Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vous m'apprenez des choses !

Ce matin, café et pomme.

Au déjeuner, j'étais toute seule, j'ai réchauffé un morceau du poulet mariné et grillé d'hier soir. Une demi pomme de terre au four et du brocolis vapeur. Suivis d'une orange.

Dej.jpg

Ce soir, saucisse de poulet préparée par le boucher, haricots plats sautés au wok avec échalotes. Encore une pomme.

 Diner.jpg

Finalement je n'ai pas fait grand chose aujourd'hui, pas du tout ce que j'avais prévu en tout cas:-). Bon j'ai reçu un SMS et un mail de mon boulot à 9h15, quand je buvais mon café, ce qui d'entrée de journée m'a tordu le ventre d'angoisse et m'a laissée pétrifiée jusqu'à midi.

J'ai fait cuire des brocolis pour le déjeuner. J'ai bien avancé sur mon CV. Je suis allée marcher une demi heure.

Pas fait de sieste. J'ai eu JC, je le vois demain à 19 heures je suis trop contente !!!!!!!!!!!!!!!! Je ne l'ai pas vu depuis mercredi dernier avec ma nièce, il me manque. Le studio, lieu que j'aime tant, me manque. Ce sera forcément une séance atténuée car physiquement je suis réellement affaiblie, mais moralement j'en ai tellement besoin.

Ma top collègue m'a appelée, l'ambiance au bureau est épouvantable, je me fais du souci pour elle. Son mari, médecin généraliste lui dit depuis des mois de partir, et m'avait proposé de m'arrêter bien que n'étant pas mon médecin référent. Là il veut vraiment que je n'y retourne pas et qu'elle s'en aille. Bon, ça, à suivre...

Chère Val, je vais essayer de répondre à nouveau à chaque commentaire, d'en avoir et d'en prendre le temps:-)

Pour répondre à vos questions, la photo de l'article d'hier date de septembre et en effet, je l'ai mise en rapport avec mon PS disant que je vais retrouver un vrai sourire dans les yeux et dans le coeur.

PaoDora, l'homéopathie c'est : Staphysagria 9, Ignatia Amara 9 et Gelsemium 9, trois granules trois fois par jour. Et Sepia officinales 15, une dose complète deux fois par semaine. Pendant trois mois.

Et un Prozac par jour, jusqu'au moment où elle décidera du sevrage en douceur.

Vous tous, vous m'avez appris des choses. Je ne savais absolument pas qu'il faut prendre les granules homéopathiques éloignées des repas ou du café, évidemment j'ai fait l'inverse. Mais j'ai rectifié. Ma médecin ne m'a pas dit ça, elle ne m'a pas précisé à quel moment de la journée les prendre. Le prozac en revanche c'est le matin.

Pourquoi je dois m'assurer que le pamplemousse n'est pas incompatible avec ce nouveau traitement ? Il y a des risques que ça annule les effets ? Ma médecin ma dit que je devrais me sentir mieux après une dizaine de jours, mais n'a pas parlé de contre-indication alimentaire.

Je ne saurai jamais assez vous remercier, vous tous !! De tous vos gentils mots, de vos engueulades, c'est important que vous me disiez carrément les choses. je vous remercie de me faire sourire, de me faire pleurer, de m'aimer malgré tous mes n'importe quoi et mes excès.

On m'a dit aussi, en savez-vous plus, qu'une nouvelle loi serait sur le point de passer, permettant les allocations chômage en attendant de retrouver du travail, même en cas de démission ?

Bon, ceci dit, je suis loin, très loin d'en être là, ce dont j'ai envie, ce que j'aime c'est travailler. Et ma tête commence à accepter l'idée de commencer un nouveau travail, même si je dois tout reprendre. J'aime apprendre, rencontrer de nouveaux collègues, je pensais ne plus avoir à tout reprendre ainsi à 50 ans mais il est évident que je ne tiendrai pas encore plus de 15 ans dans ces conditions.

J'ai besoin d'un peu de temps pour démêler tout cela...

Il est 22h15, je me suis levée à 9 heures, n'ai pas fait de sieste, là il faut que j'aille dormir je n'en peux plus. Même si je commence à mieux tenir le coup et moins éprouver le besoin de tant dormir.

Aujourd'hui je n'ai pleuré que trois fois, pensé qu'une fois au suicide et j'ai ri à plusieurs reprises avec Chéri.

Douce nuit à tous.

Commentaires

  • Il y a en effet des risques d'interaction entre le pamplemousse (surtout le jus en fait) et certains médicaments soit les effets sont diminués soit au contraire on risque la surdose.
    J'ai l'impression de sentir une énergie un peu plus positive dans ton message, suis bluffée que tu trouves déjà la force de te plonger dans ton CV et projettes l'idée de changer de boulot, mais suis contente pour toi que la graine soit plantée !

  • http://www.psychomedia.qc.ca/medicaments/2012-11-28/liste-89-interaction-pamplemousse

  • Merci beaucoup Claude d'avoir pris le temps de me répondre pour l'homéopathie et je ne savais pas non plus pour la prise loin des repas etc et pour le pamplemousse...comme quoi, rien n'est anodin :-) et avec les autres agrumes savez vous si incompatibilité possible ?
    En tout cas, une chose est sûre, je suis super contente de te voir reprendre des forces et que tu te projètes ailleurs :-) ce lieu est malsain.
    Courage ma belle. Bisous

  • Non non non, pas de démission. Surtout pas. La loi n'est pas encore passée. Le mieux serait de négocier une RUPTURE CONVENTIONNELLE. c'est un départ concerté qui te donne droit aux allocations chômage pour 2 ans.

  • D'accord à 120%. Et allez négocier la rupture toutes les deux, l'union fait la force.

    Mais il n'y a pas d'urgence. Laissez passer une clôture sans vous, que le niveau au dessus de votre chef se rende compte que quelquechose ne tourne pas rond.
    Vous avez fait ce que vous pouviez pour les mettre en garde lors de la réunion avec la personne de la RH, vous n'aurez rien à vous reprocher. Eux si : de ne pas avoir pris de mesures pour vous soutenir.

  • 2 choses me marquent dans ton articles : tu prépares ton CV. Quelle bonne nouvelle !

    Et puis l'autre : tu penses au suicide... Je te fais un copier-coller d'une étude sur le stress, tu as cumulé pas mal de facteurs. 'le stress peut être par exemple provoqué par une activité physique soutenue, un manque de sommeil, une alimentation de mauvaise qualité (...). Lorsqu'il est d'ordre psychologique, il génère la remise en question de ses capacités. Il existe de multiples stress, dont l'un des principaux, le stress professionnel. (...) Durant une phase de stress, cet état réactionnel impacte l'organisme de l'homme qui se retrouve assujetti à des pressions ou des contraintes de la part de son environnement. Le stress est un facteur de risque pour la santé.'

    C'est un pavé, et puis rien de nouveau finalement, mais tout ça pour dire que ton travail au détriment de ta santé (voire de ta vie)... Bon je ne parviens pas à finir ma phrase.

    Concernant l'homéopathie, il faut que la prise soit également éloignée du brossage des dents, à moins que ton dentifrice ne soit compatible. Je ne sais plus si c'est la menthe ou la chlorophylle qui annule les effets de l'homéopathie.

    Comme le dit Val, laisse une clôture sans toi. En fait je crains qu'après un regain d'énergie tu ne reprennes le travail trop tôt, sans être complètement remise.

  • Pour reprendre ce que disent Pennylane et Val: pas question de démission !
    Pour l'instant la loi n'est pas passée et je pense que même une fois qu'elle sera effective, les conditions seront tellement drastiques que bien peu de salariés seront concernés...
    Dans ton cas, la rupture conventionnelle serait bien plus adaptée (mais pour l'instant ça me parait très difficile car la terreur que tu ressens en recevant un mail ou un texto du boulot montre bien que tu ne seras pas suffisamment forte pour négocier quoi que ce soit).
    Sache, au cas où, (à mettre dans un petit coin de ton cerveau comme une issue possible), que la médecine du travail peut tout à fait te déclarer "inapte" (oui le mot est très moche car dans ton cas, c'est ton directeur qui est inapte !) sur ton poste à cause de ton burn out et ainsi obliger ton employeur à te reclasser dans un autre service, avec un autre directeur... Je ne peux que te conseiller, si ton arrêt maladie se prolonge, de téléphoner à la médecine du travail pour avoir un RDV avec eux, pour parler de ta situation. Ils sont très sensibles aux risques psycho sociaux dans l'entreprise et en général assez actifs pour protéger les salariés quand ils sont alertés d'une situation de ce type.
    Je suis en tous cas contente de lire que tu te projettes dans des choses positives: sacré résilience en toi, on sent la sportive !!

  • Prozac? c'est bien un truc de généraliste ça!!!!! le fameux médicament miracle qui ne l'est pas?
    Pour une dépression, aller voir un pro, 6 mois d'anti dépresseur et surtout un accompagnement par un psychologue pour arriver à vider tout ce qui ne va pas.
    Donc la ou les solutions viendront de toi et de toi seule.Mais avec de l'aide.
    Prendre le mal à la racine, qui à 99% vient de l'enfance.

  • Le suicide???!?!!???!?
    Non mais tu te rends compte de la connerie de la chose, même juste le fait d'y avoir pensé???
    Tu crois quoi? Ça va détruire qui, à part Romain et ta famille, tes amis (et nous, hein)?
    Ton con de boss, ça va lui en remuer une sans faire frémir l'autre...
    Non mais le suicide, allo quoi!!!! Les bras m'en tombent...

    Trouve toi un putain de psychiatre, c'est important qu'une seule et même personne conduise les séances et prescrive les médicaments. Deux interlocuteurs, c'est déjà trop. Et toi qui cours après le temps, autant faire du deux-en un. Appelle la cousine de Romain, elle connait déjà ta situation et saura t'orienter efficacement, ça sera sans doute mieux que de piocher au pif dans les pages jaunes... Je suis totalement d'accord avec Edith, ton boss te terroriserait-il autant que ton agresseur de jadis a terrorisé la petite fille que tu étais? (ok, psycho de bazar... ou pas?)

    Pour le reste, quitter ton travail, en trouver un autre... chaque chose en son temps.
    C'est positif que tu te projettes dans un futur proche dans un autre poste, mais ne mets pas la charrue avant les boeufs. Tu as à peine 15 jours d'arrêt (prolongés, j'espère) tu as tout le temps de réfléchir à ça quand tu auras les idées plus claires.
    La rupture conventionnelle reste le moyen le plus sécurisant évidemment, ça demande plus d'efforts et ça a moins de panache que de claquer sa dem'!!! Mais ça te permettra de voir venir sereinement sans flipper sur le thème de "mais comment on va vivre pendant ma recherche d'emploi" (et je ne doute pas un instant du soutien à 100% de Romain même si vous devez vivre à deux sur son seul salaire). Tu l'as peut-être déjà fait (et j'aurais dû t'en parler dès le début des emmerdements...): noter les faits précis, des exemples de "trop de pression", les faits et gestes, mots, attitudes... tout ça peut appuyer tes propos s'il faut négocier...

  • Juste un peu de douceur, de bienveillance et de chaudes pensées pour toi...

    Sers toi à foison!

    Bon courage

Écrire un commentaire

Optionnel