du bureau. Arrêtée à un passage piéton, attendant pour traverser la rue. J'avais mes écouteurs aux oreilles, comme d'habitude, mes pensées allaient et venaient, j'aime ce moment très matinal quand je fais le chemin à pieds pour aller au bureau. Au moment où j'allais traverser, un homme a surgi à côté de moi, j'ai sursauté, il était trop proche, me frôlant les épaules, je n'aime pas qu'on ne respecte pas les distances. Il m'a dit quelque chose que je n'ai pas compris, j'ai enlevé mes écouteurs, pensant qu'il me demandait son chemin.

    En fait il me demandait si j'allais bien. J'ai senti venir l'embrouille... Le matin tôt comme ça il n'y a personne dans les rues, à part des coureurs, les cafés ne sont pas encore ouverts. J'ai souri en disant oui ça va et j'ai accéléré le pas. Il m'a suivie en me disant que j'étais magnifiques, aves des yeux et une bouche à tomber de passion enfin le baratin habituel.

    Dans ces cas là, je dis merci et que je ne suis pas intéressée et en général les hommes sont bien élevés ça suffit.

    Mais là non il continuait à marcher à mes côtés. Je lui ai dit que j'arrivais à mon travail, qu'on allait stopper là. Il m'a demandé si j'avais un mari, je n'ai pas répondu, il m'a dit que de toute façon même si j'ai un mari il était bien plus chaud que mon mari, qu'il allait me montrer.

    Je commençais à me sentir moyennement bien. Je n'avais pas envie qu'il voit où je travaille, je ne savais pas comment m'en dépêtrer.

    Le temps que je pense à ça, il continuait son blabla et nous n'étions plus qu'à un immeuble de mon travail.

    Je lui ai dit fermement, que j'étais arrivée à mon travail, qu'il fallait maintenant me laisser. Il m'a dit OK OK donnez moi votre numéro de téléphone comme ça on boit un verre cet après-midi.

    J'ai dit non, nous ne boirons jamais de verre ensemble, et j'ai filé vers l'immeuble de mon bureau.

    Comme tous les matins à 6 heures la gardienne de l'immeuble sortait les poubelles et s'apprêtait à laver le hall, donc la porte cochère et la porte intérieure étaient ouvertes. Je suis passée vite, disant bonjour à la gardienne comme chaque matin, et je commençais à monter l'escalier quand je l'ai senti derrière moi. Là j'ai eu peur, et il a dû le sentir.

    Je lui ai à nouveau dit de partir, que j'étais sur mon lieu de travail, que je ne voulais pas lui parler. Il s'est approché de moi et m'a plaquée contre le mur en saisissant ma poitrine. Je l'ai repoussé en m'appuyant sur ses épaules, de toutes mes forces. Au fond de moi j'étais terrifiée, comme la petite fille que j'étais quand j'ai été agressée. J''ai essayé de garder une voix ferme en haussant le ton et lui disant "Maintenant ça suffit vous partez immédiatement". Il s'est à nouveau approché de moi et, comme le dirait élégamment le président des Etats-Unis en riant, m'a attrapée par la chatte. J'étais tétanisée, je l'ai à nouveau repoussé et quand je l'ai vu revenir vers moi je me suis mise à crier.

    La gardienne est arrivée à ce moment là et lui a fichu un coup de balai sur le dos.

    Il m'a lâchée, son visage s'est transformé, il était fou de rage, il m'a dit "OK je pars, mais je t'attends ce soir", et il est parti.

    J'ai à peine dit merci à la gardienne, je ne pouvais pas en dire plus, j'ai monté les escaliers en courant et me suis enfermée dans le bureau.

    Je n'ai pas allumé les lumières, je suis restée appuyée contre la porte une demi heure sans oser bouger.

    A 6h45 j'ai allumé la lumière, me suis assise à mon bureau, ai allumé mon ordi et ai essayé de travailler.

    Mon directeur est arrivé à 8 heures et en me disant bonjour a tout de suite vu ma tête décomposée. Il m'a demandé ce qui n'allait pas, j'ai minimisé en disant "Oh je me suis faite aborder par un homme en arrivant, ce n'était pas très agréable". Il a compris que c'était un peu plus que cela, ma voix avait du mal à sortir. Il a regardé par la fenêtre, m'a proposé de descendre avec moi au commissariat. Devant mes dénégations fortes il m'a dit qu'il était prêt à m'accompagner si je voulais.

    Quand ma top collègue est arrivée vers 8h30, à elle j'ai raconté, en me mettant à pleurer. J'ai aussi raconté à Chéri qui lui aussi m'a dit que nous allions aller déposer une main courante.

    J'ai refusé. Là encore c'est moi qui me sentais mal, comme toujours je me suis sentie mal quand on a voulu s'en prendre à moi.

    Toute la journée j'ai travaillé dans un état bizarre, une chape de plomb sur les épaules.

    Le soir je n'ai pas voulu que Chéri vienne me chercher, mais c'est vrai qu'en sortant du bureau, bien que mon esprit me disait que ce type ne serait pas là, bien évidemment qu'il ne serait pas là, je n'en menais pas large, je regardais tout autour de moi.

    Et le pire a été vendredi matin. Jusqu'ici jamais je n'ai eu d'appréhension de venir travailler tôt le matin. Vendredi j'ai fait un grand détour pour ne pas passer par le chemin habituel.

    En écrivant tout cela quatre jours plus tard, ça va mieux. Je ne pleure pas, juste un petit creux au ventre à l'idée d'aller au bureau demain matin.

    Toute la journée de jeudi j'ai ruminé vous vous en doutez bien. Alternant entre colère contre moi et envie de reprendre mes 40 kilos protecteurs, et colère envers cet homme et envie d'être encore plus mince, plus musclée, plus séduisante, parce que c'est ainsi que je m'apprécie.

    Si je m'apprécie ainsi, si je commence à aimer être coquette, habillée de jolies robes, bien coiffée, bien maquillée, ce n'est en aucun cas comme si je donnais l'autorisation à tout un chacun de ne pas me respecter.

    Le seul dont j'ai envie qu'il me touche et porte ce regard sur moi, c'est Chéri. Tous les autres, hommes, femmes, PERSONNE ne peut se permettre de me toucher ! PERSONNE. PLUS JAMAIS je ne me laisserai faire contre mon gré.

    Bon maintenant je pleure, il y a encore un peu de chemin entre ce que j'affirme là et ce qui se passe en vrai.

    Toute la journée de jeudi je ne suis sentie sale, salie, rabaissée au rang de rien de rien. En rentrant à la maison j'ai pris une longue douche chaude. Et j'ai jeté ma culotte. et j'ai jeté mon soutien-gorge. Pourtant tout neuf et bien joli.

    Bon aujourd'hui, je me dis que ç'était inutile de jeter mes sous-vêtements, exagéré.

    En revanche, je crois quand même que le choc est passé, j'ai bien dormi, j'ai passé un bon week-end, fait beaucoup de sport.

    Je vous raconterai le sport dans le prochain billet. Et puis, samedi je suis allée m'acheter des crèmes et baumes pour le visage, les lèvres... Ma peau est déshydratée (conséquence du régime ?) et je tiens à ma jolie peau. J'ai aussi acheté un nouveau bracelet Pandora il y a une quinzaine de jours, avec des charms symboliques, il faut que je vous montre tout ça.

    A très vite. Prenez soin de vous, faites attention à vous. Protégez ceux que vous aimez.