Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'en ai marre. De tout. Et particulièrement de moi

Pardon vous tous. Je n'aurais pas dû si longtemps rester sans vous donner de nouvelles. Me renfermer dans ma tanière ne sert à rien.

Prendre le temps d'écrire au contraire ne peut que me faire du bien...

Rien d'exceptionnel... J'ai vu le médecin du sport pour mon genou. Je devais passer vendredi un arthroscanner, avec injection sous anesthésie locale de quatre produits anti-inflammatoires et anti-douleurs.

J'ai donc posé mon après-midi de vendredi, car ensuite ils m'avaient dit de rentrer en taxi en gardant la jambe étendue et de passer le week-end en bougeant le moins possible la jambe.

Et voilà que vendredi à 14 heures, alors que j'avais rendez-vous à 16 heures, ils m'appellent pour me dire que le scanner est en panne, que l'arthroscanner est remis au.....1er décembre !!!!!

Inutile de vous dire à quel point je fus frustrée et furieuse. J'ai appelé JC, qui pour la première fois a laissé paraître lui aussi sa frustration. Lui qui toujours me dit de patienter, de positiver, là il était aussi agacé que moi.

Il a appelé le médecin du sport, qu'il connaît depuis qu'il avait 17 ans et commençait sa carrière de footballeur. Ils sont convenus qu'en attendant, je pouvais recourir un peu, très lentement, pour tester.

J'ai couru 30 minutes avec JC, à moins de 9km/h, j'ai eu mal au genou les dix dernières minutes.

Ce matin je suis allée courir dehors, sous la pluie et le vent:-), et j'ai fait 4,5 kilomètres en 30 minutes. Bon, pas si minable pour une reprise après plusieurs mois sans courir du tout... Mais je suis loin d'une vraie reprise... Et loin des 10 kilomètres en 50 minutes d'il y a six mois. Mais au moins j'ai eu de bonnes sensations, un vrai bonheur à courir dans Paris, même sous la pluie.

Le boulot, je n'en parle pas, ça n'en vaut pas la peine.

Voilà, pas grand-chose de palpitant, les jours se suivent et se ressemblent. Levée tôt, 12 heures de travail au minimum, sport, et on recommence le lendemain.

Je continue à manger équilibré.

Pain et un fruit le matin. Protéines, féculents, légumes et un fruit le midi.

Protéines, légumes et un fruit le soir.

Trois carrés de chocolat noir à 90 ou 99% de cacao par jour.

Physiquement ça va, je ne sais pas par quel miracle, mais ça va, j'ai de l'énergie à revendre. Moralement il y a des hauts pas très hauts et en revanche des bas très bas.

Je veux revenir ici, vous montrer ce que je mange, vous raconter mes séances de sport, vous montrer tous les livres qu'on m'a offerts ces quelques semaines dernières, les films que nous avons vus, les jolis moments partagés avec les amis. Oui, je veux revenir partager tout cela avec vous. Me faire engueuler dans vos commentaires me manque;-)

VOUS me manquez.

Passez une douce soirée. Prenez soin de vous et ne vous faites pas de souci pour moi, tout ce qui se passe en ce moment ne fait que me renforcer et renforcer ma détermination:-)

Commentaires

  • Claude, je vois régulièrement une sophrologue qui est aussi psychologue, cela m’aide bien.
    As tu déjà essayer la sophrologie ?
    Je n’aime pas trop le titre de ton article, marre, ok mais pas de toi.
    Je ,t’embrasse.

  • Heureuse de te retrouver mais, comme Véronique "marre de toi" pas cool. Que voudrais tu faire de plus, tu es déjà à fond :-) Faire moins, par contre, pourquoi pas ;-) et puis tes soucis de genoux ne sont pas de ta faute donc tu es la meilleure et surtout ta meilleure amie, Ok ?! Bisous

  • Ouf! Vous êtes revenue. Bon courage.

  • Comment ne pas en avoir marre en travaillant autant et, par conséquent, en n'ayant plus le temps de rien ? Oui, vous en avez marre et cela me semble très logique. Je comprends aussi que vous en ayez marre de vous car vous finissez par croire à votre responsabilité dans cet état de fait. Ce qui, pour moi, n'est pas le cas ; pour le moment, vous ne voyez pas comment faire autrement -cad beaucoup moins- et vous vous en voulez d'être enfermée dans cette spirale.
    J'espère que vous allez trouver des solutions vous convenant, vous avez parlé d'un projet, je pense que ça chemine car vous savez sûrement que vous ne pouvez pas continuer ainsi.
    Merci de ce billet, je m'inquiétais et remercie PaoDora et Pascale grâce à qui nous avons été un peu rassuré.e.s.
    Comme vous nous le dites souvent : prenez soin de vous.
    Je vous embrasse.

  • Je suis contente de te lire.
    Comme l'écrit PaoDora, tu es ton alliée et ta meilleure amie alors prends soin de toi.

  • En fait, ton pire ennemi, c'est toi, toi qui acceptes de travailler comme une bête et qui ne trouve qu'une solution pour évacuer le stress, le sport.
    Tu es comme un chat qui se mord la queue.

  • " j'ai eu mal au genou les dix dernières minutes."
    Jiminy te dit : "Pourquoi as-tu attendu les neuf autres minutes au lieu de t'arrêter dès la première minute de douleur ? Tu tiens tant que ça à te détruire complètement un genou ?"
    Tu serais ma fille, je t'aurais ligotée à un fauteuil.
    Et puis je t'aurais bâillonnée, te libérant juste pour les repas histoire de ne pas t'entendre crier "je veux couriiiiir !!! Mêêêême si ça me tue les genoux et les haaaaanches !!!! " .

    Franchement, on dirait que tu as marre de ton corps mais que tu as oublié que tu n'en as qu'un et qui il doit te servir jusqu'à la mort.
    Signé Jiminy le criquet.

  • C'est emmerdant que tu en aies marre surtout de toi alors que c'est tout le reste qui pose souci, sauf toi.
    Je suis complètement d'accord avec Chantal et PaoDora, tu en fais tellement que tu n'as plus de temps pour la seule chose importante: toi.
    Je ne rebondis pas (trop) sur tes horaires de travail, hein... tu as envie qu'on t'engueule mais pas à ce point ^^ Tant que tu ne diras pas non... ou tant que ton corps ne le dira pas en flanchant une bonne fois pour toute... (ce que je ne te souhaite évidemment pas)(mais ce qui va arriver, ce que ton patron va finir par obtenir, le contraire de ce qu'il veut: que tu tiennes le coup, de gré ou de force, l'a pas compris que ménager sa monture permet d'aller loin...)
    Tu as peut-être vu passer ceci (quoique, tu n'as plus le temps de rien à part bosser et faire du sport), tu devrais lui imprimer à ton cher patron...

    http://www.alorsvoila.com/2017/11/06/et-vous/

    Comment va Romain? Il tient le coup lui aussi à ne te croiser un peu que le week-end?

  • l'a pas compris que ménager sa monture permet d'aller loin..
    Bof, s'en fout le boss de sa monture. Il en montera une autre. Ca me fait penser aux courriers à cheval à une époque lointaine, (ou à chevaux ?), courrier qu'il fallait livrer dans les meilleurs temps, sans s'occuper de sa monture. Au contraire, on la fouettait jusqu'au sang, jusqu'à lui faire rendre l'âme... et on prenait une autre...
    Je ne commenterai pas non plus les heures de travail de Imagine...Mais, faut qu'elle fasse attention à sa monture, c'est à dire à ses genoux...Quand ça pète, ça peut faire pas mal de dégâts, et il lui faudra des mois avant de s'en remettre.

  • Marre de tout, je comprends. J'entends. Mais marre de toi ? Peut être juste marre de ne pas réussir à dire stop, ça suffit, arrêtez de m'en demander toujours plus, laissez moi souffler ?
    J'ai pensé à toi la semaine dernière, quand l'ostéopathe que je suis allée voir pour des douleurs fortes aux genoux, m'a demandé contre quoi ou contre qui je me battais... Pour lui, douleur au genou veut dire "je ne veux pas plier". Ca m'a fait réfléchir.

  • Contente de voir que tu as donné quelques nouvelles. Comme je le dis plus haut, ménage ta monture. Tu n'as qu'un corps...de déesse, certes, mais faudrait voir à le ménager...Un corps de sportif, faut en prendre soin...Ma fille a dû arrêter de courir pendant plusieurs mois (suivie par un médecin du sport)..Elle l'a bien écouté, malgré ce que ça lui a coûté de ne plus courir (elle courait aussi pour déstresser. C'est fou ce que courir a l'air de faire beaucoup de bien aux gens. Vraiment dommage que je détestais courir. Ca m'aurait évité bien des crises d'angoisse)..Dernièrement, elle (ma fille, dès fois que tu n'arrives pas me suivre) a fait un marathon avec 3 filles, dans les vignes de St Pourçain...Elle n'a pas eu mal. Elle recourt depuis, sans faire de trop longues distances. Mon mari l'a même vue dernièrement passer devant notre maison...Comme elle ne voulait pas refroidir son corps, mon mari a essayé de la suivre à grandes foulées pour avoir quelques nouvelles (lui, le mari, y'a longtemps qu'il ne court plus. Bon, faut dire que dame cigarette et souffle ne font pas bon ménage)...Elle court tellement (ma fille) dans sa vie de tous les jours qu'il faut l'attraper au vol pour savoir ce qu'elle devient.
    ps : au fait, quand elle ne courait pas, elle nageait..

  • Bonsoir !
    Les hauts très hauts et les bas... Très bas ! Comme ça me parle. Hier soir, fin de rude journée. Où par une intervention extérieure, je remets en cause mes compétences (c'est si facile de dire "tu as mal géré tel dossier). Et je rentre, et je bouffe. Et je fulmine. Aujourd'hui, même situation, mais je me suis préparée (je n'ai rien dormi, j'ai eu l'occasion de réfléchir). Et une gestion plutôt pas mal de cette journée, finalement. J'ai décidé de reluire mon armure. Je ne supporte plus de me faire du mal en réaction. Mais j'ai encore du chemin. Mais l'envie est là.
    Courir sous la pluie.... Tu ne me fais pas du tout rêver ! :)
    Par contre, quand tu parles ciné... Livres... Oui. Je continue de lire 1/2 heure chaque matin. Et j'adore ça. Le soir, je peine à lire, je n'essaye pas, mais le matin, c'est MON plaisir. Aussi bon qu'une sucrerie (je n'aurai jamais pensé écrire ça !). Je suis presque à la fin du dernier Lackberg et j'aime beaucoup. Le prochain, c'est le dernier Chattam. Et il parait que le dernier Norek (dans ma pile) est à lire aussi.
    Je t'embrasse.

  • @Madeleine c'est marrant ce que tu dis, mais c'est exactement ça: les moments de lecture que je m'accorde chaque jour (et moi c'est plutôt le soir avant de dormir voire en pleine nuit quand je me réveille et que les pensées tourbillonnent) sont des sucreries... mes petits plaisirs, sans conséquence sur ma santé, ceux là !

  • Le Goût me dit souvent d'y aller mollo et de ne pas faire comme toi. L'arthrose me guette (en fait depuis plusieurs années déjà) et limite déjà certains de mes mouvements et de mes plaisirs, comme celui d'aller me balader en montagne. Je n'aime pas tant la course, mais je sais ce qu'avoir des problèmes de genoux veut dire.

    Prends soin de toi d'ici au 1er décembre. Tu pourrais presque me donner des nouvelles in vivo puisque je serai près de chez toi, la semaine qui suit.

Écrire un commentaire

Optionnel