Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Toute une semaine

    Oui toute une semaine sans écrire. Impossible en ce moment d'écrire le soir:-(

    Bon je ne vais pas parler boulot, pas la peine que je me mette des idées noires en tête dès dimanche soir.

    Vendredi je suis donc allée faire mon infiltration. Ils ont injecté les quatre fioles de produits dans le genou en deux piqûres. Bon, ça fait mal, mais ça ne dure que quelques minutes. Ensuite j'ai attendu pour passer le scanner. L'anesthésiant mis dans le genou m'engourdissait, me donnait envie de vomir. J'ai passé le scanner, encore attendu, ils m'ont donné les images du scanner en me disant que mon médecin en recevra l'interprétation dans une semaine.

    Je suis sortie un peu cotonneuse, suis rentrée en taxi comme me l'avait recommandé le médecin, et me suis allongée. Là ça commençait à faire mal vraiment. J'ai appelé JC qui attendait le compte rendu, et m'a à nouveau dit de me reposer. La médecin qui m'a fait l'infiltration m'a dit elle aussi que les 24 premières heures sont importantes, qu'il faut bouger le moins possible afin que les produits restent bien dans le genou.

    Je me suis couchée un peu groggy vendredi soir et ai dormi 9 heures profondément. Hier j'ai eu mal. Mal à l'endroit où ils ont piqué, le pansement était ensanglanté, et mal à l'intérieur du genou. Je me suis couchée hier soir avec mal, en revanche ce matin, plus aucune douleur. J'ai très peu marché aujourd'hui, nous sommes allés au cinéma en bus c'est tout.

    J'ai encore une gêne, mais pas plus. Il faut que je me ménage cette semaine, paraît que les effets sont vraiment là une dizaine de jours après l'infiltration.

    De toute façon, dans la semaine qui vient, je ne verrai JC qu'une fois, mardi soir. Puisque vendredi matin nous partons pour trois jours à Bruxelles. Et je sais que JC me fera une séance légère mardi soir, il est le premier à surveiller mon genou:-)

    Après La course des Lumières il m'a dit qu'il est très fier de moi. 

    J'espère être en forme pour le week-end prochain à Bruxelles. 

    Vendredi nous étions le premier décembre, et c'était notre dixième anniversaire de mariage.

    20171202_194050.jpg

    Nous n'avons rien fait de spécial, ce sera pour le week-end prochain:-)

    Hier un des oncles de Chéri est passé chez nous, avec sa femme. C'est l'oncle dont Chéri est le plus proche. Sa femme est psychanalyste. Nous nous voyons en général une fois par an, à la grande fête pour nous souhaiter la bonne année, où nous sommes toujours tellement nombreux que nous avons à peine le temps de parler quelques minutes avec chacun.

    Là nous avons pu parler. Vraiment. Elle m'a trouvée petite mine et nous avons assez longuement parlé de mon travail, et surtout de mon attitude au bureau.

    Elle m'a ouvert les yeux de façon très impartiale sur certaines situations anormales. Elle a prononcé des mots tels que harcèlement moral en étayant ses propos. M'a fait me rendre compte à quel point je me fais manipuler, me laissant dévaloriser, et devenant de moins en moins sûre de moi. Que je me fais retourner le cerveau en culpabilisant de situations totalement indépendantes de moi et pas vivables.

    Ses mots m'ont pénétrée, car dits de façon impartiale, neutre, distanciée. Elle m'a expliqué les dangers du manque de sommeil, de se lever si tôt chaque jour. Tout en me donnant des exemples de patients qu'elle suit en analyse.

    Chéri et son oncle écoutaient, je voyais Chéri bouleversé, qui a fini par me prendre dans ses bras.

    Elle m'a dit de ne pas hésiter à l'appeler, que nous pouvions nous retrouver pour boire un café, parler. Pas un suivi psy naturellement, nous nous connaissons de façon familiale, ce ne serait pas possible, mais juste discuter. Elle est tellement douce, apaisante, je me suis sentie moins perdue. Et j'espère que cela m'aidera à avoir le déclic pour ne plus me sous estimer, pour avoir la force de partir, retrouver l'estime de moi dans mon travail...

    Je n'en suis pas encore là, je suis trop épuisée pour pouvoir faire un CV cohérent.

    Allez, un peu de légèreté, je vous montre les chaussures que je me suis achetées ? Des bottines en daim. Et des baskets en cuir et daim, avec de la fausse fourrure. On aime ou pas, moi j'ai trouvé ça trop bien.

    20171203_164429-1.jpg

    20171203_164446.jpg

    20171203_164501.jpg

    Et pour finir, regardez le joli sac et son portefeuille assorti que Karin m'a offerts en venant le week-end dernier. J'adore.

    20171203_165514.jpg

    20171203_165530-1.jpg

    Passez une douce fin de dimanche.

  • La Course des Lumières

    Ouh là une semaine déjà... Une semaine de boulot, avec encore la clôture mensuelle, des longues journées, et....pas la force d'écrire le soir...

    J'ai plein de trucs à vous raconter, l'infiltration du genou, ma longue discussion hier avec une psychanalyste, notre dixième anniversaire de mariage, mais tout d'abord, le merveilleux week-end dernier.

    Karin est arrivée le vendredi soir, à peine quelques minutes après moi qui rentrais de ma séance avec JC.

    Chéri nous avait préparé un bon dîner (merci encore et toujours mon Chéri tellement attentionné !) et nous avons parlé parlé parlé. Tellement heureuses de parler en vrai, d'habitude nous échangeons des mails.

    Nous avons parlé jusqu'à ce que nos yeux papillonnent:-)

    Samedi matin, Karin qui est une lève-tôt (plus que moi le week-end), a pris son premier café seule et je l'ai rejointe peu après, tandis que Chéri dormait.

    Nous avons repris notre discussion:-)

    Chéri a émergé quelques heures plus tard, nous étions prêtes à partir, je voulais emmener Karin dans la boutique où j'avais acheté des gilets ces dernières semaines et qui lui plaisaient. Nous sommes convenus de nous retrouver avec Chéri à midi dans le restaurant que nous voulions faire découvrir à Karin. Nous voulions déjeuner tôt et léger pour ne pas être dérangées pendant La Course des Lumières. C'est très désagréable de courir le ventre plein, d'avoir les intestins qui travaillent, la digestion non terminée.

    Nous sommes donc allées dans cette petit boutique où ma jolie Karin a craqué sur quatre gilets. Oui bon ben voilà quoi quand on est ensemble, on devient toutes fofolles en faisant du shopping.

    Pour avons fait un petit détour par la pâtisserie dont mon amie P. est responsable, et qui fait les macarons préférés de Karin. Qui en a pris une belle boîte pour rapporter à son mari et ses enfants, et nous en avons également pris pour le soir même, après la course.

    Nous avons été surprises par une énorme averse sur le chemin pour rejoindre Chéri, de la pluie glacée, et nous sommes réfugiées dans un café pour une petite halte au chaud bienvenue. Nous sommes ensuite allées rejoindre Chéri, mais toujours sous la pluie glaciale. Nous sommes arrivées trempées au resto, en nous disant "Pourvu qu'il ne fasse pas ce temps ce soir pendant la course".

    Nous avons dégusté des ramen japonais, un régal !!

    20171125_123133.jpg

    Puis sommes allés boire un café place de Clichy, endroit que nous affectionnons particulèrement.

    11255.jpeg

    Ensuite, Chéri, toujours délicat est allé au cinéma, pour nous laisser toutes les deux Karin poursuivre nos discussions de filles.

    Nous sommes rentrées à la maison au chaud, nous sommes mises sur le canapé sous un plaid et avons papoté, en nous assoupissant à moitié. Nous avons ainsi passé trois heures toutes douces, reposantes.

    Chéri est rentré du cinéma, il était temps pour nous de nous préparer. Nous avons mis nos tenues de course, superposant les couches de tee-shirts techniques à manches longues. Par dessus nous avons mis nos tee-shirts d'ambassadrices de l'institut Marie Curie.

    Avant de partir, j'ai glacé mon genou, mis du gel anti-inflammatoire et pris un paracétamol 1000.

    Nous avons bu un café pour nous donner un coup de boost et sommes parties dans le froid.

    Arrivées sur le parvis de l'Hôtel de Ville, nous avons été prises dans l'ambiance, dans l'excitation. Le bonheur d'être ensemble pour cette course si symbolique.

    IMG-20171126-WA0028.jpg

    IMG-20171126-WA0032.jpg

    20171125_183223.jpg

    Il faisait froid, mais le temps était dégagé, plus de pluie en vue.

    Nous avons participé à l'échauffement collectif, un moment de vrai plaisir. Comme nous n'étions que quelques milliers, pas de bousculade, loin de la foule énorme des grandes courses telles la Parisienne, le 10km de l'Equipe etc...

    Nous nous sommes ensuite dirigés tous ensemble vers les quais niveau châtelet pour le départ.

    IMG-20171126-WA0045.jpg

    IMG-20171126-WA0047.jpg

    JC m'avait recommandé de trottiner, de ne pas courir, et Karin était bien décidée à me faire respecter cela !

    Le départ a été donné à 19h15. Nous sommes parties tout tout tout tranquillement. Nous avons trouvé notre rythme, et nous sommes mises à discuter. Le parcours était très beau, les quais de châtelet jusqu'à la Tour Eiffel puis retour. Nous avons traversé la Seine à un moment donné, là j'ai beaucoup ralenti, il y avait des escaliers et le pont n'était pas éclairé, je ne voulais pas risquer de me tordre le genou. A part cela nous avons couru régulièrement et doucement en parlant tout du long, sans essoufflement. J'ai bien tenté d'accélérer quelques fois, l'air de rien mais Karin m'a immédiatement rappelée à l'ordre...

    Nous nous sommes arrêtées moins d'une minute au ravitaillement sur le Champ de Mars pour boire un gobelet d'eau.

    IMG-20171126-WA0044.jpg

    Nous avons fait les dix kilomètres sans même nous en rendre compte puisque nous avons parlé tout du long. Sans jamais nous arrêter. En courant. Pas vite, mais courant. J'ai pris un plaisir incroyable. Karin aussi je crois. Plaisir de pouvoir trottiner dix kilomètre en ne sentant pratiquement pas mon genou (heureusement que Karin m'a empêchée d'accélérer ceci dit), plaisir d'être avec Karin, plaisir de parler tout du long sans aucun essoufflement, plaisir d'être précisément là à cet instant, que du bonheur quoi:-)

    Nous avons passé la ligne d'arrivée la main dans la main, envahies de toutes sortes de sentiments.... Le bonheur prédominant, mais aussi en pensant à pourquoi nous étions là précisément, cette course ayant pour but de récolter des dons pour l'institut Marie Curie. A nous tous, nous avons récolté 140 000 euros pour la recherche contre le cancer.

    Merci encore à tous ceux d'entre vous qui me lisez ici et qui m'ont aidée !!!!!!!!!!!!!!!!!

    IMG-20171126-WA0042.jpg

    IMG_1511649575104.jpg

    Nous sommes rentrées à la maison, dans un état d'euphorie, comme toujours après une course. En arrivant, tandis que Karin et Chéri prenaient l'apéritif, je suis allée prendre ma douche, mon genou se refroidissant se rappelait à mon bon souvenir. Je l'ai ensuite glacé de nouveau, remis du gel inflammatoire et pris un calmant bien plus fort que le paracétamol histoire de calmer la douleur et d'être sûre de bien dormir.

    J'ai envoyé les résultats à JC évidemment....

    Puis nous sommes passés à table, nous réchauffant avec le fabuleux boeuf bourguignon de Chéri. Suivi de macarons.

    Et la fatigue n'a pas tardé à nous tomber dessus une fois que nous avions le ventre plein, étions bien réchauffées.

    Nous avons dormi comme des bienheureuses.... Et levées tôt dimanche matin. Comme le train de Karin était en tout début d'après-midi, nous avons fait un brunch, alliant petit déjeuner et déjeuner. Encore une bon moment de partage.

    Puis le temps pour Karin d'aller prendre son train est arrivé à la vitesse de l'éclair. Pas facile de nous dire au-revoir ce week-end est passé.....pfffoouuuuuu sans qu'on ait rien vu....

    Heureusement nous avons de beaux projets communs pour 2018. Je vous en parlerai bien sûr.

    Karin et moi somme cousines vous le savez, aussi sensibles l'une que l'autre, alors elle comme moi avons éprouvé le même vide, le même moment de nostalgie à peine séparées...

    Mais reste en nous ce merveilleux week-end:-)

    Allez, nous filons Chéri et moi pour enchaîner deux films au cinéma, Le Brio et Le bonhomme de neige. Ce soir je vous raconte ma semaine...

    Bon dimanche.